Enrôlement des électeurs au Kasaï, Maker Mwangu: « Les Kasaiens sont des protecteurs et agents de sécurité de l’opération »

par -
0 231
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Conduisant une forte délégation des élus nationaux du Kasaï qui a accompagné le président de la Centrale électorale dans son tour d’évaluation du processus de pacification de l’espace Kasaï, en prévision du lancement bientôt de l’opération d’enrôlement et identification des électeurs, le député national Maker Mwangu a invité à l’étape de Tshikapa la population du Kasaï à se faire des protecteurs et agents de sécurité de cette opération.

Selon ce leader kasaien, entant qu’élus, ils  ont accompagné Corneille Nangaa pour sensibiliser la population à être prêt, à s’engager pour que le processus électoral démarre le plus vite possible. Question pour les députés : Anne-Marie Mbila Mbangu, Adolphe Khomuesa, Ngindu Nshindani, Theo Kazadi Mwayila et Muyamba Ngove de rassurer les agents de la CENI et le président de cette institution que le Kasaï est prêt, il est impatient et qu’il attend de pieds fermes l’enrôlement.

L’occasion pour l’élu de la ville de Tshikapa de lancer un appel en direction des populations de Kabambayi, Kamuesha, Kamonya, Kitangwa, Kamako …. d’être unanime pour dire aux jeunes et vieux recrutés et qui  les recrutent dans les rangs des miliciens de mettre fin à cette pratique magico-fétichiste, parce que nous voulons l’enrôlement. Si non, ajoute Maker Mwangu, c’est nous même qui allons payer ce grand prix. Le temps de la paix est venu, nous devons sensibiliser nos enfants pour qu’on arrête, qu’on soit prêt et qu’on sécurise les agents et matériels de la CENI. Le Kasaï a été depuis des lustres un havre de paix, et nous devons vivre ensemble précise, l’élu du peuple.

S’adressant aux politiciens, Maker Mwangu dit qu’ils doivent se mettre d’accord pour que cessent les actes terroristes, la xénophobie et les guerres entre les communautés condamnées à vivre ensemble. Ils doivent éviter de croire que «  pour que je vive, l’autre doit mourir ; lui ou moi ; Non et non insiste le Député. Il estime qu’il faut que ça soit lui et moi et non lui ou moi ; nous devons changer de conjonction pour que nous puissions tout faire que chacun fasse sa part afin de vivre ensemble. A la jeunesse et surtout aux filles du Kasaï qui maitrisent l’outil informatique, Maker Mwangu leur demande de se faire recruter à la CENI pour aider la province dans ce processus très attendu par la population.

(Lukengu Laurent/Tshikapa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse