Exploitation et atteintes sexuelles des casques-bleus en Rdc

par -
0 464
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Lucie Kipele pour la sensibilisation des communautés sur le mécanisme de dépôt des plaintes

Pour réprimer les auteurs d’exploitation et d’atteintes sexuelles, les instruments juridiques internationaux et nationaux en la matière existent, mais c’est leur connaissance et applicabilité sur terrain qui posent encore problème, estime la ministre de la Femme, Famille et Enfant. Lucie Kipele soutient quant à elle que la communauté doit être sensibilisée, en vue de connaître les voies et moyens à suivre pour porter plainte contre ceux qui commettent « ces actes ignobles».

La ministre de la Femme, Famille et Enfant, Mme Lucie Kipele Aky Azua, a présidé mercredi 04 mai 2016 dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, un séminaire sur les mécanismes communautaires de canalisation des plaintes contre des casques-bleus de la MONUSCO pour les abus et violences sexuelles commis pendant leur mandat en Rd Congo. L’objectif dudit atelier était de mettre à la disposition des populations vulnérables, des capacités pour les accompagner et les protéger contre les actes d’exploitations et atteintes sexuelles dont certains casques bleus de la Monusco pourraient être impliqués.

Dans son mot de circonstance, le chef de l’équipe de Déontologie et de Discipline de la Monusco, Mme Adama Ndao, a indiqué que cette cérémonie marquait une étape décisive pour le lancement du programme (ou campagne) de sensibilisation et d’installation des réseaux de réception et de transmission des plaintes dans les communautés à risque en Rd Congo.

La Monusco déterminée à éradiquer les actes d’exploitation et d’atteintes sexuelles

La Monusco, a poursuivi l’oratrice sue évoquée, est déterminée à prendre des mesure amplement rigoureuses, pour éradiquer ce comportement. En outre, la Mission onusienne veillera à ce que les auteurs de comportements répréhensibles, y compris d’actes d’exploitation et d’atteintes sexuelles en répondent, et que des mesures soient prises pour remédier aux facteurs socioéconomiques et sécuritaires sous-jacents. « Depuis son déploiement en Rdc, la Monuc suivie de la Monusco, a déployé d’énormes moyens pour combattre, en son sein, ce phénomène regrettable d’exploitation et d’atteintes sexuelles », a-t-elle dit.

Cependant, Mme Adama Ndao de la Monusco a fait savoir que les mesures internes ne suffiront pas pour éradiquer ce mal et qu’il était important d’impliquer la communauté et les populations dans le processus de combattre ce fléau. C’est dans ce cadre que ledit séminaire a été organisé, a-t-elle expliqué, pour identifier, harmoniser et adopter des mesures volontaristes et renforcer les activités de communication avec les publics ciblés et mettre en place des mécanismes appropriés de réception et d’accompagnement et d’assistance aux victimes.

Un fléau décrié par la ministre Lucie Kipele

Saluant l’engagement de Mme la Ministre Lucie Kipele de la Femme, Famille et Enfant, Mme Adama a enfin rassuré que des mécanismes communautaires auront un rôle central dans cet accompagnement en tant que relai communautaire et des dispositions sont en cours d’élaboration pour faciliter le règlement des demandes en reconnaissance de paternité et de versement de pension alimentaire.

Dans son discours d’ouverture de ces assises à l’hôtel Ihusi de Goma au bord du lac Kivu, Mme la ministre de la Femme, Famille et Enfant a décrié ce fléau d’exploitation et d’atteintes sexuelles par des casques-bleus de la Monusco, qui « continue à ronger la vie des femmes, jeunes et petites filles congolaises occasionnant des conséquences néfastes multiples ».

Lucie Kipele estime que pour réprimer les auteurs d’exploitation et d’atteintes sexuelles, les instruments juridiques internationaux et nationaux en la matière existent, mais c’est leur connaissance et applicabilité sur terrain qui posent encore problème. Voilà pourquoi, soutient-elle que la communauté doit être sensibilisée en vue de connaître les voies et moyens à suivre pour porter plainte contre ceux qui commettent ces actes qu’elle qualifie d’ignobles « pour assouplir leurs instincts ».

Permettre à la communauté d’accéder à la justice équitable

Ayant rendu hommage au Président de la République Joseph Kabila Kabange pour la mise en place des mécanismes visant la protection de la femme, jeunes et petites filles congolaise – dont la promulgation de différentes lois – maman ministre Kipele a informé l’assistance que son Ministère a développé une Stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre (SNVSBG) avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

Avant de déclarer ouvert cet atelier, la ministre de la Femme, Famille et Enfant avait recommandé aux participants d’accorder une attention particulière aux travaux de ces assises pour que le mécanisme de dépôt des plaintes de la communauté soit connu des victimes, afin de leur permettre d’accéder à la justice équitable.

Il sied de signaler qu’outre la cérémonie d’ouverture officielle, ce séminaire sur les mécanismes communautaires de canalisation des plaintes a connu plusieurs autres temps forts. Notamment différentes interventions au cours de la session en plénière, des travaux en groupes suivis de la plénière, des présentations théâtrales, mots de clôture, etc.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse