EUSEC-Rdc laisse les FARDC en processus de professionnalisation accélérée

par -
0 593
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Fin de la Mission

EUSEC-Rdc laisse les FARDC en processus de professionnalisation accélérée

Le 30 juin en cours, sera la date butoir de la fin de la Mission de Conseil et d’assistance de l’Union européenne en matière de réforme du secteur de la sécurité en République démocratique du Congo (EUSEC-Rdc). Ainsi, le colonel Johan De Laere, chef de Mission EUSEC-Rdc a tenu un point de presse hier mardi 7 juin 2016, pour présenter aux médias et aux officiers militaires (comme bénéficiaires) le bilan des onze années de coopération de l’Union européenne dans le secteur de la défense et sécurité en Rd Congo.

Prenant la parole, il a indiqué que la Mission EUSEC-Rdc a réalisé beaucoup de projets, ayant tous, un lien avec le personnel des Fardc. Dès son démarrage, le fil rouge des activités était l’appui à la bonne gestion du personnel commençant avec un recensement des effectifs, via la « biométrisation » pour arriver à la bancarisation, a-t-il dit.

Parallèlement aux efforts réalisés pour moderniser et digitaliser l’administration, poursuit-il, de gros moyens ont été mis en œuvre, pour optimaliser le recrutement avec l’introduction, dans les FARDC, d’officiers de sélection et d’orientation et pour réactiver la formation dans les écoles militaires. « Sept écoles militaires ont joui de l’appui d’EUSEC pour rénover leurs infrastructures et s’équiper des mobiliers et de matériels informatiques adéquats, afin de faciliter la vie des étudiants et des instructeurs et d’appuyer leur gestion et administration », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter qu’à part cela, EUSEC a aussi contribué à mettre en réseau informatique les quartiers généraux des régions militaires de sorte que la digitalisation ne soit plus limitée à Kinshasa mais atteigne également les provinces. Ce, dans le souci notamment de garder le mémento de la réforme. Eusec-Rdc a aussi appuyé les Fardc par des conseils stratégiques aux différents commandements et services de la défense à Kinshasa pour le développement des ordonnances et directives qui étaient indispensables pour bien mener la réforme, a-t-il renchéri.

En somme, la mission Eusec-Rdc ne s’est limitée qu’à la mise à condition des Fardc, à améliorer le système de gestion des Fardc et à aider la Rdc à former une armée efficace.

Eusec part mais l’engagement européen demeure

Le colonel Johan De Laere a déclaré que la fin de la mission Eusec-Rdc ne marquait cependant pas la fin de l’engagement européen en Rd Congo. « Je suis heureux de pouvoir dire qu’un programme financé par le 11ème Fond européen de développement qui s’appelle Progress a repris deux de nos trois missions, à savoir : le conseil stratégique et la consolidation de l’administration », a-t-il indiqué.

Le chef de mission Eusec-Rdc a signalé, en outre, qu’à ce jour, les objectifs de la réforme n’ont  été réalisés que partiellement. « Il est clair qu’il faudra encore faire des efforts et prévoir des moyens pour réaliser le reste à terme, tel que le système de mise en retraite ». Il a rassuré que si les objectifs finaux n’ont pas encore été atteints, les objectifs intermédiaires l’ont été et que leurs effets se font sentir. Les Fardc sont en bonne route, a-t-il affirmé, et tous les jalons ont été posés pour arriver aux résultats finaux escomptés.

« Personnellement, je garderai un bon souvenir de mon séjour en Rdc et surtout de la franche et constructive coopération avec nos partenaires congolais. Je pars avec un bon sentiment sachant que Progress continuera à appuyer là où Eusec le faisait avant », a conclu le chef de mission Eusec-Rdc.

L’EMG amplement satisfait

Dans ce point de presse, le chef d’Etat-major général des Fardc était représenté par le sous-chef d’Etat-major général (EMG) des Fardc, le général Prosper Nabiolwa. Il a pour sa part souligné que l’EMG est amplement satisfait du rôle que la Mission Eusec a joué dans la remise des Fardc. « La mission Eusec termine avec un succès remarquable », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le porte-parole des FARDC, le général Léon Kasonga, a rappelé que l’Armée congolaise est classée 10ème des armées puissantes du continent, première en Afrique subsaharienne et 73ème dans le monde. Il a affirmé que les critères ayant amené les Fardc à cette position sont : la performance dans les opérations de neutralisation des groupes armés et forces négatives ; les effectifs formés et équipés ; les moyens utilisés avec la qualité du travail abattu sur terrain (pas de dégâts collatéraux) ; ainsi que le professionnalisme.

« C’est un processus de professionnalisation accélérée que nous avons réussi avec le concours de la Mission Eusec », a déclaré le porte-parole des Fardc.

(Lepetit Baende )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse