Entreprises publiques Les participants: recommandent la restructuration de la pyramide de répartition du personnel

par -
0 463
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au centre, la patronne du Portefeuille, entourée du Directeur des Opérations de la BM (g) et du Secrétaire exécutif du COPIREP (d)

 Le séminaire-atelier sur la réforme des entreprises publiques qui s‘est clôturé vendredi dernier dans la soirée, a accouché de plusieurs recommandations, parmi lesquelles, la nécessité d’insérer les recommandations de l’atelier dans la matrice de gouvernance économique du Gouvernement comme outil des progrès engageant l’ensemble du Gouvernement, l’étude de la possibilité de revoir le Code du travail, les Conventions collectives et les dispositions particulières en vue de les adapter à la situation actuelle des entreprises publiques et la restructuration de la pyramide de répartition du personnel au sein des entreprises pour la mettre en adéquation avec les fonctions et le niveau d’activité des entreprises publiques.

Comme à l’ouverture le 02 juin 2016, c’est M. Thomas Luhaka, Vice-Premier ministre des PTNTIC qui a clôturé le 03 du même mois le séminaire-atelier sur la réforme des entreprises publiques. Dans son intervention, il a indiqué que le Gouvernement prend bonne note de l’engagement des partenaires sociaux, à la faveur de la communication de l’intersyndicale nationale sur le volet social de la réforme, à abandonner « la communication de la manipulation » pour une communication vraie, tournée vers l’objectif commun de restructuration des entreprises publiques. « Pour sa part, l’Etat-propriétaire, par le biais du ministère du Portefeuille, instruira les gestionnaires des entreprises publiques de réfléchir sur les voies et moyens de capitaliser cette dynamique nouvelle et de la mettre rapidement en marché », dit-il, avant d’exhorter le COPIREP à qui le législateur a confié la charge de pilotage de la réforme des entreprises publiques sous la conduite et le contrôle du ministère du Portefeuille, à finaliser au plus vite les recommandations de ce forum ainsi que l’élaboration d’une feuille de route précise pour l’exécution de la deuxième phase de la réforme des entreprises publiques. Des documents qui devront rapidement parvenir au Gouvernement pour leur adoption.

M.Ahamadou Moustapha Ndiaye, Directeur des Opérations de la Banque mondiale a retenu deux groupes des principales recommandations. D’abord, le fait que cette réforme est une entreprise à responsabilité partagée et son succès requiert le leadership collectif de l’ensemble du Gouvernement, des gestionnaires d’entreprises et des acteurs sociaux. Dans le même esprit, le séminaire a mis en exergue l’importance pour les organes directeurs des entreprises de s’engager pleinement dans la nouvelle logique commerciale et de mettre en place des mécanismes de gestion et d’évaluation sur la base de résultats. Et enfin, toujours dans le cadre d’une réforme à responsabilité collective, le séminaire a mis en lumière l’importance d’entretenir un dialogue permanent avec les partenaires sociaux afin de stimuler leur adhésion à la réforme, dans l’intérêt de tous.

Des recommandations

Par la suite, la parole a été donnée à M. Alex N’Kusu, Secrétaire exécutif du COPIREP de faire la lecture des recommandations du séminaire-atelier. Concernant les recommandations générales, les participants ont recommandé d’accélérer le rythme des réformes notamment dans les entreprises structurantes par la mise en œuvre immédiate des actions de désengagement des activités connexe et annexe et la transformation vers le statut d’entreprise commerciale ;  insérer les recommandations de l’atelier dans la matrice de gouvernance économique du Gouvernement comme outil de suivi des progrès engageant l’ensemble du Gouvernement ; sur la base des recommandations ci-haut, préparer une feuille de route pour l’accélération de la réforme et la soumettre à la validation du Conseil des ministres, etc.

Au sujet des recommandations spécifiques, il y a celles qui ont trait aux instruments pour le redressement et la mise en œuvre de la réforme et la problématique de la gouvernance des entreprises publiques pendant la réforme. Ici, ont recommande aux entreprises l’adoption des instruments de redressement ayant fait leurs preuves suivant les séquences ci-après : diagnostic de l’entreprise, plan stratégique, plan de redressement, contrat de performances et contrat d’audit. Sur la problématique de la recapitalisation des entreprises publiques et de la relance des activités : participation du secteur privé, il est recommandé notamment la prise des dispositions pour assainir les états financiers des entreprises, l’affirmation de la volonté de désengagement de l’Etat par la cession effective de partie du capital dans une proportion qui motive une contribution essentielle du secteur privé, la finalisation des partenariat public-privé, etc.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse