Face à la tricherie opérée en Afrique du Sud « Ensemble » exige le respect de son identité

par -
0 258
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Devant obéir à la loi électorale qui a instruit à la classe politique, mieux aux partis politiques de se regrouper pour tirer profit du seuil d’éligibilité, certains politiciens se sont retrouvés en Afrique du Sud, sans pour autant jeter un coup d’œil sur les regroupements existants, ont lancé le leur, du nom d’« Ensemble pour le changement », ne sachant pas que ce nom appartenait déjà à un mouvement associatif en Rdc appartenant à Jean-Pierre Lihau, Dircab du président de l’Assemblée nationale  et qui est protégé par les lois de la République.

Ce mouvement, n’étant pas un parti politique, mérite respect et être protégé dans son identité. Voilà pourquoi « Ensemble » entend se lever au-dessus des limites politiciennes traditionnelles et recruter ses partisans sans tenir compte des clivages gauche-droite ou autres. Il s’agit d’une vision, d’une manière d’exercer la gouvernance qui ne vise qu’à réaliser, d’une manière nouvelle les vœux du souverain primaire. Car le peuple congolais a besoin d ‘un véritable électrochoc en lieu et place de crédos, de saupoudrages et autres bricolages de politiciens.

Comme des regroupements continuent à se constituer, et ce, à l’avantage de la démocratie congolaise, « Ensemble », non seulement qu’il proteste énergiquement contre cette tricherie, voudrait tout simplement s’adresser aux concernés qui veulent briguer la magistrature suprême pour leur demander de faire preuve de bonne foi en procédant au changement de ladite appellation. Parce que n’importe qui peut se tromper. Au cas où ils persévéraient dans leur erreur, le président de «Ensemble » n’aura pas d’autre choix que de saisir la justice pour rentrer dans ses droits. « Toute personne, fût-elle ancien ministre ou ancien gouverneur de province, pour tout fait quelconque, fût-ce la seule imitation d’une dénomination même non déposée, se doit de réparer si le juge, convaincu d’un préjudice corrélatif, établit sa responsabilité », a dit Jean-Pierre Lihau qui s’adressait à la presse le weekend dernier.

Toutefois, « Ensemble » estime main sur le cœur que les hommes peuvent toujours s’entendre et éviter  de se livrer en duel devant les cours et tribunaux, d’autant plus qu’un adage populaire souligne : « mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès ». Donc, rien n’interdit aux « Rassemblés » d’Afrique du Sud, même s’ils ne viennent pas s’excuser devant la presse, de rectifier le tir en justifiant le choix d’une nouvelle appellation.

Pour soutenir son argumentaire, le Dircab du président de l’Assemblée nationale cite l’article 4 point b de l’Ordonnance-loi n°086-033 du 05 avril 1986 portant protection des droits d’auteur et droits voisins. Pour le même texte, l’auteur d’une œuvre d’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, même inachevée, de la conception de l’auteur.

Au regard de tout ce qui vient d’être dit, Jean-Pierre Lihau demande à Moïse Katumbi de se chercher une nouvelle appellation à sa plateforme électorale afin d’éviter toute confusion avec son mouvement « Ensemble » qui bénéficie de l’antériorité d’existence car créé depuis le 09 décembre 2016. « Je suis prêt à me battre jusqu’au bout pour faire triompher la vérité, la justice et même le bon sens. Qu’on nous laisse travailler, nous avons fort à faire ! En revanche, qu’on demande aux imitateurs de compter sur la très grande richesse de la langue de Molière pour se trouver une autre appellation, à moins qu’on ne veuille puiser une dénonciation originale dans le patrimoine culturel congolais », dit-il, avant d’ajouter que les regroupements politiques comme celui qui est né en Afrique du Sud n’ont pas besoin de statuts ni d’enregistrement officiel pour exister. Ils peuvent changer librement de dénomination sans avoir des formalités à accomplir.

Et de préciser  que de notre côté, ce serait faire preuve d’inconstance, d’immaturité et de manque de vision claire que de changer d’appellation juste pour faire place aux artifices des autres. Car, si nous voulons contribuer à la consolidation de l’Etat de droit, que chacun se redise mille et une fois à lui-même que charité bien ordonnée commence à la maison.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse