Face à la confusion entretenue par les Kamuina Nsapu: Le Tribunal fait appel aux renseignants

par -
0 330
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Tribunal militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe siégeant en audiences foraines à la prison militaire de Ndolo a poursuivi hier l’instruction du prévenu Gustave Ngandu Panu Kupa, alias « Papa Zambo, Tatu munene ». Il est présenté par le Ministère public comme l’auteur intellectuel par excellence, pour avoir financé l’installation du mouvement Kamuina Nsapu à Kinshasa, sachant que c’était un mouvement terroriste dont l’objectif était le renversement des institutions établies. Pour la partie civile Rdc, c’est ce Monsieur qui a apporté une aide indispensable à l’arrivée des précurseurs, des pionniers du mouvement terroriste Kamuina Nsapu à Kinshasa, en l’occurrence les prévenus Bakenga et Mputu. Non seulement qu’il a pourvu à leur déplacement, il a en même temps offert un hébergement et leur alimentation.

L’audience d’hier aura été très mouvementée à la prison militaire de Ndolo. Le prévenu Gustave Ngandu est resté sur sa ligne, rejetant en bloc tous ses aveux faits dans les procès-verbaux.  A l’occasion, ses avocats ont fait observer qu’il y a huit préventions, mais de différentes questions, il s’avère que l’instruction n’aura été menée que pour l’association des malfaiteurs. Comme pour dire que le reste des préventions : terrorisme, coups et blessures volontaires aggravés n’ont pas été concernés, … La défense a aussi voulu savoir si réellement Gustave Ngandu a été scarifié. La défense, toujours elle, a souligné que lorsque le prévenu a été enlevé, l’Auditorat militaire a été saisi et il a été tenu au secret depuis le 15 juillet 2017. Pour elle, le Ministère public n’a apporté aucune preuve. Il se base sur des procès-verbaux qui ne sont pas des éléments de preuve, parce qu’ils ne contiennent que des renseignements.

« Nous sommes très désolés de suivre aujourd’hui que notre client était l’auteur intellectuel du mouvement Kamuina Nsapu. Nous savons comment le Ministère public a monté  son scenario pour faire croire aux  gens que notre client Ngandu Gustave  aurait financé le mouvement terroriste. Sincèrement, c’est horrible. C’est un mouvement qui aurait commencé  à Kananga, on a suivi ici tous les ministres en ont parlé… il y a des  choses qui se sont passées à Kananga, aujourd’hui on les transporte ici pour le besoin de la cause. Un paisible citoyen qui n’a rien du tout, il n’a pas l’argent, il est en train de se démener. Voilà qu’on le surcharge comme si c’était lui l’auteur », a indiqué Me Herman Bolambele de la défense, avant d’ajouter que c’est  un dossier monté de toute pièce pour  nuire aux gens. Et de renchérir que je vous fais comprendre que 95% des gens  sont de Dibaya et quelques-uns de Dimbelenge. Ça sonne très mal, c’est impropre à la consommation. Il y a des contradictions terribles.

Réplique énergique de l’organe de la loi

Dans une mise au point, le président du Tribunal a réagi pour dire qu’il a eu tout le temps de passer en revue toutes les préventions en posant des questions claires au prévenu. Pour lui, dire que le Tribunal n’a pas instruit sur toutes les préventions, c’est faux ! Et le Ministère public d’ajouter que la prévention de terrorisme a été suffisamment instruite principalement. Et de préciser que la scarification est une cérémonie fétichiste comprenant plusieurs étapes. Il a été complété par le Bâtonnier Matadiwamba qui a expliqué que lorsqu’il est établi qu’il y a association des malfaiteurs, il y a participation par lui des infractions commises par les autres membres. On est soit auteur, soit co-auteur ou complice au regard de l’aide qu’on a apportée au groupe.

Pour le Ministère public, la finalité de la scarification, c’est pour devenir invulnérable aux coups de feu, aux balles et munitions. Il a soutenu qu’il y a des aveux dans le dossier et que la défense ne peut le pousser à violer l’article 9 du code de procédure pénale sur l’exploration corporelle. Par la suite, un débat a été engagé sur la nécessité de faire venir le propriétaire de la parcelle de Bandalungwa, mais aussi celui de l’appartement de M. Ngandu. Pour finir, l’organe de la loi a laissé entendre que Gustave Ngandu est un auteur intellectuel par excellence, pour avoir financé l’installation, sachant que c’est un mouvement terroriste dont l’objectif était de renverser les institutions légalement établies.

Cette position du Ministère public a été appuyé par la partie civile Rdc, qui a soutenu que ce Monsieur est l’auteur intellectuel par excellence, dans ce sens qu’il a apporté une aide indispensable à l’arrivée des précurseurs, des pionniers du mouvement terroriste Kamuina Nsapu à Kinshasa, en l’occurrence les prévenus Bakenga et Mputu. « Non seulement qu’il a pourvu à leur déplacement, il a pris en charge leur hébergement et leur alimentation. C’est celui qui a organisé la tournée dans la ville, parce que venant de Kananga, ils devaient maitriser la ville. C’est un prévenu dangereux et qui doit être jugé comme il se doit », estime le Bâtonnier Mbere.  Le Tribunal a aussi invité Ntumba Honoré, celui-là même qui avait hébergé Tudiakuila, accusé aussi de plusieurs infractions.

Le Bâtonnier se félicite, parce que le renseignant a démontré que les deux prévenus Tudiakuila et Bakajika se connaissaient bien. Parce qu’avant l’audition de ce témoin, ils ont voulu nous induire en erreur, en disant qu’ils ne se connaissaient pas. Alors que sa déposition est venue éclairer le tribunal sur ce point précis.  « Ces révélations viennent apporter un plus à la conviction du Tribunal sur le côté association des malfaiteurs et ruse des prévenus. Comment  expliquer que quelqu’un qui habite Bibua, mais qui va se faire enrôler à Kisenso ? Ce sont des gens organisés qui n’avaient qu’un seul but, tromper le Tribunal en se faisant enrôler deux fois, en se faisant appeler par x nom et en se préparant pour se faire disparaitre les traces », dit-il.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse