Face à la conditionnalité de la communauté internationale

par -
0 557
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La mise au point du Gouvernement

*Dans une mise au point parvenue à la rédaction du Journal L’Avenir, le Gouvernement de la République, à travers son porte-parole Lambert Mende, s’inscrit en faux contre l’idée selon laquelle il existerait des élections plus importantes que d’autres et rappelle que la matière électorale relève de la souveraineté d’un peuple. Les élections, locales, municipales, provinciales, législatives ou présidentielle étant toutes prévues et organisées soit par la Constitution, soit par les lois de la République, nul ne peut décréter «peu importante » l’une quelconque d’entre elles, hormis le constituant ou le législateur congolais

* Par ailleurs, le Gouvernement déplore que des partis qui avaient insisté pour la tenue d’un dialogue politique inclusif après les concertations nationales de 2013 auxquelles ils n’avaient pas pris part se soient abstenus de participer aux consultations initiées par le Président de la République pour préparer un tel dialogue

Une délégation des ambassadeurs accrédités en République démocratique du Congo et les Organisations internationales ont été reçues par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange. C’était dans le cadre des consultations qu’il a initiées en vue de la convocation d’un dialogue politique inclusif, devant réunir les fils et les filles de la République démocratique du Congo. A en croire le communiqué officiel du Gouvernement de la République signé par son porte-parole Lambert Mende Omalanga, les représentants de l’Union Européenne et du Secrétaire Général des Nations Unies ont indiqué qu’ils n’étaient prêts à apporter un appui qu’aux élections législatives et présidentielle de 2016 qu’ils considéraient comme plus importantes que les autres.

Et ce, après que le Chef de l’Etat ait donné à ses interlocuteurs le coût global des élections locales et urbaines, provinciales, législatives et présidentielle. Mais aussi, après qu’il ait invité ceux d’entre eux qui le pouvaient à prêter main forte au Gouvernement de la République pour mettre à la disposition de la CENI les moyens de son action à cet égard. Ci-dessous, la mise au point du Gouvernement de la Rd Congo :

L’Avenir

 

MISE AU POINT DU GOUVERNEMENT DE LA RDC

Au terme de l’audience accordée ce jeudi 11 juin 2015, par le Chef de l’Etat à une délégation des Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo tient à faire la mise au point ci-après:

  1. Le Président de la République, Chef de l’Etat, a expliqué aux représentants de la Communauté Internationale Sa démarche à travers les consultations en vue d’un dialogue politique tel que réclamé par une partie de l’opposition qui n’avait pas pris part aux concertations nationales de 2013. Après avoir rappelé le cauchemar vécu par la population de Kinshasa en 2007 après le scrutin de 2006 dont on s’accorde à reconnaître la bonne tenue, lorsqu’un candidat s’était attaqué aux forces de défense et de sécurité ainsi que les actes graves d’agression physique qui émaillèrent les élections de 2011 notamment à Kinshasa, à Kananga et dans d’autres agglomérations, le Président a fait part à Ses interlocuteurs de Sa volonté de garantir l’organisation d’élections certes libres et démocratiques en 2015, et 2016 mais aussi et surtout apaisées comme la constitution Lui en fait l’obligation et ce, en tirant les leçons des incidents susmentionnés. Les diplomates présents à l’audience se sont tous félicités de cette initiative et ont signalé qu’ils partageaient les défis relevés en termes de thématiques du dialogue national projeté. .
  2. En ce qui concerne la série des consultations électorales prévues en 2015 et 2016, à savoir les élections locales et urbaines, provinciales, législatives et présidentielle, le Président de la République a informé Ses interlocuteurs que le coût global en était estimé à 1 milliard 200 millions de dollars. Il a invité ceux d’entre eux qui le pouvaient à prêter main forte au Gouvernement de la République pour mettre à la disposition de la CENI les moyens de son action à cet égard. En réponse à cette requête, les représentants de l’Union Européenne et du Secrétaire Général des Nations Unies ont indiqué qu’ils n’étaient prêts à apporter un appui qu’aux élections législatives et présidentielle de 2016 qu’ils considéraient comme plus importantes que les autres.
  3. Le Gouvernement s’inscrit en faux contre l’idée selon laquelle il existerait des élections plus importantes que d’autres et rappelle que la matière électorale relève de la souveraineté d’un peuple. Les élections, locales, municipales, provinciales, législatives ou présidentielle étant toutes prévues et organisées soit par la constitution, soit par les lois de la République, nul ne peut décréter «peu importante » l’une quelconque d’entre elles, hormis le constituant ou le législateur congolais.

Le Gouvernement qui est en charge du financement des élections considère ces nouvelles conditionnalités auxquelles ces partenaires soumettent leur appui aux cycles électoraux comme une réédition de leur attitude lors des scrutins de 2011, lorsque de généreuses promesses d’appui aux scrutins législatifs et présidentiel ne furent pas tenues sous le prétexte d’une panoplie d’autres conditionnalités. Il est permis dans ces conditions de penser à un nouveau rendez-vous manqué avec lesdits partenaires pour tous les cycles électoraux à venir. Le Gouvernement reste ouvert à tous les partenaires désireux d’accompagner notre pays dans ces échéances cruciales tout en soulignant que l’acceptation d’un tel accompagnement dépendra du respect de la souveraineté de la République Démocratique du Congo.

  1. Par ailleurs, le Gouvernement déplore que des partis qui avaient insisté pour la tenue d’un dialogue politique inclusif après les concertations nationales de 2013 auxquelles ils n’avaient pas pris part se soient abstenus de participer aux consultations initiées par le Président de la République pour préparer un tel dialogue.

En tout état de cause, il revient au Chef de l’Etat, après avoir écouté toutes les entités consultées, de décider si les éléments utiles pour la tenue dudit dialogue politique sont remplis et de convoquer, subséquemment de telles assises. À moins qu’iI ait pu Se faire une idée suffisamment claire sur l’entendement des uns et des autres au sujet des questions – clés y relatives que sont notamment le calendrier électoral et le strict respect par tous des fondamentaux de la loi pendant les opérations électorales à venir.

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse