Face à l’attitude négationniste des Kamwina Nsapu: Le juge dispose des éléments supplémentaires pour asseoir sa conviction

par -
0 129
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’audience foraine d’hier du Tribunal militaire de Garnison siégeant dans l’enceinte de la prison militaire de Ndolo, l’attention de tous s’est focalisée sur l’exploitation des relevés téléphoniques.  À la demande du Tribunal, les experts ont projeté publiquement le numéro de Ntumba Papy avec sa photo fournie à son opérateur lors de l’enregistrement.  Une photo avec un casque de moto qui le montre en plein exercice de son métier. Visage reconnu par d’autres prévenus devant les juges dont Christian Mukadi, Kalala Calvin et d’autres. Le concerné, lui, a nié son propose visage, au grand étonnement de toute l’assistance. Voilà qui a poussé la partie civile Rdc à souligner que c’est ne pas parce qu’il a nié qu’il ne sera pas condamné. A l’en croire, le juge va recourir à certains éléments qui viennent asseoir son intime conviction.

Le Tribunal militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe poursuit sans désemparer l’exploitation des relevés téléphoniques, étape  très importante  au regard des révélations qui font suffoquer les prévenus propriétaires des numéros analysés.  Face au rejet systématique par les prévenus des évidences des données fournies par  leurs numéros sous examen, les experts ont fourni même les photos de certains prévenus obtenues lors de l’acquisition de leurs cartes SIM.

À la demande du Tribunal, les experts ont projeté publiquement le numéro de Ntumba Papy avec sa photo fournie à son opérateur lors de l’enregistrement.  Une photo avec un casque de moto qui le monte en plein exercice de son métier. D’autres prévenus dont Christian Mukadi, Kalala Calvin… ont reconnu ce visage  devant les juges. Le concerné, lui, a nié son propose visage, au grand étonnement de  l’assistance.

Selon le Ministère public, cette photo confirme, que Ntumba est bien le propriétaire de ce numéro qui montre le lien de communication  entre lui et Mputu Ali, son frère et scarificateur des adeptes avant les attaques de la prison centrale Makala et de l’attaque du Marché central.  Au cours de cette attaque, Ntumba Papy serait parmi les quatre assaillants qui ont donné la mort à l’Administrateur du marché central de Kinshasa. Selon ces relevés, Ntumba papy avait également appelé Tshimanga, Byaya.

Réagissant à ce comportement, le Bâtonnier Mbere, avocat de la partie civile Rdc a indiqué que nier un fait, c’est un droit reconnu à tout prévenu et ne pas reconnaitre un fait, c’est ne pas pour dire que vous ne serez pas condamné. « Le juge a certains éléments qui viennent asseoir son intime conviction. En d’autres termes, le juge a les procès-verbaux établis, il a les feuilles d’audiences, les procès-verbaux  de saisies, les procès-verbaux de constat et il a aussi les relevés  téléphoniques. Cela entre dans le cadre de leur stratégie de défense et donc, le droit est une science qui a ses techniques, … », dit-il.

Pour sa part, Kabasu Kufulu comparant, a reconnu que Mputu était son frère, c’est à ce titre qu’il était en communication téléphonique avec lui. Le Ministère public s’est fondé sur son appel du 16, date de la préparation de l’attaque du 17 mai 2017.  Au nombre de prévenus qui ont comparu ce jeudi, figurait également Kalala Calvin, présumé responsable de la cellule Kamwina Nsapu Ngiri-Ngiri. Il aurait eu des échanges avec Mputu Ali au mois de mars, période inscrite comme celle au cours de laquelle a eu lieu la préparation de la scarification des adeptes de son Tshiota. Les concernés ont rejeté en bloc ces accusations.

Au regard de ces relevés, Mputu et son oncle Mukengeshay ont communiqué de février en août 2017. L’appel qui a retenu l’attention du Tribunal, c’est celui du 15 août. En effet, l’organe accusateur affirme que Mukengeshayi aurait donné, depuis Kananga, les consignes à Mputu son neveu de décapiter le Chef de l’Etat et ses deux ministres. Mukengeshayi a nié ces accusations, rétorquant que c’est en cette date qu’il a été arrêté.

Tout ceci ne pouvait que susciter l’étonnement du Bâtonnier Mbere. « Je suis étonné comme vous, photo à l’appui, mais il nie que ce n’est pas lui. Vous pensez que  c’est parce qu’il a nié qu’il convainc ? En ce qui concerne Mukengeshayi, il faut lire son procès-verbal d’audition », insiste-t-il, avant de faire observer qu’appeler son frère, ce n’est pas un problème, mais vous l’appelez en étant où ? Vous habitez Camp PM à la N’Sele, mais vous appelez votre frère  à 5h15 en étant en face de la prison de Makala, n’est-ce pas là un élément de géolocalisation à la suite des opérations ?

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse