Face aux controverses nourries sur le Parc Virunga

par -
0 784
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Rdc peut solliciter une déclassification d’une partie du Parc pour exploiter son pétrole

L’idée est bonne et la faisabilité possible, à en croire Maziz Leila, en charge de l’Afrique au sein du Centre du Patrimoine mondial de l’Unesco à Paris, captée par Géopolis, paraissant à Kinshasa. Le journal, en effet, évoque la démarche de déclassification d’une partie du Parc de Virunga, actuellement sujet à problème. Ceci pour permettre au pays de tirer profit de cette grande réserve à faune et flore de l’Afrique.

Dans l’idée de l’Unesco, une demande formulée par le pays dans ce sens, peut libérer les choses. Dès lors, l’Etat congolais et plus précisément les populations riveraines qui attendent de pieds fermes, pourront exploiter la partie tant convoitée et riche en pétrole, et espérer une augmentation du budget national. « Jusqu’à ce jour, il n’y a eu aucune demande formelle de la part des autorités congolaises de déclassifier une partie du parc », a fait savoir Maziz Leila, soulignant que la sanction suprême n’a été appliquée qu’à deux reprises, depuis la signature de la convention sur la protection du patrimoine mondial en 1972.

Cependant, rappelle Géopolis dans l’article su-évoqué, en 2007, le site des Oryx arabes d’Oman qui a été rayé de la liste du patrimoine mondial après la décision du sultanat d’Oman de réduire sa superficie de 90% pour un projet de prospection d’hydrocarbures. Même sanction en 2009 pour la vallée de l’Elbe et sa «cathédrale de Dresde» en Allemagne, en raison d’un projet de construction d’un pont routier.

Et donc, autant de raisons alors valables, peuvent conduire à une déclassification du site, si la volonté de formuler la demande est manifeste. A défaut d’explorer l’ensemble de cette grande réserve africaine, la Rdc va donc, se contenter que d’une partie seulement. Et on ne voit pas pourquoi l’Unesco refuserait, lorsqu’on se rappelle que la Rdc n’est pas la première à manifester ce besoin, le plus légitime qu’il soit. Celui de tirer de la boue de la grande pauvreté dans laquelle pataugent ces Congolais riverains du Parc Virunga. C’est ce qu’avait déclaré le premier ministre Matata Ponyo,

Le parc national des Virunga, situé dans la partie Est de la Rdc est un modèle de biodiversité inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. Et l’Unesco s’oppose depuis à l’exploitation de ce site, fortement convoité par plusieurs firmes pétrolières et autres et classé dans le patrimoine mondial.

En dépit de cette opposition, le Gouvernement congolais reste optimiste, et espère trouver un terrain d’entente avec l’Unesco, qui s’y oppose. «Le gouvernement mène des contacts auprès de l’Unesco, pour examiner une possibilité d’explorer judicieusement le pétrole du parc», peut-on lire dans cet article de Géopolis.

L’Unesco brandit le statut du patrimoine mondial

Interrogé par Géopolis, Maziz Leila, en charge de l’Afrique au sein du Centre du Patrimoine mondial de l’Unesco à Paris, rappelle que de telles activités (Ndlr : Exploitation pétrolière) sont incompatibles avec le statut du patrimoine mondial. «La directrice de l’Unesco s’est personnellement rendue à Kinshasa en janvier 2011 pour rencontrer les autorités congolaises et rappeler qu’aucune exploration ou exploitation pétrolière ne devait être permise au Parc national des Virunga, compte tenu de son classement international», conclut-elle dans ce journal kinois.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse