Face-à-face EdemKodjo-Michaëlle Jean: L’OIF insiste sur l’urgence du dialogue politique

par -
0 686
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après qu’il ait reçu les conclusions du conclave de Bruxelles organisé par l’UDPS du 08 au 09 juin 2016 et dont la primaire a été réservée à Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Royaume de Belgique, Edem Kodjo, Facilitateur au dialogue politique national et inclusif convoqué par le président Joseph Kabila Kabange, se devait de rencontrer Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). « L’organisation des élections est essentielle à la consolidation des acquis démocratiques et au maintien de la stabilité politique en RDC », a déclaré Michaëlle Jean, avant d’ajouter qu’il est donc primordial de parvenir à un consensus politique pour permettre la tenue d’élections apaisées, crédibles et fiables dans le respect des dispositions constitutionnelles. Elle a profité de l’occasion pour appeler tous les acteurs politiques au sens de la responsabilité. C’était à l’occasion de son tête-à-tête du lundi 20 juin dernier, avec Edem Kodjo, Facilitateur de l’Union africaine pour le dialogue politique en RDC.

Cela étant, Michaëlle Jean exhorte tous les acteurs politiques congolais à privilégier le dialogue en vue de la relance du processus électoral en République démocratique du Congo. Un appel fortement lancé aux politiciens Congolais, notamment ceux des conclavistes de Genval en Belgique qui insistent sur la présence de l’OIF au panel à la facilitation. Une de ses exigences pour prendre part au dialogue convoqué par le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Au cours de cette rencontre à Paris, la Secrétaire générale a exprimé sa vive préoccupation face à la situation politique qui prévaut actuellement en RDC.

Kabila veut la paix

Pour éviter que le pire n’arrive, comme l’a souhaité certains prophètes de malheur, via certains médias dits« internationaux » qui veulent les troubles d’ici la fin de l’année 2016 en RDC, les Congolais doivent ainsi adhérer à l’idée du chef de l’Etat, Joseph Kabila qui, lors de son discours sur l’Etat de la Nation prononcé en décembre 2014, devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, a déclaré : « là où l’on vous promet la mort, moi je vous promets la vie, et là où on promet la violence, moi je garantirai la paix …». Partant de cette déclaration, le dialogue est une nécessité, afin de conserver la paix et la démocratie chèrement acquises en République démocratique du Congo.

Cela étant, il revient maintenant à l’OIF d’envoyer ses représentants, afin de rejoindre ceux des autres institutions qui se trouvent déjà en RDC, et qui doivent bientôt débuter les travaux préparatoires, de commun accord avec le Facilitateur Edem Kodjo.

L’OIF tient au processus électoral en RDC

Par ailleurs, la Secrétaire générale réaffirme la volonté de son Institution d’approfondir les actions déjà engagées en faveur du processus électoral en étroite liaison avec les partenaires internationaux. Sur ce, elle rappelle l’importance que la Francophonie attache à la vie politique apaisée dans le respect de l’État de droit, conformément aux principes énoncés dans la Déclaration de Bamako.

(Bernetel Makambo)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse