Eu égard à toutes les vérités de Fatshi et Kamerhe: Il y a eu diktat à Genève

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Genève terminé, protestations puis signatures retirées, place à présent à des révélations à cœurs ouverts.

Félix Tshisekedi de l’Union pour la Démocratie et le Progrès social (Udps) lui qui avait pourtant apposé sa signature sur l’Accord de Genève, l’a retirée suite à la pression de sa base de Kinshasa et d’ailleurs. Un jour, après avoir renoncé à cet accord, des polémiques fusent de partout. Si Alan Doss et son institution qui ont assuré la médiation pour parvenir à cet accord, ont révélé certaines vérités cachées notamment celle ayant trait à l’engagement de Félix Tshilombo et Vital Kamerhe à se retirer de la scène politique en cas de non-respect de l’accord, Félix Tshilombo, lui, pense autrement.

Se réjouissant d’abord du fait d’avoir retiré sa signature de cet accord, ce dernier affirme, par ailleurs, avoir été trahi à la réunion de Genève. Donc, au cours des négociations sur la mise en place d’un candidat commun de l’opposition pour la présidentielle du 23 décembre 2018.

« Nous avons été grugés,  j’ai le sentiment d’avoir été trahi. Je remercie ma base de m’avoir sorti de là parce que je voulais l’honorer en allant là-bas dans cette histoire de candidature commune. Mais je n’avais pas bien compris les contours de cette histoire ni les intentions des uns et des autres », a-t-il dit.

Félix Tshisekedi qui ne veut pas aller très loin sur les dessous des cartes de Genève, pense avoir repris confiance de ses nombreux amis nationaux et internationaux, pour avoir retiré sa signature.

Il appelle, en outre, son cher frère Martin Fayulu à dire à l’opinion les termes de l’engagement pris devant lui une heure avant la réunion, pour enfin parler d’intérêt de la nation.

Si Fatshi a dénoncé la procédure qui a conduit à la désignation de Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition, Vital Kamerhe de son côté, se dit ne pas être prêt à reconsidérer sa position et à revenir dans la coalition « Lamuka » créée à Genève. Le président de l’Union pour la Nation congolaise crie à la violation de l’Accord de Pretoria.

« Nous n’avons pas compris comment les amis ont décidé de changer le mode de désignation. Ils ont violé l’accord de Pretoria. Il y avait un coup fourré qui se préparait. Avant de monter dans le bus, j’ai dit à Félix que les amis nous préparaient un coup fourré. Il m’a dit non, Vital. Quelqu’un, je crois Muzito, lui a dit Vital prépare un coup contre toi avec Bemba. Il a cru à cela. Il descend en bas. Fayulu le prend en charge pour lui dire que Vital, Bemba et Katumbi préparent une chose contre toi, mon ami ne parlait plus. Nous sommes entrés dans la salle. Moi aussi j’étais convaincu qu’il y avait quelque chose entre Félix et les autres contre moi. Moi, j’ai voté pour Matungulu et Félix a voté pour Fayulu. Nous nous sommes retrouvés chacun avec une voix et Matungulu et Fayulu sont passés au second tour parce qu’ils ont été malicieux », a-t-il expliqué.

Le diktat

Téléphones confisqués, journalistes non autorisés à prendre des images puisqu’interceptés par Eve Bazaïba comme une vidéo circulant dans les réseaux sociaux l’a démontré, les opposants congolais ont vécu un véritable calvaire, en forme de la traite des noirs. Les deux rescapés, Félix Tshilombo et Vital Kamerhe, ont compris et se sont vite rachetés. Si jamais vous n’étiez pas d’accord avec le changement de la procédure et la violation de l’accord de Pretoria, pourquoi avoir signé l’accord de Genève ? Qu’est-ce qu’Alan Doss a promis à tous ces opposants congolais ? Avait-il appliqué la force ? S’était-il transformé en Satan pour envoûter les fils du Dieu Vivant ? Peut-être oui, car seul Christ a pu résister aux trois tentations du diable. L’humiliation ne tue pas, dit-on, car  la base de Limete promet un accueil chaleureux à son président Tshilombo dimanche après son voyage mystico-politique.

Donnons raison au candidat président de la République, Seth Kikuni qui critique le revirement spectaculaire de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, qui frise d’après lui la trahison.

« Vous avez été témoins de la rencontre de Genève de la honte où certains collègues de l’opposition ont révélé leurs vraies natures en faisant exactement ce que nous reprochons au parti au pouvoir. Nous comprenons aussi leur comportement, parce que, l’UDPS est l’enfant illégitime du MPR parti-Etat et l’UNC l’enfant illégitime du PPRD. Le non-respect des règles du jeu, la trahison et la poursuite de l’intérêt personnel se trouvent dans leurs codes génétiques. Ces deux partis n’hériteront pas du nouveau Congo que nous allons bâtir sur les nouvelles bases », a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse tenue hier à Kinshasa.

Bernetel Makambo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse