Evolution du processus électoral en RDC: Nangaa rend compte à Kabila

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange a présidé, samedi 9 septembre, la réunion interinstitutionnelle. Cette grande réunion qui s’est tenue à Kinshasa, a mis autour du Chef de l’Etat quelques membres du Gouvernement central, les présidents de l’Assemblée Nationale et du Senat, les présidents et vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Céni) et du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre (CNSA). Il était question pour le Chef de l’Etat de se rendre compte de l’état d’avancement du processus électoral auprès de la bouche autorisée, qu’est le président de la Céni, Corneille Nangaa Yobeluo.

Pour le porte-parole de cette réunion interinstitutionnelle, le vice-premier ministre en charge de l’intérieur et sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, a fait savoir à la presse que la Céni, par la bouche de son président, a déjà identifié et enrôlé près de 42 millions d’électeurs sur financement propre du Gouvernement de la République. Ainsi, quant aux provinces restantes, dont le Kasaï, le Kasaï Central et les deux territoires de Kamiji et Luilu, l’opération a débuté d’abord avec la formation des membres des bureaux d’enrôlement, et la première carte sera délivrée déjà ce 12 septembre.

Un travail encouragé par le Chef de l’Etat, qui, il y a peu, s’est impliqué dans le processus de pacification et de retour au calme dans cette partie aussi importante du pays. Et aujourd’hui, tout le Kasaï retiendra que c’est grâce à ce soldat du peuple congolais que la paix a recouvré tout l’espace, et la milice Kamwina Nsapu a été neutralisée.

Poursuivant son compte rendu à la presse, le VPM Ramazani Shadary a encore révélé que le président de la Centrale électorale a posé les problèmes juridiques liés au processus électoral, notamment l’adoption des lois par les deux chambres du Parlement et sa promulgation par le président de la République. Et pour Nangaa, son institution attend détenir ces instruments juridiques au cours de la session parlementaire de septembre 2017.

Quant aux problèmes liés à la logistique, Corneille Nangaa a proposé aux participants à cette réunion, et au chef de l’Etat, Garant du bon fonctionnement des institutions de la République, des pistes permettant d’économiser l’argent du trésor public. Il s’agit notamment de la machine à voter.

Il s’agit d’une procédure de vote semi-électronique envisagée par la CENI, qui est pratiquement le même que le vote traditionnel, à la seule différence ; le remplacement du bulletin de vote traditionnel pour un bulletin de vote unique, spécifique et vierge. La technologie de ce système consiste à l’insertion du bulletin de vote unique (trois types de bulletin en carton) dans l’ordinateur, qui conduit la confirmation du choix du candidat sur un écran tactile, puis, l’impression du bulletin de vote et la ventilation des suffrages.

Cette machine à voter est une intelligence exclusive de la CENI, qui présente d’énormes avantages par rapport à l’ancien système de vote utilisé en 2006 et en 2011. D’abord la rapidité et la crédibilité (informatisation fiable), mais le plus important c’est l’économie du coût des élections. Surtout que les mêmes machines peuvent être utilisées pendant plusieurs années (jusqu’à 20 ans) et le système permettra de diminuer le nombre de bureaux de vote. Il y a aussi un autre avantage en termes de contentieux parce que ce système assure la traçabilité du vote. « Le vote reste le même, seulement on réduit le coût ainsi que l’émiettement des partis politiques, et on améliore la représentativité des électeurs et minimiser la disproportionnalité, etc », a dit le président de la Centrale électorale, Corneille Nangaa Yobeluo lors de son échange avec les responsables des rédactions.

A cet effet, le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur et sécurité, et porte-parole de cette réunion interinstitutionnelle présidée par Joseph Kabila, a appelé tous les acteurs politiques et de la société civile, des étudiants, des églises à s’approprier cette nouvelle technologie que propose la Céni, en vue de réduire le coût élevé des élections.

Et enfin, le Président de la République, Joseph Kabiola en appelle pour sa part, tout le monde à adhérer aux propositions qui ont été faites par la Céni, afin d’être en mesure de réfléchir de la même manière et de bien préparer la tripartite CNSA-CENI-Gouvernement qui aura lieu d’ici peu.

Bientôt le calendrier électoral

Puisque la question de la publication persiste encore, il side de signaler que lors de sa précédente rencontre avec les responsables des médias congolais, le président de la Céni, Corneille Nangaa a rassuré que la CENI s’y attèle et est très avancée dans son travail. « Ce qui est plus important aujourd’hui c’est de publier le calendrier électoral le plus rapidement possible… La CENI, le Gouvernement et le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) devraient se rencontrer pour rationnaliser… Le calendrier électoral sera bientôt publié. Nous sommes très avancés. Le calendrier sera publié en tenant compte de tous les aspects : techniques, opérationnels, financiers, etc. », a-t-il affirmé.

Quant à l’enrôlement des Congolais de l’étranger, le président de la CENI a confirmé que l’opération sera bel et bien organisée. Le temps de faire face à diverses contraintes d’ordre technique et financier.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse