Expo « Mw’akeli » promeut la femme artiste et entrepreneure

par -
0 421
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Malkia Production, une structure s’occupant de la jeune fille, a organisé le  week-end dernier à la Pépinière de la commune de la Gombe,  deux journées d’exposition dénommées « Mw’akeli », dans le but de promouvoir la femme artiste et entrepreneure.

Durant deux jours, les 24 et 25 mars, des femmes entrepreneures, artistes, stylistes et modélistes ont répondu à cette invitation. Ces dernières ont bénéficié gratuitement de cet espace Pépinière qui, a-t-on appris, est un endroit réservé à la jeune fille.

. Toutes les femmes ont été à l’honneur. Les deux journées ont été bénéfiques pour la vente d’articles et la promotion de l’entreprenariat au féminin « Mw’akeli m’a aidé à vendre mes accessoires, c’est une belle initiative prise par Irène Vaweka. Elle m’a fait confiance, malgré mon jeune âge. Ce fut une belle expérience pour moi », a témoigné Déborah Tabu, créatrice d’accessoires d’une vingtaine d’années.

Initiée par Irène Vaweka à travers Malkia Production, qui travaille également pour la vulgarisation et le respect des droits de la femme, cette  activité pour une première édition a connu les hauts et les bas. « Les deux journées ont été à la hauteur mais pas à 100%. A la hauteur, parce que l’activité a eu lieu, certaines femmes et jeunes filles ont été nombreuses à répondre à l’invitation. Par contre,  l’inaccessibilité de l’endroit n’a pas permis à un grand nombre de s’y rendre », a-t-elle confié.

Et d’ajouter : «Puisque la Pépinière est un espace consacré à la jeune fille, elle devrait très souvent  abriter  ce genre d’activité pour sa visibilité qui permettra à beaucoup de femmes de se retrouver».

Artiste-cinéaste, elle-même, et enseignante à l’Institut national Des arts du Spectacle (INAS), Irène Vaweka a réalisé son tout premier film «  Un diable dans ma vie » en 2011. Celui-ci a pour  but essentiel d’interpeller la jeune fille sur le choix du conjoint et lui faire comprendre qu’il faudrait bien réfléchir avant de s’engager dans une relation amoureuse.

Projeté durant cette activité de « Mw’Akeli », ce film a reçu l’approbation des téléspectateurs. Ceux-ci non seulement ont été touchés par l’histoire, mais aussi poussés à revoir leur manière d’éduquer leurs filles concernant les relations amoureuses.

« Lors de mes premiers pas dans le monde artistique, j’ai aussi été dénigrée, traitée de tous les noms. Mais au travers de ma structure, j’ai su m’imposer et montrer à tous que la femme artiste est travailleuse. Qu’elle a sa place dans le développement de sa société», a-t-elle déclaré à la fin de ces deux journées de promotion des femmes artistes entrepreneures.

(Lofoli Gloria, Stagiaire Ifasic)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse