Fayulu annoncé candidat président de la République: L’idée d’une « candidature unique » de l’opposition devient hypothétique

par -
0 358
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Dynamique pour l’Unité d’Actions de l’Opposition a bouclé hier mercredi une convention de deux jours organisée au Centre Culturelle Boboto à Kinshasa, au cours de laquelle tous les sympathisants de ce regroupement politique devenu désormais « plateforme électorale », ont investi Martin Fayulu Madidi, président de l’ECIDE, comme leur candidat à la présidentielle de décembre 2018.

Bien que faisant partie jusque-là du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement/aile Limete, Fayulu qui a soutenu en 2011 la candidature du feu Etienne Tshisekedi à la présidence de la République, se lance pour 2018 à la course du Palais de la Nation. Mandaté par les participants à cette convention pour discuter avec ses pairs dans le but d’avoir une candidature unique de l’opposition, Martin Fayulu déclenche de bonnes guerres au sein de l’Opposition dite radicale, à l’heure où Fatshi et Katumbi ont opté pour la voix pacifique.

Si Katumbi qui s’est vu hors course négocie avec Félix Tshilombo pour enfin financer sa campagne électorale prochaine, se cachant derrière le terme « candidature unique », Fayulu qui vient de s’ajouter complique l’affaire. Faut-il organiser une primaire afin d’avoir le définitif candidat unique de l’Opposition ? Face à toutes ces hypothèses, avec des programmes d’actions totalement différents, l’Opposition aussi se plonge dans le retard de trouver un vrai candidat pour les élections du 23 décembre 2018 quelques mois avant. Et si au niveau de la MP il n’y a pas une inquiétude quant à ce, du côté de l’Opposition, c’est vraiment de l’utopie d’avoir plusieurs candidats pour en arriver à un seul avant décembre. Déjà Fayulu qui n’est pas d’accord avec l’alliance Tshisekedi-Kamerhe, et pourquoi pas avec Katumbi qu’il a toujours traité de traite, l’Opposition risquera d’avoir plusieurs challengers pour affronter un seul de la Majorité. D’où, l’échec se dessine.

Et que faut-il faire, un mois avant le début du dépôt des candidatures pour la présidentielle et les législatives nationales ? Mais s’il faut déjà tester des forces, Fayulu sera-t-il à la hauteur ? Même s’il y avait primaires au sein du Rassop pour désigner un candidat unique, le leader de la dynamique tiendra-t-il le coup devant le président de la grande Udps ? Ce sont toutes ces questions qu’il faut se poser avant que l’on ne puisse vivre une grande scission entre les héritiers d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Moïse Katumbi pour Ensemble, Félix Tshilombo pour l’Udps et Martin Fayulu pour la Dynamique, tous regroupés au sein du Rassemblement/aile Limete s’il existe toujours, mettent en confusion tous les sympathisants de cette plateforme politique née à Genval. Aucun d’entre eux n’incarne l’idéologie de l’unité que voulait le Sphinx. Faut-il un autre conclave du Rassop pour parler élections 2018 ? Malheureusement, personne ne parle du Rassemblement, mais chacun se concentre à des groupuscules. Tshilombo vient d’un meeting dernièrement à Kinshasa, Ensemble prépare le sien ce 9 juin, et Fayulu avec sa dynamique reviennent d’une convention politique, sans oublier l’UNC de Kamerhe qui a repoussé son conclave à une date ultérieure. Peut-être qu’il sera aussi proclamé tout prochainement candidat président pour UNC et Alliés. Le MLC de son côté garde encore silence. Et Adolphe Muzito qui ne respecte plus les idéaux de son parti, le Palu, cherchera derrière ce désordre au sein de l’Opposition, avec qui traiter. Florentin Mokonda Bonza s’est aussi rangé dans cette course du Palais de la Nation. Un désordre comme pas possible règne dans cette classe de la maternelle. Les combattants doivent eux-mêmes comprendre l’enfantillage qui règne au sein de leur méga plateforme politique.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse