Espace Kasaï: Le Gouvernement et les partenaires à l’œuvre

par -
0 253
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le conflit sanglant de Kamuina Nsapu a causé d’énormes dégâts  dans l’espace Kasaï. Outre les pertes en vie humaine, estimées à plusieurs milliers de morts, les Kasaï-Oriental, le Kasaï Central et le Kasaï ont assisté à un exode forcé de leurs populations vers d’autres territoires du pays et même vers l’Angola. Des milliers de maisons, champs, écoles et unités de production ont été détruits lors des affrontements sanglants entre forces de l’ordre et miliciens.

Plusieurs villages ont été complètement rasés et ne comptent plus que les chiens errants à la recherche de la nourriture. Un véritable fléau qui a endeuillé et appauvri cet espace déjà confronté depuis bien longtemps à la famine et pauvreté.

Le gouvernement congolais ne pouvait pas tout seul faire face à ce drame humanitaire et ses conséquences, d’autant plus que l’insécurité devenue permanente à l’Est exigeait d’énormes moyens financiers et matériels.

Il était impérieux que la communauté internationale intervienne pour soulager tant soit peu, ces milliers d’hommes, femmes et enfants qui se sont retrouvés dans les brousses sans nourriture, ni soins de santé ni intrants pour redémarrer leur vie agricole.

C’est la raison pour laquelle, lors de la 10ème réunion extraordinaire du conseil des ministres présidée par le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, le ministre de la Solidarité et Actions humanitaires a présenté au Conseil l’économie de la déclaration du Gouvernement de la Rdc du 30 mars 2018 sur la crise qui faisait suite à la décision du Gouvernement du 23 mars 2018 de ne pas participer à la conférence des donateurs sur la situation humanitaire en Rdc, prévue le 13 avril prochain à Genève.

Il en ressort que le Gouvernement a formellement adopté les 100 millions de dollars américains promis par le président de la République, pour une période de 18 à 24 mois, en vue de faciliter la réinsertion des Congolais réfugiés, retournés, refoulés et déplacés internes. Et le 1er décaissement d’un montant de 10 millions de dollars américains sera effectué dès la semaine prochaine.

L’apport de la banque Mondiale

Soulignons que depuis plus d’une année, l’Unicef avait lancé un cri d’alarme en direction de la communauté internationale, expliquant à toutes les bonnes volontés du monde (pays/organismes/individus) que l’espace Kasaï qui venait d’être ravagé par une rébellion sauvage et dangereuse avait besoin d’une aide massive. Des millions d’enfants se couchaient ventre vide et ne savaient où trouver de la nourriture. Leurs parents, impayés, déplacés, parfois malades et sans ressources  vivaient dans le dénuement le plus complet. Le monde civilisé et compatissant devait faire quelque chose pour ces millions d’hommes et femmes qui n’avaient pas choisi de vivre un tel sort. Plusieurs ONG internationales et même locales ont rédigé des rapports de terrain démontrant que si rien n’était fait dans quelques mois, un drame aux conséquences incalculables allait s’abattre sur les survivants de la barbarie Kamuina Nsapu, particulièrement au Kasaï Central où les miliciens avaient détruit plusieurs villages, églises, champs, magasins, écoles…

Et finalement, le Conseil d’administration de la Banque mondiale a pris la mesure de ce danger et a voté un budget de 200 millions pour recréer la vie dans l’espace Kasaï. Cette somme, loin de résoudre toutes les peines engendrées par cette crise, permettra néanmoins d’atténuer la misère et surtout redonner l’espoir  à cette population qui en a tant besoin.

Priorités

La Banque mondiale a déjà sur base de nombreux rapports reçus des ONG internationales et même de la Monusco, dressé les domaines prioritaires d’affectation de cette somme : l’agriculture, la santé, l’éducation, l’eau         et les activités génératrices de revenus

Ces secteurs-clé, symbolisent toute la relance d’une vie détruite dans une communauté. Sachant ce que l’agriculture représentait pour ces milliers d’hommes et femmes qui se sont réfugiés en Angola, la Banque mondiale en finançant ce domaine, notamment par la fourniture des semences améliorées ainsi que l’outil aratoire, sans oublier la reconstruction de leurs maisons, permet à ces Kasaiens de reprendre courage et se remettre au travail. La santé revêt la même importance. Ayant subi plusieurs exactions et cachée dans la forêt dans des conditions inhumaines, la population a besoin de soins de santé de qualité. L’éducation est la colonne vertébrale d’une nation. C’est par elle que les générations futures éviteront de reproduire ce qui est arrivé en endeuillant plus de trois provinces.

Ce fonds permettra de reconstruire les écoles, acheter les infrastructures scolaires et donner le minimum des moyens au personnel enseignant. Les centres d’encadrement de jeunes autrefois miliciens peuvent aider à l’apprentissage des métiers générateurs de revenus. N’oublions surtout pas que la misère est le meilleur terreau de la criminalité.

Les jeunes gens désœuvrés et mal instruits peuvent être facilement instrumentalisés par des groupes armés en mal de positionnement. Voilà pourquoi l’éducation dans ce contexte est plus qu’importante.

Le financement de l’eau est aussi important pour éviter les maladies d’origine hydrique et améliorer la santé de tous ceux qui vivent dans les villages ou la centrale d’eau ne fournit aucune goutte d’eau.

Tout en saluant ce geste de la Banque mondiale à l’égard de la RDC, plusieurs analystes du développement souhaitent que cet argent soit effectivement destiné à l’ensemble des projets sociaux de cette communauté et non dépensé au déplacement touristique des experts de la communauté internationale. Les ONG locales doivent être associées à la gestion de manière à ce qu’on ne confonde pas besoins réels et besoins supposés. D’autres bienfaiteurs mondiaux peuvent emboiter les pas à l’Institution de Bretton Woods pour apporter leur pierre à la reconstruction de l’espace Kasaï. La RDC fait partie de la communauté internationale et a le droit d’être assistée en cas de besoin, surtout lors d’une crise issue des conflits armés.

(Muntu Bualu)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse