Etats-Unis d’Afrique : le concours du Chef de l’Etat vivement souhaité

par -
0 706
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Collectif pour les Etats-Unis d’Afrique a organisé samedi 10 septembre dernier, une grande conférence panafricaine dans la salle paroissiale de Notre Dame de Fatima dans la commune de la Gombe à Kinshasa. Cette « messe scientifique » a gravité autour du thè

me: «Etats-Unis d’Afrique, maintenant ! Pourquoi et comment ? ». Il y a eu plusieurs intervenants.

Venu du Cameroun où il vit, le pasteur Emmanuel Lukusa (de nationalité congolaise), président du Collectif pour les Etats-Unis d’Afrique, était ainsi le premier orateur du jour. Il a indiqué que la création des Etats-Unis d’Afrique est un sujet qui a déjà totalisé un siècle. Il a, à cet effet, salué la mémoire des visionnaires du panafricanisme.

« Avec un peu de volonté, nous pouvons créer les Etats-Unis d’Afrique. Il est temps, au regard de la programmation divine que l’Afrique se libère », a déclaré M. Lukusa. Ayant répondu aux questions thématiques, il a soutenu que « Aujourd’hui, les Africains doivent se considérer comme un seul peuple pour conquérir l’indépendance politique, économique et culturelle ». Il a enfin indiqué à l’assistance les différentes raisons ayant milité à la mise sur pied du Collectif pour les Etats-Unis d’Afrique.

La Rdc doit jouer un rôle moteur

Après lui, l’assistance a pu suivre également les interventions d’autres éminents orateurs. Mme Wivine N’Landu (épouse de feu premier ministre honoraire Nguz A Karl-I-Bond) venue de la province du Kongo central a, quant à elle, conféré avec l’assistance sur le plaidoyer pour l’agriculture paysanne contre la déforestation et au changement climatique. Le professeur Emmanuel Kabongo, lui, a expliqué l’Etat fédéral africain et le panafricanisme. « La Rd Congo est le pays qui doit jouer le rôle moteur à la mise en place des Etats-Unis d’Afrique, comme l’Allemagne dans la construction européenne », a-t-il dit.

  1. Fidèle Musangu, journaliste au quotidien « Le Phare », a exposé sur les signaux annonciateurs et visibles pour la perspective des Etats-Unis d’Afrique. M. Freddy Mulumba, l’Adg du Groupe de presse Média 7 et Le Potentiel, de son côté, s’est attaqué au capitalisme prédateur des Occidentaux en épinglant des révolutions commerciale, industrielle, numérique…
  2. Jean-Marie Kassamba, directeur général de Télé 50, a fait noter que « la lutte des noirs est souvent combattue avant qu’elle ne commence». Pour lui, tout doit commencer par créer le sentiment interafricain de vivre ensemble, favoriser l’intégration économique africaine. « Nous devons d’abord nous approprier notre indépendance, notre pouvoir et dire non au diktat des Occidentaux. Somme toute, il faut reconquérir notre liberté», a déclaré ce journaliste chevronné.

Le député national Steve Mbikayi a, pour sa part, fait comprendre à l’assistance que la création des Etats-Unis d’Afrique est possible mais pas par une éclosion politique. « Il se pose avant tout un problème de la décolonisation mentale de l’Africain », a signifié cet élu de Kinshasa en estimant que l’utilité des Etats-Unis d’Afrique partira de la prise de conscience des Africains eux-mêmes.

Le concours du Chef de l’Etat souhaité

Dans son interview accordée à la presse au sortir de la conférence, le président du Collectif pour les Etats-Unis d’Afrique, pasteur Emmanuel Lukusa, a fait savoir que la particularité de cette conférence est cette façon de prôner les Etats-Unis d’Afrique dans la version civile, c’est-à-dire que la question n’est pas prise politiquement mais par le peuple.

Le but est de conscientiser les peuples africains que sans les Etats-Unis d’Afrique, ils continueront à rester esclaves de l’Occident. « Ça doit-être un combat du peuple », a-t-il déclaré. Le pasteur Emmanuel Lukusa a à cet effet, imploré le concours du Chef de l’Etat, étant le Père de la Nation, de s’impliquer dans ce combat populaire pour l’effectivité des Etats-Unis d’Afrique. « Le moment de rentrer dans l’histoire est arrivé », dit-il.

Lors des échanges, Emmanuel Lukusa a souligné que la création des Etats-Unis d’Afrique est un processus. Mais, avec un peu de volonté, il sera facile de créer les Etats-Unis d’Afrique. Trois ans suffisent si tout est mis au point, a-t-il affirmé. « La Rd Congo n’est pas une charge mais une bénédiction pour les Etats-Unis d’Afrique. Les anciens chefs d’Etat sont une caution pour la bonne gouvernance des Etats-Unis d’Afrique », a-t-il souligné dans ses explications.

L’Afrique doit comploter contre ses propres faiblesses

Dans son mot introductif, le coordonnateur national du Collectif pour les Etats-Unis d’Afrique, Me José Yobo a expliqué à l’assistance que l’Afrique, avec ses lots de malheurs, est un continent qui a connu des pires humiliations qui sont : l’esclavage et le colonialisme. Par une lutte continentale, a-t-il dit, ces deux fléaux ont de leur forme initiale pour laisser place au néo-esclavage et au néo-colonialisme.

« L’Afrique doit s’organiser, s’unir afin de parler, et cela, à partir de la base. Car, l’Afrique doit comploter non pas contre des états étrangers, mais contre ses propres faiblesses », a-t-il déclaré en insistant sur la possibilité et la nécessité des Etats-Unis d’Afrique. « L’Afrique doit réfléchir sinon, elle disparaît en tant qu’identité, et en tant qu’une propriété », a conclu Me José Yobo.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse