Face à la diabolisation entretenue par Paris, Luanda et Kigali Kinshasa: saisit l’ONU et l’UA

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Reçu par Antonio Guterres et Moussa Fakhi Mahamat, Léonard She Okitundu, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et Intégration régionale leur a remis le message de Joseph Kabila Kabange, président de la République démocratique du Congo.  Même si le contenu n’a été ni révélé ni discuté en réunion bilatérale, nos sources renseignent que le missi dominici de Kinshasa a tenu à rassurer l’ONU et l’UA de la bonne évolution du processus politique et du chronogramme électoral conformément au calendrier publié par la CENI le 5 novembre 2017. A l’occasion, il a déploré le « climat de suspicion permanent » et la tendance à une « dramatisation négative outrancière » sur la question de la RDC par certains pays et institutions, alors que sur l’échelle démocratique régionale et sous- régionale,  « la RDC est en avance! »

Au vu du comportement de trois pays, mieux de la diabolisation de la France, l’Angola et le Rwanda qui ont osé parler de la Rdc sans que celle-ci ne soit mise au parfum sur le contenu de cet entretien, il revenait au pays de Joseph Kabila, non seulement de leur demander de se justifier, mais aussi de saisir le Secrétaire général de l’ONU et le président de la Commission de l’Union africaine pour prévenir ce genre d’agissements. Pour ce faire, la Rdc a dépêché son Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et Intégration régionale à New York et à Addis-Abeba, avec un message clair quant à ce.

Et c’est aux alentours de 18 heures dans la salle des réunions du 32ème étage de l’imposante Tour des Nations Unies surplombant le fleuve Hudson, frontière naturelle entre l’îlot Manhattan et  l’espace New-Yorkais que le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a reçu ce 1er juin 2018, l’émissaire du Président Joseph Kabila Kabange en la personne de Léonard She Okitundu,  Vice-premier ministre, ministre des Affaires Etrangères et Intégration Régionale.

De prime abord, le Vice-premier congolais a transmis le message spécial du Président de la RDC à son éminent destinataire. Le contenu n’a été ni révélé ni discuté en réunion bilatérale. En effet, cette rencontre s’est déroulée en deux temps: discussions entre délégations et tête-à-tête SG ONU et envoyé spécial de Joseph Kabila Kabange.

Selon des sources proches des délégations, l’entretien bilatéral a tourné autour de l’évolution politique et du processus électoral en RDC ainsi que sur la situation sécuritaire. Selon ces dernières, le missi dominici de Kinshasa a  tenu à rassurer l’ONU sur la bonne évolution du processus politique et du chronogramme électoral conformément au calendrier publié par la CENI, le 5 novembre 2017: loi électorale, budget, listes électorales, audit par OIF, listes des partis politiques…

Il a déploré le « climat de suspicion permanent » et la tendance à une “dramatisation négative outrancière” sur la question de la RDC par certains pays et institutions, alors que sur l’échelle démocratique régionale et sous-régionale,  “la RDC est en avance!” A cet effet,  le Secrétaire Général des Nations Unies a pris note des avancées et a affirmé qu’ ” il n’y a aucun agenda politique en RDC de la part de son organisation qui n’a aucun parti pris, respecte la souveraineté et la primauté du peuple congolais dans ses choix politiques qui seront exprimés lors des votes”.

Les Nations Unies souhaitent cependant que l’objectif d’organisation des élections apaisées, crédibles et transparentes soit atteint dans les meilleures conditions et dans le respect de la Constitution et des lois de la RDC.  L’ONU rappelle à cet effet, qu’elle est en plein alignement stratégique avec l’Union africaine dans la gestion de la question. Nonobstant que la situation demeure préoccupante en RDC, M. Guterres a affirmé qu’elle était “de moins en moins inquiétante”, comparée à d’autres situations sur le continent car la solution politique semble se préciser avec l’organisation prochaine des scrutins conformément à l’accord consensuel.

She Okitundu a confirmé cette amélioration reconnue par le dernier sommet SADC à Luanda qui a même rappelé sa décision de nomination d’un envoyé spécial à cet effet et le Conseil de sécurité dans son dernier briefing sur la question, a salué les avancées dans l’organisation des élections.  Il s’en est suivi un long entretien privé entre les deux diplomates dont rien n’a filtré. Le projet de visite conjointe ONU-UA prévu à Kinshasa semblerait ne pas échapper à cette colique singulière.

Alors que plusieurs initiatives fumeuses aux buts inavoués font florès sur la RDC de la part de certains partenaires zélés,  Kinshasa par cette action diplomatique, tient à maintenir des canaux étroits avec les institutions réellement habilitées à préserver la paix et la sécurité internationales, notamment les Nations Unies, organe consacré à ce titre dont le Secrétaire général et le Conseil de Sécurité sont activement saisis de la situation en RDC.

She remet aussi un message de Joseph Kabila à Moussa Mahamat Fakhi

 

48 heures après avoir délivré un message spécial du Président Joseph Kabila au Secrétaire général des Nations Unies à New York, c’est dans un autre haut lieu du multilatéralisme mondial, à savoir Addis-Abeba, capitale de l’Union africaine, que le Vice-Premier ministre, ministre des Affaires Etrangères et Intégration Régionale, Léonard She Okitundu a procédé à un exercice similaire ce dimanche 3 juin 2018, auprès du Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Fakhi Mahamat.

 

Comme à New York, renseigne notre source, la teneur du message du Raïs congolais au Chef de l’Exécutif africain n’a pas été révélée.  Cependant, pour les observateurs et analystes avisés sur la RDC, d’aucuns y déduisent, au vu des deux hauts destinataires des messages présidentiels, la trame de la question de la visite conjointe projetée des deux patrons d’institutions internationales, les Nations Unies et l’Union africaine.

 

A ce sujet, selon des sources proches de l’entretien, la question a bel et bien été abordée entre les deux hommes d’Etat. Sur ce point, le numéro un africain a défini le substrat de cette initiative conjointe dont le but est de responsabiliser le leadership africain dans les questions continentales. Ceci dans le but  d’éviter que certains partenaires étrangers ne viennent de manière cavalière s’immiscer dans les affaires africaines sans mandat.

Il a rappelé que c’est dans le même esprit que le Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union de juillet 2017 avait condamné la pratique des sanctions unilatérales contre des pays et personnalités africaines par des pays et partenaires extracontinentaux. Cette initiative est donc voulue comme une appropriation africaine de la solution en RDC.

 

Le Chef de l’exécutif africain a salué les avancées dans les préparatifs des élections et renouvelé la disponibilité de son institution à accompagner le processus politique en RDC pour des élections crédibles, apaisées et transparentes. En près de 72 heures, l’envoyé spécial du Président Kabila en la personne de Léonard She Okitundu aura porté la voix de la RDC auprès des institutions internationales dûment saisies de la question de la RDC, notamment au Conseil de Sécurité et le Conseil paix et sécurité africain. Les pendules sont donc remises à l’heure à l’international par Kinshasa.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse