Face aux multiples exactions des ADF contre les populations

par -
0 461
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Monusco  et  les Fardc matérialisent  « tacitement »  leur coopération sur terrain

Des casques bleus de la mission de  l’ONU en RDC (Monusco) et les forces armés de la RDC ont repris depuis deux mois la coopération en vue de neutraliser les groupes armés sévissant dans l’Est de la RDC, même si le commandement des opérations de l’ONU reconnait avoir matérialisé tacitement sa coopération avec les Fardc en réplique aux rebelles ougandais de l’ADF.

La région est montagneuse, couverte de forêt, la piste déserte et peu fréquentée par des usagers ordinaires craignant des incursions des rebelles ougandais de l’ADF auteurs présumés de carnages et embuscades sur la nationale numéro 4 reliant le territoire de Beni à la nouvelle province de l’Ituri.

Le long de la nationale numéro 4, très capitale pour la région, les maisons comme des terres fertiles ont été abandonnées  par des populations fuyant les exactions des ADF ne tuant qu’à la machette et autres armes blanches.

A une dizaine de kilomètres de l’aéroport de Mavivi, loin de la ville  ici dans la localité d’Opira, les casques bleus de l’ONU et les militaires des Fardc font tacitement front commun contre  les ADF. Déployées sur l’axe, la présence des forces armées de la RDC et les casques bleus de la Monusco fait revenir des embarcations.

« Il est vrai que la reprise de la coopération a été signée, nous travaillons sur sa formalisation mais nous ne pouvions pas croiser les bras, laisser les populations mourir, nous avions donc repris la coopération militaire sur terrain, nos troupes sont ensemble avec les militaires congolais  pour traquer l’ennemie  »,  a déclaré à l’Avenir le Général Jean Baillaud, Commandant adjoint des Forces de la mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC  (Monusco).

D’après certains témoignages  des observateurs sur terrain et certaines sources militaires, la coopération militaire avait connue de failles depuis février 2015 après que l’ONU ait exprimée son mécontentement face à la nomination de deux généraux à la tête du commandement des opérations dans le Nord-Kivu, pourtant classés sur sa liste noire.

Depuis octobre 2014, les rebelles ougandais de l’ADF sont accusés de plus de 650 civils dans le territoire de Beni. Mais de sa part, le commandant de la troisième zone de défense, le général major Léon Mushale a indiqué que ces exactions contre les civils sont expliquées par la défaite et la peur des ADF face aux forces armées de la RDC (FARDC)  et ses partenaires, les casques bleus de l’ONU.

« Ces actes sont graves et très barbares, c’est un mal insupportable car ne visant que des populations,  ce sont des actes expliqués par la frustration, et  la défaite, bref, les ADF, notre grand ennemi est aux abois », a-t-il expliqué à votre journal, laissant entendre que malgré les tactiques terroristes de l’ennemi, son éradication est certaine avec le concours des partenaires et de la population  que «  nous appelons à intensifier sa collaboration avec l’armée pour défier l’ennemie ».

Les deux responsables de l’armée ont de même signifié que les opérations vont s’intensifier contre les assaillants étant le plus nocif envers les populations civiles dans la région.

Le carnage fait perdre confiance

Signalons par ailleurs que des exactions des ADF depuis octobre 2014 ont causé le déplacement de plusieurs dizaines de milliers de populations vers des grandes agglomérations du territoire de Beni et la province de l’Ituri où elles sont accueillies dans des familles, la région ne possédant aucun camps de déplacés malgré la nécessité exprimée aux organisations non gouvernementales et les agences du système des Nations Unies, déplore la Société civile.

« Ces carnages ont fait perdre la confiance des populations à l’armée et aux casques bleus de la Monusco. Nous espérons qu’avec cette reprise que nous voyons sur terrain, la confiance sera bel et bien rétablie », a dit de son coté Gilbert Kambale, le président de la Société civile de Beni, rencontré par votre Journal dans la ville de Beni.

Au coté de cette reprise de coopération exprimée sur terrain, la société civile suggère l’évaluation des opérations Sukola1 lancées conjointement par le haut commandement général des forces armées de la RDC et la brigade de l’ONU depuis janvier 2015 contre les ADF.

Postés dans la région depuis plus de 20 ans,  les rebelles ougandais de l’ADF ont tissé des liens avec les populations et profitent de la configuration du terrain pour  commettre leurs exactions. «Mais   nous sommes déterminés à vaincre le mal de  l’ennemie », conclu le général Major Léon Mushale.

Dans un récent communiqué relayé par la presse, des organisations de la société civile dans la région déclarent avoir identifiées 1 017 personnes tuées et 1 391 dans le territoire de Beni et de Lubero depuis près de deux ans suite à l’activisme des ADF et différents groupes armés locaux dans la zone.

(Pascal Mulegwa/Goma)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse