Faute de vaccination d’enfants: Le Katanga sur le précipice d’une épidémie de rougeole

par -
0 535
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A cause de la non-vaccination de beaucoup d’enfants, la prévalence de la rougeole a haussé dans la province du Katanga. Selon la note d’information du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA-Rdc) qui livre cette information, des douze (12) zones de santé frappées par cette épidémie qui a déjà tué de nombreux enfants, celle de Malemba est la plus touchée avec la majeure partie des cas. L’on signale que seulement quatre zones de santé sur les douze bénéficient de l’appui des humanitaires.

En cinq mois, plus de 12.200 cas de rougeole ont été rapportés au Katanga, une hausse de plus de 50 %, comparée à la même période l’année dernière. La cause: de nombreux enfants n’ont pas été vaccinés. Selon les autorités sanitaires provinciales, douze zones de santé sont touchées et 186 enfants décédés de cette maladie pourtant évitable par la vaccination.

La Zone de santé de Malemba, dans le Territoire de Malemba Nkulu, a rapporté, à elle seule, plus de la moitié du nombre total de cas enregistrés. L’évolution rapide de la rougeole dans cette zone fait craindre une urgence épidémique, une situation qui rappelle la grande flambée qu’a connue la province en 2011.

Selon les spécialistes de la santé, les décès liés à la rougeole, particulièrement à Malemba, seraient entre autres dus au retard à emmener les enfants dans les structures sanitaires. De nombreuses familles peinent à parcourir les grandes distances séparant les villages des centres hospitaliers. Pour d’autres, les soins dans les centres de santé ne peuvent être envisagés qu’en dernier ressort, considérations socioculturelles obligent !

Dans la zone de Malemba, plus de 1 500 cas de rougeole sont enregistrés chaque semaine, souvent associés à d’autres pathologies dont la malnutrition. Cependant, il n’y a plus d’acteur de prise en charge de la malnutrition dans la zone, le dernier projet local étant arrivé à terme en mars dernier.

L’appui à la réponse reste localisé alors que l’épidémie s’étend

Les humanitaires interviennent dans la prise en charge des cas au niveau des hôpitaux de référence et centres de santé, dans l’approvisionnement des intrants de prise en charge de la rougeole et de la pneumonie, ainsi que dans l’organisation de la vaccination de riposte.

Cependant, cet appui humanitaire se concentre seulement sur quatre zones de santé : Kikondja, Kilwa, Mukanga et Malemba Nkulu – sur les 12 zones affectées. Dans les zones sans appui, les structures sanitaires interviennent avec les moyens de bord. Cette situation fait suite au manque d’acteurs humanitaires capables de prendre en charge cette pathologie, à l’insuffisance de financement consacré à la rougeole et au manque d’intrants de prise en charge.

Actuellement, la réponse reste sous-financée, une situation délicate face à une pathologie aussi meurtrière pour les enfants. La rougeole est devenue endémique dans certaines zones du Katanga. Sa persistance est liée principalement au dysfonctionnement du système de vaccination de routine. Dans certaines zones, la couverture vaccinale est d’à peine 50. Comme partout en RDC, le système sanitaire est dépassé par l’ampleur des besoins. Les structures de santé – là où elles sont encore fonctionnelles – font régulièrement face à des ruptures de stocks de médicaments et de vaccin. Dans le cas de vaccin, maintenir la chaîne de froid pour garantir son efficacité est un vrai casse-tête.

D’autres provinces ne sont pas en reste

La rougeole ne touche pas seulement le Katanga, cinq autres provinces sont touchées : le Bandundu, le Bas-Congo, l’Equateur et les deux Kivu. A travers le pays, plus de 16 000 cas ont été rapportés.

La RDC a développé une stratégie nationale pour faire face à la persistance de la rougeole. Elle repose essentiellement sur le renforcement de la surveillance épidémiologique, la prise en charge médicale des cas, la riposte vaccinale dans les zones en épidémie et les zones contiguës, et la vaccination de masse ciblant les enfants de 6 mois à 15 ans. Toutefois, sa mise en œuvre normale reste hypothétique.

L’urgence en cette période d’épidémie est d’organiser rapidement une campagne vaccinale de masse dans tout le Katanga. Ceci dans l’optique de limiter l’expansion de cette pathologie vers les zones non encore touchées. La dernière campagne vaccinale de suivi contre la rougeole date de mars 2014. A l’occasion, plus de 4 millions d’enfants étaient ciblés.

(L’Avenir/Ocha)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse