Faute d’entretien des égouts

par -
0 628
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le croisement des avenues du Commerce et Luambo Makiadi : l’inondation

Depuis quelque temps, que le croisement des avenues Commerce et Luambo Makiadi (ex-Bokassa) est sous des eaux stagnantes. Sans doute que d’autres parties présentent un visage similaire. Chaque jour, des chauffeurs et des piétons accroissent, au quotidien, le taux de témoignages déplorables sur l’état de cet endroit de la ville. Les eaux de pluies et celles déversées par des ménages avoisinants, contribuent à maintenir l’inondation en présence. La route se détériore, compliquant du fait même la circulation des véhicules. Les structures chargées de l’entretien des égouts et des caniveaux sont plongées dans une léthargie inexplicable. Car les recettes que génère ce centre commercial devraient rendre l’administration urbaine capable de tenir le taureau par les cornes. Point n’est besoin de rappeler que le croisement des avenues du Commerce Luambo Makiadi et un axe de grand trafic au quotidien. Un père de famille e rencontré en ces lieux, s’est estomaqué en ces termes : « C’est vraiment regrettable de constater depuis un temps, l’état de cette partie de la ville reste ainsi, comme si l’autorité de l’Etat au cœur de la ville était à bout de souffle. L’on se demande quel est le rôle de toutes les structures des travaux publics », a-t-il déploré.

« Lorsqu’un endroit demeure pendant plusieurs mois dans un état précaire, il y a lieu de remettre en cause les compétences des structures en place. Sous d’autres cieux, l’on remet le tablier », a démontré un vendeur.

En effet, ce que l’opinion doit retenir de la dégradation du croisement des avenues précitées, c’est que cela traduit un relâchement de l’administration urbaine. En conséquence, le ralentissement de la circulation sur ce tronçon se répercute sur les activités globales dans le rayon : la vente, les échanges, la fluidité des moyens de transports qui constituent un manque à gagner aux acteurs en présences.

Des égouts non curés

Nul n’ignore que la route est d’une extrême importance dans un monde civilisé. C’est la route qui amène le développement ; elle est le facteur de relation entre peuple. Lorsqu’elle est dans un état de vétusté et / ou délabrement comme le croisement des avenues commerce et Luambo Makiadi, il n y a pas de chance qu’un pays puisse se développer. Plutôt ce croisement devient un lac artificiel qui s’est créé au vu et su de tout le monde.

Les égouts qui datent de longtemps, sont déjà bouchés, ce qui fait que les eaux stagnent, la circulation des piétons et des véhicules se complique. D’où, la nécessité que ces égouts soient revu ou soit qu’on trouve d’autre solution. Si non c’est vraiment une honte, voir qu’en pleine capitale et voir en son centre-ville avoir des situations pareilles. Ceci prouve à suffisance comment la situation dans l’arrière-pays pourrait se ternir au point de présenter un visage davantage déplorable. C’est comme qui dirait si dans la capitale, la teneur est à son comble, à combien plus forte raison les recoins du pays en feraient les frais ?

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse