Entre Félix et Katumbi, le divorce

par -
0 486
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A seulement quelques jours après que Félix Tshilombo Tshisekedi et Moïse katumbi Chapwe aient annoncé chacun sa candidature à la présidence de la République lors des prochaines élections que devra organiser la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), plus rien ne va entre les sympathisants de ces deux acteurs politiques. Si Félix Tshilombo n’a pas des problèmes avec sa propre conscience ni avec la Justice congolaise, moins encore avec les combattants, Katumbi quant à lui s’est provoqué un exil à l’étranger alors que la justice est à ses trousses pour répondre des plusieurs faits mis à sa charge.

Katumbi, c’est celui qui se fait vedette à l’étranger, très récemment sa descente en Afrique du Sud et au Rwanda n’a pas manqué de susciter la curiosité de certains Congolais. En Europe, l’homme négocie son retour à Kinshasa et l’annulation de toutes les poursuites judiciaires. Aujourd’hui en France, demain en Belgique et partout ailleurs, mais malheureusement tous ses interlocuteurs ne lui prêtent plus l’oreille.

Ainsi, il crée « Ensemble » concurrençant d’ors et déjà le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquise au changement que dirige Félix Tshilombo, alors que sa plateforme fait partie de ce regroupement politique créé à Genval sous le leadership du défunt Tshisekedi Père. L’homme s’est précipité de créer Ensemble, non revendiqué du reste par Jean-Pierre Lihau, et s’est proclamé candidat Président. Et soudain quelques jours après à Kinshasa, Félix se proclame aussi candidat président de la République après son élection à la tête de l’UDPS.

Une coïncidence ? Pas vraiment, puisque les deux sont de « grands amis » semble-t-il. Et si hier l’on parlait d’un match amical entre les deux, aujourd’hui ce n’est plus le cas. L’homme (Katumbi) qui avait le luxe de payer des billets d’avions pour son ami Fatshi afin de le rejoindre en Europe et discuter autour de leur Rassop, aujourd’hui il se met à l’écart et se comporte en adversaire radical. Le radicalisme ne se pratique plus entre Opposition et Majorité, mais cette fois-ci c’est dans une même famille politique.

Tout récemment encore, « Ensemble » dont plusieurs de ses cadres sont à Kinshasa, venait d’organiser des journées porte-ouvertes afin de parler du fameux projet de société de son leader. Lumbi, Sessanga, Lutundula, Ewanga et autres ont révélé plusieurs choses dont la plus célèbre est celle « de ne pas soutenir la candidature de Félix Tshisekedi si jamais Katumbi ne rentrait pas au pays pour battre campagne en vue de prochaines élections dont il sera candidat ». Ensemble promet de boycotter même ces élections si leur candidat ne rentre pas au pays et n’est plus inquiété par la justice, alors que dernièrement à Lubumbashi, Gabriel Kyungu wa Kumwanza avait annoncé le retour de son leader Katumbi au mois de juillet de l’année en cours.

Ils veulent ce challenge entre ces deux prétendus leaders de l’Opposition congolaise, mais qui sera impossible car l’autre (Katumbi) a 88% de risques de ne pas être candidat président de la République. Félix va se mesurer à d’autres candidats plutôt que son cher ami Soriano Katumbi. Là, les Congolais vont revivre le « théâtre de chez nous » de 2006 avec le boycott des élections par l’Udps, du vivant d’Etienne Tshisekedi.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse