Facilitation des échanges entre Kinshasa et Brazzaville: Le visa transfrontalier supprimé

par -
0 1269
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le visa transfrontalier supprimé

Les deux Congo l’ont décidé lors de la 5ième Session ordinaire de la Commission Spéciale Défense Sécurité

  • Dans le souci de faciliter les échanges entre Congo-Kinshasa et Congo-Brazzaville, le visa transfrontalier entre les deux capitales les plus rapprochées du monde est désormais supprimé. Cette décision est tombée à l’issue de la 5ième session ordinaire entre la République du Congo et la République Démocratique du Congo
  • En outre, les experts de deux pays mettent en place la commission d’enquête chargée de la vérification des allégations de violations et exactions de droits de l’homme, commises sur les ressortissants de la Rd Congo lors de l’opération dite « Mbata ya bakolo », opération qui a vu dépouiller, violer, saccager et refouler les citoyens de la RD-Congo sur toute l’étendue de la République du Congo/Brazzaville

A la suite de ces expulsions, les relations diplomatiques entre les deux pays frères s’étaient détériorées et plusieurs mesures ont été prises par les autorités de la République Démocratique du Congo, question de dénoncer les exactions commises sur les Congolais de la RDC qui avaient choisi la République du Congo comme seconde patrie.

Ouverts le jeudi 24 septembre, les travaux de la 5ième session ordinaire de la Commission spéciale Défense et sécurité entre la République du Congo et la République Démocratique du Congo se sont clôturés le vendredi 25 septembre à l’Hôtel du gouvernement, dit « Immeuble Intelligent ».

Les chefs de deux délégations, notamment Raymond-Zéphirin Mboulou et Evariste Boshab, respectivement ministre de l’Intérieur et Décentralisation de la République du Congo et Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité de la République Démocratique du Congo, ont signé tour à tour le communiqué final des travaux de la 5ième session de la Commission spéciale Défense et sécurité entre les deux pays.

Peu avant leurs discours de clôture, Mme Berthe Zinga Ilunga a lu le rapport de la réunion des experts ayant abouti au communiqué final des travaux de la 5ième session de la Commission spéciale défense et sécurité entre les deux pays.

Du communiqué final

Il ressort du communiqué final lu par le Professeur Docteur Berthe Zinga Ilunga que c’est sur invitation du Gouvernement de la République Démocratique du Congo et en application du Protocole d’Accord portant création de la Commission Spéciale Défense et Sécurité entre la RD Congo et la République du Congo, qu’il s’est tenu à Kinshasa la 5ième Session de ladite Commission.

Au cours de la session, les deux parties ont évalué des recommandations de la dernière réunion des Experts tenue à Kinshasa les 23 et 24 septembre 2014 ; les modalités de la mise en œuvre de la Convention sur la circulation et l’établissement des personnes et des biens. La partie brazzavilloise était conduite par M. Raymond-Zéphirin Mboulou accompagné de M. Charles-Richard Mondjo, ministre à la Présidence chargé de la Défense nationale. Quant à la partie kinoise, elle a été conduite par Evariste Boshab, en présence de M. René Sibu Matubuka, Vice-ministre de la Défense nationale et anciens Combattants et Réinsertion.

Résolutions sur les questions examinées

S’agissant des modalités de reprise du commerce entre les deux pays, les deux délégations ont constaté l’effectivité des opérations de commerce transfrontalier. Cependant, suite à la non convocation de la réunion de la Commission Spéciale Mixte en matière de commerce, il a été recommandé la tenue d’une réunion des Experts des Ministères en charge du Commerce des deux pays avant décembre 2015.

En ce qui concerne le renforcement de la coopération entre la RD Congo et le Congo Brazzaville en matière de lutte contre la criminalité urbaine, la délégation de la RD Congo a transmis à la partie brazzavilloise un projet d’Accord de Coopération en matière de police. Les deux parties ont décidé en suite de mettre en application l’Accord d’entraide judiciaire.

Par ailleurs, les deux parties ont convenu de la mise sur pied de la Commission mixte d’enquête sur les allégations de violation des droits de l’homme ayant émaillé les opérations d’expulsion de la République du Congo, des ressortissants de la République Démocratique du Congo.

Des questions d’intérêt commun et des îles frontalières

Quant aux questions d’intérêt commun, les deux parties ont observé des avancées notables en ce qui concerne la signature du Protocole portant création de la Commission Technique Mixte en matière des Frontières entre les deux pays ; l’application effective d’un traitement non discriminatoire à l’endroit des étudiants et élèves ressortissants des deux pays, pour le retrait de leurs documents scolaires et académiques et le retour effectif des étudiants et élèves des deux Etats dans leurs établissements respectifs.

S’agissant des îles frontalières et celles des refugiés, les deux parties ont recommandé l’extension du régime de neutralité à toutes les îles frontalières ; la démilitarisation desdites îles au plus tard le 25 décembre 2015, question de permettre aux populations de bien fêter la Noël et de Nouvel An 2016 ; l’organisation d’une mission de contrôle au plus tard le 25 janvier 2015 et enfin l’organisation de la campagne de sensibilisation pour le retour des réfugiés en RDC à la mi-novembre 2015.

En sus, les deux parties ont décidé de la mise en application à compter du 25 septembre 2015 de la Convention sur la circulation et l’établissement des personnes et des biens entre la République Démocratique du Congo et la République du Congo, signée à Kinshasa le 03 juin 2014 et ratifiée par les deux Etats. En conséquence, les voyageurs transfrontaliers sont désormais exonérés de toutes formalités de visa. Ce qui n’est pas le cas avec les voyageurs transnationaux qui doivent payer le visa, et que les services d’immigration de deux pays ont été chargés d’harmoniser, entre autres, les questions relatives au coût du visa, au délai de traitement des dossiers et à la durée de validité des visas.

En outre, cette suppression de visa peut constituer un argument solide de multiplier et contrôler les portes d’entrée et de sortie partant de Maluku à Kinsuka. A en croire le directeur de cabinet du Vice-premier ministre et de l’Intérieur, cela peut également créer de l’emploi.

Les deux autorités gouvernementales ont félicité et rendu aux présidents Denis Sassou N’Guesso et Joseph Kabila Kabange, pour leur leadership exemplaire et pour les efforts inlassables qu’ils ne cessent de déployer en vue de la promotion du dialogue et de la concertation entre les deux pays. Pour sa part, la délégation brazzavilloise a remercié Evariste Boshab, Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur pour l’accueil et toutes les marques d’attention dont elle a été l’objet pendant tout son séjour à Kinshasa.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse