« FESTILEY » pour immortaliser Tabu Ley

par -
0 532

La République démocratique du Congo se prépare à célébrer le Festival Ley (Festiley) sauf imprévu au mois de février prochain,  à l’honneur de l’artiste musicien Tabu Ley, mort le 30 novembre 2013. Cette annonce a été faite hier lors d’une conférence de presse, tenue à l’occasion de la commémoration de cinq années de la mort de l’illustre disparue.

C’était dans une salle de Kempyski hôtel, qui a refusé du monde. Les chevaliers  de la plume, mêlés aux chroniqueurs de musique. Les musiciens, jeunes comme vieux  mais aussi les  producteurs et les  délégués de la Société nationale des éditeurs, compositeurs et des droits d’auteurs (Seneca), tous étaient au rendez-vous. Une manière d’honorer ce cette icône, qui passe pour le plus grand compositeur africain.

D’après Yvette Tabu, l’une des belles créatures de l’artiste, un comité d’organisation travaille sur  la commémoration des cinq ans depuis la disparition, mais plus sur le Festiley.  Selon l’agenda, il est prévu aujourd’hui, vendredi 30 novembre, date du décès de Tabu Ley, une descente au mausolée à Nécropole. Ici, l’occasion sera donnée pour fleurir la tombe, mais aussi aux visiteurs d’admirer les différents symboles, œuvres qui y seront placées.

Rien n’est fait au hasard, souligne Yvette Tabu, avant de déclarer ceci : «  Nous tenons à présenter tout cela au public qui fera le déplacement du cimetière de Nécropole. C’est à 10 heures ». Une messe d’action de grâce est prévue dans la soirée, soit à 17 heures à la grande Cathédrale «  Notre Dame ». Tout le monde est y attendu, alors qu’une soirée de Gala va clôturer cette  journée commémorative, pleine de souvenirs et d’émotions.

«  Ce jour-là, Tabu Ley sera honoré par les grands noms de la musique congolaise. Je cite Koffi Olomide, Bozi Boziana, Evoloko, Manda Chante, Félix Wazekwa, … et les musiciens d’Afriza international… », a  souligné Yvette Tabu.

S’agissant du Festiley proprement dit, elle a  affirmé que cette activité vise à honorer Tabu Ley,  qui était une icône, un mentor pour beaucoup de musiciens.   Festiley connaitra plusieurs  invités nationaux et internationaux,  et volets, parmi lesquels, le concours pour les jeunes talents. «  Le concours sera l’occasion de clore des nouveaux talents. Parce que c’était par un concours que Tabu Ley a commencé sa carrière. Voilà pourquoi le concours prendra toute son importance au cours de ce Festival », a rappelé la fille de l’illustre disparu.

Il y aura aussi un autre concours sur la littérature,… Le stylisme et l’art plastique seront aussi à l’honneur au cours de cette manifestation, qui  bénéficie de l’appui du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, des gouverneurs, André Kimbuta et Gentyni Ngobila, présent à cette cérémonie. Il était l’un des proches de Rocherau Tabu Ley,

« Beaucoup de gens ne le savent pas,  Tabu Ley a été connu pour ses tenues vestimentaires. Il était aussi un grand dessinateur, aussi un grand poète. Ses  textes parlent d’eux-mêmes », a ajouté Yvette Tabu, vite complétée par le président Jacques Mondonga, qui a salué l’innovation, la créativité qui avaient caractérisé l’artiste.

Le Commissaire général de Festiley, le professeur Jean-Pierre Nimy, a loué le parcours d’un grand.  Tabu Ley, dit-il,  a été l’initiateur de mille et une choses de la musique congolaise moderne, et c’est justement au regard de sa contribution à la musique que Festiley sera organisé l’année prochaine au mois de février.

Ce pre-événement, agrémenté par l’arrangeur Maika Munan qui jouait à la guitare, auquel s’étaient  joints  le directeur de cabinet adjoint du chef de l’Etat, Jean- Pierre Kambila et Kimbembe Mazunga,  a failli vite se transformer à un petit festin.  C’était la guerre au micro. Après avoir puisé dans les souvenirs, chacun voulait fredonner  une chanson de Tabu Ley, puisée dans le riche répertoire de cet immortel.

«  L’organisation se peaufine,  on est en train de voir le sponsoring de structurer tout ce qui va se passer pour cette grandiose manifestation que nous aurons à organiser l’année prochaine »,  a rassuré le commissaire général du Festiley, …

Yassa/Cp

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse