Face à la spoliation du site Mukonzo à Kingabwa: Kokonyangi rassure les mamans maraîchères

Joseph Kokonyangi brandissant la preuve de vente de parcelles dans le site en question
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Plus de peur que de mal. Beaucoup d’eau aura inutilement coulé du robinet du site Mukonzo, pendant que la volonté du ministre de l’Urbanisme et Habitat, Joseph Kokonyangi était noble. En réalité, il ne voulait que protéger  le site Mukonzo,  qui est aujourd’hui à la merci de spoliateurs. C’est la raison pour laquelle le ministre a reçu ce mercredi dans son cabinet de travail,  les femmes maraichères du site Mukonzo, en ce mois de mars qui leur est dédié. Il les a rassurés de sa détermination à protéger  ce site. Les parcelles de ce site ayant été vendues par un chef coutumier, preuves à l’appui, le ministre de l’Urbanisme et Habitat  a promis de remettre ces terrains aux mamans maraichères et surtout de les protéger en leur octroyant des titres de propriété.

En effet, l’affaire remonte  au samedi  10 mars dernier. Ce jour-là, ayant été informé de la  vente illicite de parcelles au sein du site maraîcher  Mukonzo situé au quartier Kingabwa dans la commune de Limete, le ministre de  l‘Urbanisme et Habitat, accompagné des experts de son ministère, était descendu sur le lieu pour palper du doigt cette triste  réalité.  A l’issue de la visite, Joseph Kokonyangi ayant comme compétence la gestion des espaces urbains, avait constaté qu’une  très  grande  partie de ce site  était spoliée par certaines personnes qui ont acheté des parcelles illégalement.

Sur base des preuves existantes, le patron de l’Urbanisme et Habitat avait pris la résolution  de protéger le site et les  femmes maraichères  face aux spoliateurs qui devenaient de plus  en plus nombreux.   Malheureusement,  la visite du ministre a été mal interprétée par certains pêcheurs en-eau-trouble qui cherchent constamment à nuire à la réputation du professeur Joseph Kokonyangi  dont la  mission est de développer le secteur de l’Urbanisme et Habitat en RDC et surtout, de protéger le patrimoine privé de l’Etat congolais.

Ces mauvaises langues ont incité certains journalistes à  salir l’image de Joseph Kokonyangi  dans les médias, en l’accusant d’avoir exproprié les femmes maraichères de leur site, ce qui est totalement faux, puisque le ministre n’a jamais fait de déclaration dans ce sens. De même, il n’a aucun jour dit que  ce site était vendu  au détriment des femmes maraichères.

Les spoliateurs ne s’en prendront qu’à eux-mêmes

Soucieux de mettre au clair cette affaire du site Mukonzo, Joseph Kokonyangi a,  dès son retour au pays après  un  bref séjour médical à l’étranger, reçu ce mercredi dans son cabinet de travail, les femmes maraichères du site Mukonzo. Au cours de cet échange  qui s’est montré bienfaisant et fructueux, le ministre  de l’Urbanisme et Habitat a brandi  aux mamans maraichères des preuves  existantes de vente de parcelles dudit site.  Le ministre  a rappelé aux mamans que son combat est de protéger ce site et non de l’exproprier. Il  a même promis de soumettre ce problème au niveau du prochain Conseil des ministres pour que ces femmes  maraichères  soient protégées à travers l’octroi   des titres de propriété.  L’objectif étant de  protéger  les mamans maraichères des spoliateurs qui veulent les déposséder de cette terre.

C’est le moment de dire à tous ceux qui ont acheté des parcelles sur ce site qu’ils ne s’en prendront qu’à eux même, a précisé Joseph Kokonyangi,  qui déclare la guerre à tous ceux qui veulent exproprier les mamans de leur terrain à Kingabwa.

Quid du projet de la Cité parlementaire

Quant au projet de la Cité parlementaire,  Joseph Kokonyangi a déclaré brièvement  que ça sera délocalisé vers un autre site. Après les éclaircissements du ministre, ces femmes maraichères ont toutes remercié  le patron de l’Urbanisme et Habitat   pour cette mise au point et surtout pour le soutien qu’il a manifesté à leur égard. Elles sont sorties de la salle de réunion du cabinet du ministre souriantes et promettent de ne jamais oublier l’acte que vient de poser Joseph Kokonyangi.

Enfin, fini la  polémique malveillante. L’affaire  Mukonzo est désormais classée, et les mamans maraichères de ce site  sont toujours propriétaires de leur terrain, elles vont continuer d’exercer leur métier pour nourrir leurs familles et la population kinoise. Le Gouvernement, à travers le ministère de l’Urbanisme et Habitat va les protéger,  en les octroyant des titres de propriété.

Rappelons que cet échange a été sanctionné par une prise collective de photo de famille  entre les mamans maraichères et le ministre de l’Urbanisme et Habitat, preuve que le ministre Joseph Kokonyangi ne s’est jamais opposé aux mamans maraichères. Au contraire, il les soutient dans leur dur labeur, un engagement dont la signification et d’assurer l’autonomie alimentaire à la population kinoise.

Crhioni Kibungu

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse