Face aux enjeux de l’heure: La CENCO favorable à un réaménagement du calendrier électoral

par -
0 628
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

* A l’occasion de leur 52ème Assemblée plénière à Kinshasa, les Evêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont rendu public un communiqué de presse, dans lequel ils réaffirment leur position de promouvoir un dialogue national dans le respect absolu du cadre constitutionnel et institutionnel en vigueur. Pour eux, ni dans son déroulement, ni dans ses conclusions et recommandations, le dialogue envisagé ne peut énerver directement ou indirectement la lettre et l’esprit de la Constitution de la République ni ignorer les institutions républicaines prévues par elle

*Quant au calendrier électoral, ils proposent un réaménagement dans l’ordre suivant : élections provinciales (députés provinciaux, gouverneurs et sénateurs), législatives et présidentielle en 2016. Dans ces conditions, les élections locales, municipales et urbaines pourraient se tenir en 2017, en se donnant ainsi le temps et les moyens de mieux les préparer

Pendant que le chef de l’Etat doit en principe lancer un grand message en perspective de la convocation prochaine du dialogue voulu et attendu par tout le monde à l’occasion de la commémoration de 55 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), déjà consultée, s’est faite encore entendre. Cette fois, c’était à l’occasion de la 52ème Assemblée plénière tenue à Kinshasa, du 22 au 26 juin 2015.

Prenant en compte le contexte du processus électoral, ils ont échangé sur le point de vue de la CENCO en rapport avec les consultations organisées par le Chef de l’Etat en vue du dialogue national. Ils ont réaffirmé leur position de promouvoir un dialogue national dans le respect absolu du cadre constitutionnel et institutionnel en vigueur. En clair, ni dans son déroulement, ni dans ses conclusions et recommandations, le dialogue envisagé ne peut énerver directement ou indirectement la lettre et l’esprit de la Constitution de la République ni ignorer les institutions républicaines prévues par elle.

Quant au calendrier électoral, ils proposent un réaménagement dans l’ordre suivant : élections provinciales (députés provinciaux, gouverneurs et sénateurs), législatives et présidentielle en 2016. Dans ces conditions, les élections locales, municipales et urbaines pourraient se tenir en 2017, en se donnant ainsi le temps et les moyens de mieux les préparer.

Pas d’élections plus importantes que les autres

C’est ici qu’une certaine opinion ne comprend pas pourquoi la CENCO se fait l’écho d’une certaine communauté internationale et de l’opposition radicale qui vont pratiquement dans le même sens, celui du réaménagement du calendrier électoral. Reçue par le chef de l’Etat dans le cadre des consultations initiées par lui, pourquoi n’a-t-elle pas profité de l’occasion pour lui présenter toutes ces propositions, que de les faire tomber l’une après l’autre ?

Qu’à cela ne tienne, la CENCO ne devra pas oublier la mise au point du Gouvernement du 11 juin 2015, dans lequel il s’inscrit en faux contre l’idée selon laquelle il existerait des élections plus importantes que d’autres et rappelle que la matière électorale relève de la souveraineté d’un peuple. Les élections, locales, municipales, provinciales, législatives ou présidentielle étant toutes prévues et organisées soit par la Constitution, soit par les lois de la République, nul ne peut décréter «peu importante » l’une quelconque d’entre elles, hormis le constituant ou le législateur congolais.

Le message de J. Kabila très attendu

Il sied de souligner que tout ce qui est dit par les uns et les autres, c’est en direction du chef de l’Etat qui, dans les minutes qui suivent, doit faire un grand discours dans lequel il doit annoncer ce qu’il compte faire, après avoir consulté les Congolais de tous bords représentés par la classe politique, la société civile, les confessions religieuses, les jeunes, etc.

C’est ici qu’il faut rejoindre la position du Gouvernement, dans la mise au point précitée, où il était dit « qu’en tout état de cause, il revient au Chef de l’Etat, après avoir écouté toutes les entités consultées, de décider si les éléments utiles pour la tenue dudit dialogue politique sont remplis et de convoquer, subséquemment de telles assises. À moins qu’il ait pu se faire une idée suffisamment claire sur l’entendement des uns et des autres au sujet des questions – clés y relatives que sont notamment le calendrier électoral et le strict respect par tous des fondamentaux de la loi pendant les opérations électorales à venir ».

Ceci pour dire qu’il revient au chef de l’Etat et à lui seul de dire aux Congolais s’il faut aller au dialogue ou pas. Dans l’hypothèse où nous allons au dialogue, et selon ce qui ressort des dires des consultés, cinq sujets seraient alors à l’ordre du jour, notamment : Elections et calendrier électoral. Le calendrier global étant contesté, faut-il aboutir à un calendrier consensuel ? Comment on y arrive ? Est-ce à l’initiative du Président qui saisirait la CENI ou plutôt à l’initiative de l’ensemble de la classe politique ? Sécurisation des élections. Comment éviter le climat exécrable qui a perturbé les échéances électorales de 2006 et 2011 ? Financement des élections. Les prochaines élections devraient coûter à la Nation 1 milliard 200 millions de dollars américains. Est-on capable de les financer seuls, au nom de la souveraineté nationale? Doit-on compter sur la communauté internationale ? Avec quels risques ? Enrôlement des nouveaux majeurs. A combien sont-ils ? Doit-on se contenter de la réponse technique de la CENI ou doit-on les faire participer à toutes les élections ? La participation ou non de la communauté internationale. Faudra-t-il un médiateur, un facilitateur étranger ou allons-nous faire confiance à la sagesse d’un fils du pays ? En somme, ces consultations ne tendent pas à éviter les élections. Elles se préoccupent plutôt à trouver un consensus sur la manière de les organiser et pour quels objectifs ?

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse