Face aux risques liés à la situation socio-sécuritaire et au virus Ebola: Nord-Kivu : FIDA lance le PASA-NK

par -
0 2032

Ce double événement est organisé à Kinshasa avait un triple caractère. Il s’agit d’abord de marquer publiquement le réengagement du FIDA en Rdc. Et ce, après la levée de la suspension, dans le but de capitaliser les recommandations de la revue conjointe du portefeuille organisé avec le Gouvernement en main 2018. Ensuite, lancer officiellement le démarrage du programme d’appui au secteur agricole du Nord-Kivu (PASA-NK), dernier né de la coopération FIDA-Rdc, mais dont la mise en vigueur en octobre 2016 été suivie de la suspension du portefeuille qui a pénalisé sa mise en œuvre. Et enfin, regrouper dans un atelier d’immersion l’ensemble des équipes des projets des deux Congo avec  les staffs des Gouvernement qui assurent le suivi, ainsi que les équipes FIDA à Kinshasa et à Rome, pour mieux se connaître étant donné que plusieurs membres des unités de gestion des projets ont été recrutés très récemment et il y a besoin d’une immersion aux opérations du FIDA.

M.Noël Botakile, vice-ministre de l’Agriculture, a lancé hier à Kinshasa le Projet d’appui au secteur agricole dans la province du Nord-Kivu (PASA-NK), ainsi que l’atelier d’immersion des projets/programmes du portefeuille FIDA en Rd Congo. C’était en présence du Secrétaire général à l’Agriculture, président du comité de pilotage ; du ministre provincial de l’Agriculture, représentant le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, du Directeur-Pays du FIDA en Rdc, M. Abdelhaq Hanafi et de l’ensemble des équipes des projets des deux Congo.

Tout a commencé par l’introduction du Secrétaire général à l’Agriculture et président du comité de pilotage, M. Evariste Bushabu qui n’a pas caché sa joie de constater que cela faisait deux ans que nous étions en suspension du portefeuille FIDA. Mais après le plaidoyer du Gouvernement, nous sommes réunis pour fêter la victoire. Le ministre de l’Agriculture du Nord-Kivu, représentant le Gouverneur Julien Paluku a vanté les potentialités de sa province, disant que c’est une province à vocation agricole, une terre très fertile où on peut cultiver toute l’année. Il a toutefois fait observer que l’agriculture a perdu toute sa noblesse à cause de l’insécurité, les tueries, etc. Et en dépit de cela, le secteur agricole est en croissance et forme 40% du PIB. A l’en croire, les objectifs poursuivis par le PASA-NK et les cibles vont contribuer au développement de la province.

La Rdc doit mériter cette confiance du FIDA

Soulignons qu’avec la levée de la suspension de la Rdc, une prorogation de 28 mois du PAPAKIN a été obtenue, mais avec la condition que le projet atteigne des niveaux de performance acceptables, attestés par l’atteinte d’un certain nombre de jalons fixés respectivement au 31 décembre 2018 et au 30 juin 2019. Le PIRAM et le PASA Nord-Kivu sont aussi soumis à la même contrainte, celle d’atteindre des jalons similaires aux mêmes dates. « Nous devons travailler pour démontrer au FIDA que la Rdc a mis en place un cadre et des procédures, et possède des équipes des projets capables d’assurer un décaissement, un investissement et un suivi performants en qualité et en quantité, dans des délais courts », a indiqué le Directeur-pays du FIDA, M. Abdelhaq Hanafi.

Aussitôt que le FIDA a prononcé la levée de la suspension en Rdc, des missions d’appui à la relance des projets PAPAKIN et PIRAM ont été initiées, et qui ont permis de tirer des leçons importantes. « …nous avons aussi réalisé que la suspension a eu un impact négatif sur les bénéficiaires des projets FIDA, mais aussi les partenaires de nos projets. Les besoins sont énormes et le temps restant aux deux projets PIRAM et PAPAKIN est court. Nous dévons donc travailler ensemble main dans la main pour une meilleure efficience des activités des projets et surtout pour assurer l’impact attendu sur la population rurale », insiste-t-il.

Mais pour améliorer la performance des portefeuilles, le FIDA est en entrain de doter certains pays des Unités de délivrance de résultats (Delivery Unit). Et l’on a appris que la Rdc a été retenue parmi les trois pays  africain pour recevoir un don pour l’établissement d’une telle unité qui devra se faire en concertation avec les autorités nationales.

Quid du PASA-NK

Le PASA-NK, ce petit bébé qui est né à Kinshasa, est un projet d’une durée de 9 ans (amputé de 2 ans de suspension), qui se propose d’investir 53 millions de dollars pour appuyer de manière durable le secteur agricole et rural du Nord-Kivu, en s’appuyant sur des organisations paysannes et des services étatiques, et en ciblant en priorité les chaines de valeurs riz, maïs, pomme de terre et café.

Le montage institutionnel de ce projet est novateur dans la mesure où c’est la première fois que le FIDA et le Gouvernement de la Rdc ont accepté d’impliquer des organisations paysannes et des Ong dans la gestion directe et la mise en œuvre du projet. La contribution du FIDA dans ce projet s’élève à près de 34 millions de dollars Us. La moitié de ce montant est sous forme de don. L’autre moitié, soit 17 millions de dollars Us est accordé sous forme de prêt, à des conditions particulièrement favorables, exempt d’intérêts, mais soumis à une commission de service de 0,75% par an, et d’un délai de quarante ans dont dix années de différé.

Outre le FIDA, disons aussi que le Fonds de développement des pays exportateurs de pétrole (OFID) s’est engagé à un apport de 9,7 millions de dollars Us pour le désenclavement des bassins de production. Voilà qui a poussé M. Abdelhaq Hanafi, Directeur-Pays du FIDA à dire que le PASA NK est une opportunité exceptionnelle d’investir dans une zone confrontée à de nombreux défis et risques, notamment liés à la situation socio-sécuritaire et depuis récemment à la présence du virus Ebola. « Pour contourner ces deux défis, le FIDA préconise de cartographier les villages ciblés et d’investir progressivement en fonction du niveau de maîtrise des risques », précise-t-il.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse