Face aux sanctions de l’Union Européenne: Le Gouvernement veut une réponse concertée sur le plan national

par -
0 551
Une vue de Léonard She Okitundu lors de l’investiture du Gouvernement Samy Badibanga/Ph. Kokolo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Trois points étaient inscrits à la plénière d’hier lundi à l’Assemblée nationale. Le premier était relatif à l’audition du Vice-premier ministre  et ministre des Affaires étrangères et Intégration régionale, M. Léonard She Okitundu, en rapport avec les dernières sanctions de l’Union Européenne aux autorités congolaises. A cet effet, le chef de la diplomatie congolaise  a dénoncé le caractère « politiquement arbitre » dans ces sanctions ciblées contre des personnalités congolaises. Il a fustigé cette « attitude unilatéraliste » de l’Union Européenne. She Okitundu a plaidé pour la création d’un front africain en vue de lutter contre des mesures restrictives de l’Union Européenne aux gouvernements africains. Il a indiqué que le Gouvernement congolais rejette ces sanctions et condamne ce comportement de l’UE. La Rdc invite donc l’UE au respect de sa souveraineté nationale, a affirmé le VPM She Okitundu. Il a rassuré les élus du peule que le Gouvernement va régir.

Le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères  et Intégration régionale, Léonard She Okitundu a  indiqué, lundi, en réaction aux interventions des députés au cours d’une question orale avec débat  tenue à l’Assemblée nationale, que le gouvernement veut une réponse concertée sur le plan national en vue de répliquer aux sanctions de l’Union européenne.

Il a indiqué que le principe  de la non  ingérence entre Etats est inscrit  en lettres  d’ or dans l’accord des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) qui lie les Etats Africains à l’ Union européenne (UE),  avant d’ ajouter que ce dernier ne pouvait pas, sous prétexte de protéger un droit, violer d’autres droits. Le vice-Premier ministre She Okitundu a, par ailleurs,  fait savoir que l’ UE ne peut pas sanctionner un officiel congolais  sans l’avoir entendu estimant qu’elle devrait tout d’ abord discuter avec l’Etat congolais  avant de décider  ex cathedra.

« Dans nos rencontres avec les ministres des Affaires étrangères des Etats européens, il n’y a pas de rapport de maître et élève », a dit le vice-Premier ministre, ajoutant que le rapport des forces entre Etats ne nous oblige pas d’accepter n’ importe quoi. Si  en vertu du principe de la réciprocité, le gouvernement n’a pas encore réagi à ces sanctions, a-t-il dit, c’est parce qu’il veut associer la représentation nationale à ces réponses, ajoutant que ces officiels congolais n’ont pas été sanctionnés « in tuitu personae », mais  parce qu’ils incarnent la République.

Les deux membres du Gouvernement se sont d’abord expliqués devant la représentation nationale, avant de recevoir les questions des élus du peuple au cours du débat général. A l’issue de ce débat, les deux ministres ont sollicité à l’Assemblée plénière un court délai en vue de leur permettre de préparer des réponses appropriées à répliquer aux multiples préoccupations des députés nationaux. Lequel délai leur a été accordé et ils reviendront très bientôt pour la apporter la lumière aux questions leur posées.

La Conférence internationale sur la région de Grands Lacs (CIRGL)  a exprimé sa désapprobation contre les sanctions de l’Union européenne, a fait savoir Léonard She Okitundu, ajoutant que la RDC n’est pas dans un rapport de subordination à l’ égard de l’UE. Il a, enfin, martelé que les Etats africains doivent sortir du diktat de l’UE en finançant  le budget de l’Union Africaine.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse