Entre Kinshasa et Bruxelles, c’est la crise Brussels: Airlines réduite à quatre vols par semaine vers la Rdc

par -
0 377
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ce que tout le monde craignait, soit un bras de fer entre Kinshasa et Bruxelles, est entrain petit-à-petit de gagner du terrain. Jusqu’où va aller cette escalade entre les deux capitales à la même histoire et aux mêmes intérêts ? En effet, Brussels Airlines ne pourra plus voler que quatre fois par semaine au lieu de sept vers la République démocratique du Congo, a décidé l’Autorité de l’aviation civile congolaise, soulignant que c’est par réciprocité. Une décision qui survient, alors qu’un conseil extraordinaire était prévu hier  lundi à 17h, déplore la presse belge.

Officiellement, il est question d’un “manque de réciprocité” car Brussels Airlines relie la Belgique à la Rdc,  alors qu’il n’y a pas de compagnie aérienne congolaise ayant une connexion avec la Belgique. Mais, plus vraisemblablement, il s’agit d’une décision politique : les relations entre le gouvernement belge et le régime du président Kabila se sont détériorées.

« C’est regrettable, surtout pour nos passagers », a réagi Kim Daenen, porte-parole de Brussels Airlines. La compagnie travaille sur un nouveau schéma de vol qui devra être approuvé par les autorités congolaises. Cette mesure entre en vigueur cette semaine et on ne sait pas pour combien de temps. Les vols d’hier  lundi de Brussels Airlines ont toutefois quitté Bruxelles normalement. Pour le départ de ce mardi, rien n’est encore précisé. Jusqu’à présent, la compagnie belge reliait chaque jour Bruxelles et la capitale congolaise Kinshasa.

A la même occasion, nous apprenons que le Gouvernement congolais a ordonné la fermeture de son consulat d’Anvers.  Pour Jeune Afrique qui donne la même information, la Belgique est aussi obligée de fermer un consulat entre les deux (Lubumbashi et Goma). Comme on peut bien s’en rendre compte, toutes ces décisions sont la conséquence de ce que l’on peut qualifier de manque de respect dont les Congolais se disent victimes de la part des Belges. Lors de son dernier point de presse, Joseph Kabila n’a-t-il pas reconnu avoir de bonnes relations avec ses partenaires, sauf quelques exceptions ? Ceci, parce que le Congo a refusé le diktat sur ce qu’on doit faire, dit-il. Et d’ajouter que le Congo tient à se faire respecter, d’autant plus que l’homme le plus pauvre a besoin de dignité. Le Congo tient à sa dignité et doit être respecté à l’instar d’autres pays. De même, le Congo refuse que l’argent soit utilisé comme moyen de subordination. « Le Congo n’est pas à vendre. Le Congo rejettera ce point de vue qui consiste à croire que les responsables congolais doivent être nommés par les partenaires. Ce que nous voulons, c’est la coopération basée sur le respect mutuel de notre pays, de notre peuple, de la même façon que l’on respecte les autres », dit-il, avant de s’interroger en ces termes : qu’est-ce qu’on peut encore donner aux Congolais qu’ils n’ont pas ?

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse