Et le peuple dans tout ça ?

par -
0 546

Lorsqu’on s’intéresse à la politique congolaise de l’heure, on en est aussi bien estomaqué que désabusé. De la nausée franchement,  pour emprunter la pensée à caution du français Jean-Paul Sartre. Une impassibilité apparente mais périlleuse couvre un flou artistiquement mijoté. Des obsèques du vieil opposant dont on ne connait pratiquement pas le programme avec précision, des sorties tonitruantes aussi bien du côté majorité, opposition que Cenco ; de l’insécurité même dans des provinces naguère qualifiées de havres de paix, une inflation qui laisse hébétée la population,… la météo sociopolitique de l’heure en est une des plus renfrognées pour un peuple agonisant, qui ne sait plus à quel sein s’allaiter.

La grande peur, c’est aussi lorsque l’on prend à partie le pouvoir en place, l’accusant de tous les noms d’oiseaux, d’être à la base de cet indicible discrédit aux yeux du monde. Et quand les portes s’ouvrent pour la juguler, tous les chiens oublient qu’ils existent pour aboyer et se précipitent sur des os pourris totalement décharnés. ‘’La Primature et le CNSA, moi ou personne’’, diraient des amis à l’époque de Nguz –a – Karl-i-Bond : ‘’j’y suis et j’y reste’’, en réponse à ceux qui vociféraient : ‘’hôte-toi de là que je m’y mette !’’.

Des stratégies dans le camp Kabila donnent l’impression d’une bonne discordance à l’interne. Loin s’en faut ! Alors que dans le camp d’en face, l’harmonie et l’unité internes ont du plomb dans l’aile. La survie du Rassemblement de l’opposition est casuelle.

Comme si cela ne suffisait pas, des lettres-testaments se font parler d’elles. Alors, la descente aux enfers des 80 millions des Congolais, quelques jouisseurs exceptés ! Les princes de l’église auraient finalement dévoilé le fameux plan B. Celui-ci serait purement et simplement l’appui au Rassemblement. Que d’aller droit au but, ils ont relancé le débat aux allures des étudiants dans un Grand séminaire Philosophicum. Et des déclarations, rien que des déclarationsse succèdent, alors que les jours eux, coulent !

Chers tous ci-indexés, où est le peuple dans tout ça ? C’est clair en tout cas, pour vous, parler du présent et de l’avenir du pays ? peu importe !

(Emmanuel Badibanga)

ARTICLES SIMILAIRES

0 203

0 156

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse