Ex CDI-Belgique « Congodorpen » pour des activités viables des paysans du Kwilu

par -
0 649
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cette Ong belge (ex CDI-Belgique) pilote un projet au Nord du territoire d’Idiofa dans la nouvelle province de Kwilu, en renforçant ainsi les capacités des Organisations paysannes. Après avoir occasionné la dynamique d’agroforesterie dans les quatre secteurs d’Idiofa avec les plantations de palmiers et d’acacias, l’Ong « Congodorpen » organise depuis 2014, des séries de formations techniques sur les activités génératrices des revenus à court terme en faveur des paysans. Cela a aidé les organisations paysannes ciblées et groupées autour des différents appuis à augmenter leurs revenus concrets.

L’Ong CDI-Bwamanda, fondée en 1969 par le père belge Léonard Van Baelen (composé des Congolais et des Belges) s’est désormais restructurée depuis 2013 en trois Ong autonomes. La partie du Nord Ubangi est devenue ADINE, celle du Sud-Ubangi a gardé le nom de CDI-Bwamanda et la partie Belgique devenant « Congodorpen » (traduisez : Congo village). « Congodorpen » est donc le nouveau nom de l’ancien CDI-Belgique.

L’Ong poursuit comme objectif, le renforcement des capacités des Organisations paysannes (O.P) en vue de la réalisation des activités viables. Que ces Organisations paysannes s’impliquent dans l’élaboration des plans de développement en parfaite harmonie avec les Conseils agricoles ruraux de gestion (CARG). Congodorpen œuvre également dans l’augmentation de la valeur ajoutée de la production des O.P ciblées grâce à une meilleure maitrise des modes de production, de transformation et de commercialisation.

Différentes réalisations de Congodorpen

De 2010 à 2016, cette nouvelle Ong belge « Congodorpen » pilote le projet DCI-Food sous subvention de l’Union européenne au Nord du territoire d’Idiofa dans les quatre secteurs de Sedzo, Bulwem, Dué, Mateko dans la nouvelle province de Kwilu, à l’intention des Organisations paysannes. Durant les trois premières années, le projet s’est concentré sur les plantations de palmiers et d’acacias avec les O.P sur des superficies dispersées. Cela a occasionné la dynamique d’agroforesterie.

En novembre 2013, les conclusions du monitoring externe ont recommandé la prolongation du projet pour un meilleur ancrage, mais également un meilleur accès à un équipement de transformation et de l’outillage adapté ainsi qu’une meilleure insertion des activités du cadre logique avec le concept de préservation des forêts.

C’est ainsi qu’au début de l’année 2014, pour une plus d’efficience et sans rejeter les anciennes plantations; le projet s’est recentré sur une zone plus circonscrite, d’accès plus aisé en meilleure adéquation avec les moyens techniques et humains et des appuis en équipements de transformation de produits agricoles et d’entreposage. Des séries de formations techniques sur les activités génératrices des revenus à court terme ont été organisées à l’intention des bénéficiaires.

Tout cela, a-t-on appris, a aidé les organisations paysannes ciblées et groupées autour des différents appuis, à augmenter leurs revenus concrets par la vente de légumes, la gestion des entrepôts construits, la gestion des moulins installés, la vente des poissons et du miel et la commercialisation des produits agricoles vivriers groupés dont l’évacuation a été facilitée par les travaux de cantonnage manuel ayant désenclavé les axes routiers.

Un des enjeux majeurs de cette prolongation a été de structurer les organisations paysannes (OP) bénéficiaires autour des appuis reçus. Ainsi, compte tenu de la répartition administrative et géographique des bénéficiaires, les 201 OP identifiées ont été structurées en 6 unions des producteurs agricoles et une plateforme (cadre de concertation et d’échange d’expériences entre les unions).

Du renforcement des capacités des représentants des OP

Les unions nées se sont volontairement affilées à la Faitière (fédération) des organisations paysannes de la province de Bandundu « FOPABAND » qui est membre de la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo « CONAPAC ». Cette structure est une dynamisation des acteurs de base et prémices indispensable à la mise en place des CARG prôné par ce projet.

La dernière phase du projet s’est spécialement consacrée sur le renforcement des capacités des représentants des unions et OP structurées sur autant de thèmes identifiés grâce aux diagnostics institutionnels à l’aide des consultants externes sélectionnés au sein de CENAPAD asbl. Cela a débouché sur des plans succincts d’action au niveau de chaque union.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse