Evaluation à mi-parcours du PDPC: Face-à-face Georges Kazadi – équipe de la Banque mondiale

par -
0 298
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le week-end dernier, une forte équipe de la Banque mondiale conduite par son Directeur des Opérations, Ahmadou Moustafa Ndiaye, était reçue en audience par le ministre de l’Agriculture, Georges Kazadi Kabongo, pour une séance de travail. En dehors de la Banque mondiale, il sied de souligner une présence très remarquée de l’équipe qui pilote le Projet de développement des pôles de croissance de l’Ouest (PDPC), conduite par son Coordonnateur, Alain Longungu. Nommé dans l’actuel gouvernement d’union nationale, le ministre se devait, avant d’aborder ce secteur sensible et où interviennent beaucoup de partenaires au développement, avoir l’idée de l’engagement général de la Banque mondiale au cours de cette dernière décennie et faire un état général de l’ensemble des projets financés dans le secteur de l’agriculture par la Banque mondiale.

Cette séance de travail se tenait aussi dans le cadre de la revue à mi-parcours du projet de développement des pôles de croissance de l’Ouest (PDPC), financé par la Banque mondiale à hauteur de 110 millions de dollars Us. Projet lancé le 26 avril 2014, il se clôturera le 30 août 2019. Toutefois, après deux années et demie de sa mise en œuvre, le taux de décaissement se chiffre à 30% seulement. D’où la nécessité de réallouer les ressources dans des activités présentant un potentiel de décaissement immédiat et présente les défis à relever pour délivrer les résultats du projet, qui est aussi sont susceptibles d’être mis à jour au regard de la dernière restructuration et de sa mise en œuvre sur le terrain.

Des réalisations, mais beaucoup reste à faire

A en croire M. Mamadou, point focal du PDPC au niveau de la Banque mondiale, il était question de faire l’état au ministre du projet PDPC, en faisant sortir les premiers résultats atteints, mais également et surtout en mettant l’accent sur les nombreuses difficultés, pour voir comment on peut ensemble booster la mise en œuvre de ce projet. Au sujet des réalisations, il en a épinglé trois.

Premièrement du côté de la production, en vue de renforcer les liens de coopération entre les producteurs, six prestataires locaux ont été recrutés pour accompagner la professionnalisation de 50.000 ménages structurés en 250 coopératives agricoles, auxquels des services agricoles mutualisés seront fournis, avec l’assistance technique d’un opérateur de proximité de réputation internationale. Le défi à relever est de renforcer la performance de l’opérateur de proximité dans le cadre de la mise en œuvre de son contrat, en étroite coordination avec les autres structures partenaires de la mise en œuvre de la composante.

Deuxièmement avec les semences, le programme évolue normalement sur les trois filières prioritaires et dans les pôles nodaux du projet. Près de 15,6 tonnes de semences de base de riz, 1.448.668,8 mètres linéaires de boutures de manioc et 132.274 graines de palmiers à huile Tenera ont été produits par l’INERA. Le défi ici est de renforcer le fonctionnement de l’INERA en vue d’améliorer sa compétitivité dans la production des semences, boutures et plants de recherche dotés d’un potentiel génétique incontestable.

A travers la transformation (3ème), la mauvaise qualité des produits transformés en milieu paysan est un frein pour le développement des chaines de valeurs agricoles tirées par un secteur privé performant. Dans ce contexte, trois plateformes agroindustrielles qui permettront de transformer ces produits et créer un marché local sont en cours de conceptualisation dans le cadre de l’étude de faisabilité réalisée avec l’assistance technique de l’ONUDI. Ici, le défi est de financer la construction et l’équipement des trois plateformes agroindustrielles en 24 mois, dans un contexte où les contrats de l’opérateur de proximité, des entreprises routières et du constructeur de la ligne électrique ont largement dépassés les montants initialement prévus.

Pour sa part, Alain Lungungu qui gère au quotidien le Projet de développement des pôles de croissance de l’Ouest (PDPC), a expliqué qu’à ce jour, le programme d’indemnisation des propriétaires est arrivé à terme. « Nous avons 88,8% d’indemnisation opérés, nous avons un espace libéré, sur lequel devront être érigées les infrastructures », dit-il, avant d’ajouter que nous avons recruté un conseil en transaction, qui va commencer sa mission en juin et qui nous permettra d’avoir un partenariat public-privé. Il a fini par dire que c’est  un programme qui avance, c’est vrai qu’il a connu du retard à cause des indemnisations, aujourd’hui il a trouvé le schéma à travers le démarrage de la mission du conseiller en transactions.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse