Femme de médias, Paulette Kimuntu : « N’ayant que six femmes, ce gouvernement me déçoit»

par -
0 508
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Publié depuis mardi 9 mai, le gouvernement Bruno Tshibala, qui remplace celui de Samy Badibanga, compte cinquante-neuf (59) membres dont six (6) femmes uniquement. Cette faible  représentation de la femme au sein de ce gouvernement remet en cause le thème retenu au niveau national cette année pour le mois de la femme : « Ensemble pour la parité 50/50 à l’horizon 2030 : investissons pour un travail décent et le plein emploi pour les femmes dans un climat d’équité ».

L’Avenir-femme, édition spéciale consacrée à promotion de la femme congolaise, a recueilli à cet effet, l’avis de Mme Paulette Kimuntu Kimpiob. Elle est journaliste politique et présentatrice de « Info7 » à la chaine de télévision Congoweb.

L’Avenir-femme : comment réagissez-vous face à cette sous-représentation de la femme au sein du gouvernement actuel ?

Paulette Kimuntu Kimpiob : cela ne démontre rien d’autre que le non-respect des textes. Les écrits disent clairement qu’il faut une représentation d’au moins 30% des femmes. N’ayant que six femmes, ce gouvernement me déçoit énormément. Car, je sais que mon pays regorge des intelligences féminines.

Dans quelle mesure cette sous-représentation trahit-elle l’esprit du mois de la femme 2017 ?

Je me demande pourquoi dire : « Investissons pour un travail décent et le plein emploi pour les femmes dans un climat d’équité », si cela n’est pas prêt à être réalisé. Le thème a été retenu, mais au moment de l’appliquer dans le nouveau gouvernement, tout est devenu compliqué. Ce qui a été dit pour le mois dédié à la femme devrait être applicable dans tous les domaines, sans exception aucune. La femme a sa place depuis la création. Elle est un vecteur de développement et doit être présente dans les organes décisionnels. Pour moi, être à l’écart dénote un manque de considération tout simplement.

Faites-vous partie d’une organisation des femmes ? Si oui, laquelle ?

Non. Je ne fais  partie d’aucune structure des femmes.

N’envisagez-vous pas d’en créer une un jour ?

J’y pense de temps en temps. Dieu aidant, cela serait réalisable.

Face à cette situation, croyez-vous que la parité en RDC est en danger ?

Il serait exagéré de dire que l’égalité est en danger  dans mon pays. Toutefois, nous avons à notre disposition des textes qui  nous sécurisent. La lutte est grande. Cependant, je lance un appel  aux femmes, bureaucrates, maraichères, ménagères ou de quels que domaines qu’elles soient, toutes ensemble devons  continuer le combat, c’est-à-dire ne pas baisser les bras. Les défis à relever sont énormes.

Suite à ce qui a été dit précédemment, une femme à la tête du gouvernement serait envisageable ?

Oui, tout dépend de la force qu’une femme peut ressortir d’elle-même. Angela Merkel est à la tête de l’Allemagne, je ne pense pas que c’est un hasard. Tout est fruit de dur labeur.

(Interview réalisée par Lofoli Gloria/Stagiaire Ifasic)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse