Exécution du programme d’action du Gouvernement 2012-2016

par -
0 606
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Matata répond dans une semaine aux préoccupations des élus du peuple

C’est un Premier ministre soutenu par sa Majorité à la chambre basse du Parlement qui a mobilisé la base et autres entreprises crées durant son passage à la Primature qui se sont fixées rendez-vous devant le Palais du peuple, siège du Parlement. Cela suite à la question orale avec débat sur le niveau d’exécution du programme d’action du Gouvernement 2012-2016 adressée au Premier ministre Matata Ponyo par le député national Crispin Bindule. Ce dernier a voulu obtenir du chef du Gouvernement des éclaircissements précis sur le niveau d’exécution du programme d’action sous sa conduite. Après un riche débat, le bureau a accordé une semaine au Premier ministre pour préparer des réponses aux préoccupations des élus du peuple.

«  Pouvez-vous éclairer les lanternes de la représentation nationale sur le degré de réalisation à mi-chemin de ces six objectifs sociopolitiques et économiques qu’incarnent le programme d’action du Gouvernement de 2012 à 2016 », s’est ainsi exprimé Crispin Bindule.

Remerciant l’auteur de la question et l’Assemblée nationale de l’opportunité lui offerte, Matata Ponyo a axé sa réplique sur ses différentes réalisations dans les réformes institutionnelles,  la consolidation du cadre macroéconomique, la poursuite de la construction et la modernisation des infrastructures de base, l’amélioration du cadre de vie de la population, le renforcement du capital humain, l’éducation à la citoyenneté et le renforcement de la diplomatie et la coopération au développement.

« Le gouvernement a crée la société de transport du Congo (Transco). En 36 mois d’exercice, avec un parc de 500 bus de marque Mercedes, Transco est quotidiennement en circulation. 450 bus en exploitation dans la capitale congolaise, avec un tarif exceptionnellement social de 500 Fc la course. Près de 150.000 à 200.000 sont transportés quotidiennement par les bus Transco, bus qui desservent 27 lignes locales et une ligne interurbaine reliant Kinshasa à Kikwit. Et cela, à la grande satisfaction de la majorité de la population congolaise », reconnaît le Premier ministre qui a cité quelques actions significatives en ce qui concerne la diplomatie. Il s’agit de la signature de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba du 24 février 2013 entre la Rd Congo et les pays de la Région, le payement régulier des salaires et des frais de fonctionnement des ambassades de la Rdc à l’étranger, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années à l’étranger, l’exécution des travaux de réhabilitation de quelques chancelleries et certaines opérations d’acquisition immobilière et des véhicules de fonction dans certaines de nos ambassades.

Il sied de souligner que plus de 100 demandes de parole lors du débat général ont été enregistrées et le président de la Chambre basse du Parlement, l’honorable Aubin Minaku a proposé que le débat soit mené selon les groupes parlementaires. Ce qui a poussé les élus du peuple à engager un débat riche, question de voir clair sur la gestion du pays par le Gouvernement Matata Ponyo.

L’espoir est permis

Interrogé par la camera de la Rtga World, l’honorable Jean-Lucien Busa a noté simplement que le Premier ministre a plus parlé de ce qu’il a fait sans tenir compte de la base. Pour lui, la base, ce sont les propositions qu’il a faites au départ. Qu’est-ce que le Premier ministre lorsqu’il vient pour son investiture déclare qu’il va faire pendant cinq ans ? C’est ça la question fondamentale, à l’en croire. Par exemple, sur le plan de l’efficience de l’Etat, le Premier ministre dans son programme, avait promis qu’il devait mettre à la disposition de la CENI des moyens nécessaires pour des élections provinciales et locales. Aujourd’hui sur le plan politique, il n’a même pas fait allusion à cela. La question relative à l’état de droit, des libertés fondamentales, il n’a rien dit. Et pourtant, dans le programme du Gouvernement qu’il avait présenté, cela a été dit et proposé. Les questions macroéconomiques : le Premier ministre lorsqu’il a présenté son programme, il dit qu’en 2016 le taux de croissance serait de 15%. Aujourd’hui, ce taux de croissance n’a pas dépassé deux chiffres.

Un autre député de la Majorité Présidentielle élu d’Ikela a démontré comment le Premier ministre Matata Ponyo a brossé un tableau qui n’est pas sombre, un tableau d’espoir qui entraine la renaissance de notre pays longtemps courbé. D’où venons-nous ? Où en sommes-nous ? Où allons-nous. Tenez, à Ikela par exemple, depuis l’époque coloniale, la deuxième République n’a jamais construit aucune école. S’il y a une école en matériaux durables, peut-être que ce sont les missionnaires protestants, catholiques et autres. Aujourd’hui où nous parlons, plus de 15 écoles sont en pleine construction au niveau de ma circonscription électorale d’Ikela. Evidement il y a quelques faiblesses. Mais avec le concours de tous, nous pouvons aider le Gouvernement à aller de l’avant.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse