Femmes, paix et sécurité: Quid de la Résolution 1325 en Rdc

par -
0 495
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans la plupart des pays dans le monde, les femmes ont toujours pris part aux questions liées à la gouvernance démocratique, à la sécurité et à la recherche de la paix. Cependant, leur participation dans ce domaine précis s’est toujours avérée faible. C’est ainsi qu’en l’an 2000, le Conseil de sécurité des Nations Unies, reconnaissant non seulement l’impact particulier des conflits sur les femmes, mais aussi le besoin de considérer ces dernières comme parties prenantes à la prévention et à la résolution des conflits, avait adopté la Résolution 1325 sur « les femmes, la paix et la sécurité ».

La Résolution 1325 évoque la nécessité d’accroître la participation des femmes, sur un pied d’égalité, dans le processus de prise de décision visant à promouvoir la paix et la sécurité, ainsi que dans la prévention, le règlement des conflits et dans les opérations de maintien de la paix. La résolution 1325 se fonde sur quatre piliers importants. Il s’agit de la participation, de la prévention, de la protection et du développement.

Le pilier participation appelle les Etats membres des Nations Unies et le Conseil de Sécurité, à travers son secrétaire général, à accroitre le nombre de femmes dans les instances de prise des décisions du  domaine de paix et sécurité, ainsi que tout autre mécanisme ayant une incidence sur la paix et la sécurité notamment les négociations et les missions de paix. La participation concerne aussi la représentativité des femmes dans les instances décisionnelles des institutions où se traitent les questions liées au déclenchement ou à la cessation des hostilités ainsi que la consolidation de la paix et le développement durable de la société.

Concernant la prévention, elle s’intéresse aux mécanismes d’intervention, en termes d’alertes précoces, pour agir avant que n’éclatent les conflits. Les femmes sont, à cet effet, reconnues pour leurs capacités et aptitudes naturelles à agir dans la discrétion pour l’apaisement de tensions entre belligérants et médiations.

Quant à la protection, elle met l’accent sur la manière d’assurer aux femmes, aux enfants et aux autres personnes vulnérables, la protection de leurs droits pendant et après les conflits. Pour ce  faire, la résolution 1325 appelle à la prise en compte de certains instruments juridiques internationaux tels que le Statut de Rome de la CPI, les 4 Conventions de Genève de 1949 et leurs Protocoles additionnels en vue de renforcer la question de la lutte contre l’impunité des violences liées aux conflits. A cet effet, le Conseil de Sécurité a renforcé la Résolution 1325 par les Résolutions 1820, 1888 et récemment la résolution 2242.

Par rapport au développement, quant à la période post-conflit la Résolution 1325 exige que les besoins spécifiques des femmes soient pris en compte à cette étape de reconstruction et développement.

De la mise en œuvre de la Résolution 1325 en Rdc

Plusieurs mécanismes ont été appliqués par le Gouvernement pour assurer l’effectivité de la Résolution 1325 en Rd Congo. Ces mécanismes se résument en termes  des normes, des structures, programmes, politiques et stratégies.

En 2010, le Ministère en charge de la Femme, Famille et Enfant avait, en collaboration avec les autres ministères parties prenantes, le Parlement, les acteurs de la Société civile, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, procédé à l’adoption du Plan d’action national de la Résolution 1325 en Rdc (PAN 1325/Rdc).

Ce PAN poursuit plusieurs objectifs. Entre autres, réaliser des avancées significatives en termes d’égalité de genre dans le domaine de la politique… ; intégrer la dimension genre à tous les niveaux de prise de décisions… en rapport avec la prévention, la gestion et le règlement pacifique des conflits ; renforcer la vulgarisation sur la lutte contre les violations des droits fondamentaux des femmes et de petites filles pendant et après les conflits armés, ainsi que le renforcement de la lutte contre l’impunité…; garantir la sécurité et la protection des femmes et veiller au respect du droit international relatif à la répression des violences faites aux femmes et aux filles…; mettre en place une stratégie claire et régulière à tous les niveaux… sur la dimension genre et la Résolution 1325 ; etc.

La Rdc est donc l’un des Etats qui ont élaboré un PAN de mise en œuvre de la Résolution 1325, une initiative très louable dans la mesure où il a fixé des objectifs importants tant sur le plan politique, économique que social, et a défini l’ensemble des activités qu’il faudra réaliser pour pouvoir atteindre ces objectifs. Lesquels objectifs qui, une fois atteints, amélioreront de manière significative la condition de la femme et conduira la nation congolaise vers l’égalité des sexes.

A ce jour, des structures de gestion sont en cours d’être installées. Il faut cependant relever que des ressources financières ne suivent pas encore pour pouvoir rendre toutes les composantes opérationnelles. Toutefois, des organisations essayent de mener des actions qui poursuivent des objectifs du PAN.

L’appel est donc lancé à l’endroit de tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du PAN à pouvoir chacun jouer sa partition.

(Lu pour vous par Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse