Enrôlement des Congolais de l’Etranger: La CENI s’en remet au Parlement

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A la suite d’une motion d’information qui a été initiée par le député Henri-Thomas Lokondo, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko vient de recueillir des avis et éléments techniques de la CENI sur le processus d’enrôlement des Congolais de l’étranger. C’était à l’issue d’une séance de travail qu’il a eue samedi matin avec le bureau de la CENI, avec à la tête son président Corneille Nangaa. Il n’est pas évident de respecter le calendrier électoral tel que présenté par la CENI, si la République doit attendre l’enrôlement des compatriotes vivant à l’étranger. D’où, nécessité pour le Parlement congolais de lever les options.

Comme ce n’est plus un secret, la loi portant adoption de la répartition des sièges par circonscription électorale pour les élections législatives, provinciales, municipales et locales a déjà été votée par les deux chambres du Parlement de la République.  Cependant, l’on se souviendra que lors des travaux à l’Assemblée nationale au cours de la séance plénière du 30 avril 2018, consacrée à l’examen et adoption du projet de cette loi, le député national-Henry Thomas Lokondo avait soulevé une motion d’information pertinente.

C’était sur la problématique de la faisabilité des opérations d’identification et d’enrôlement des Congolais de l’étranger. Ce, au regard du calendrier électoral publié en novembre dernier par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). A cette occasion, l’assemblée plénière avait levé une option. Celle qui consiste, pour le président de l’Assemblée nationale, à engager des consultations techniques avec le bureau de la CENI autour de cette problématique.

C’est donc dans ce cadre qu’Aubin Minaku Ndjalandjoko a eu une séance de travail avec le bureau de la CENI, samedi 05 mai 2018 matin au Palais du peuple. Le président de la commission PAJ (Politique, administrative et juridique) de l’Assemblée nationale, François Bokona a été associé à ces pourparlers.  Le but de la réunion était justement pour le président de l’Assemblée nationale de recueillir les avis et éléments techniques de la centrale électorale sur le processus d’enrôlement des Congolais de l’étranger. Au sortir de l’entretien, le président de la CENI, Corneille Nangaa s’est confié à la presse.

Il a expliqué que cette séance de travail fait suite à une motion soulevée par le député Lokondo, au sujet de l’inscription des Congolais de l’étranger sur les listes électorales. C’est la première réunion que le président de l’Assemblée nationale a tenue pour consulter la CENI, a-t-il indiqué, afin de donner les avis de la centrale électorale conformément à la loi organique sur la question.  « Nous avons été invités et lui avons présenté des éléments techniques liés à cette opération que nous avons prévue à partir du 1er juillet 2018, dans notre calendrier électoral. Les informations techniques, les éléments techniques ou les détails techniques ont été présentés au président de l’Assemblée nationale et nous nous attendions, au fait, à un travail de consultation encore au niveau de la plénière pour donner de plus amples détails aux députés nationaux », a expliqué Corneille Nangaa.

Et il a poursuivi en signifiant que « La Ceni exécute les lois mais ne légifère pas. La loi stipule que les Congolais de la diaspora doivent voter. En conséquence, nous nous préparons pour ce faire. Nous avons préparé des kits d’enrôlements. Nous les préparons pour les déployer quant à ce ». Cependant, le président de la CENI estime qu’il y a certaines contraintes auxquelles il faille faire face. Lesquelles ont été présentées au président de l’Assemblée nationale.

Corneille Nangaa rassure que tous les détails seront donnés au niveau de la plénière de l’Assemblée nationale. « Ceci pourra nous permettre d’éclairer la religion de tout le monde sur la question. Mais nous tenons à notre calendrier électoral qui est en train de s’exécuter tel que nous l’avons prévu à un seul objectif : l’organisation des élections à la date du 23 décembre 2018 », a-t-il dit.

Notons, par ailleurs, que la CENI, en tant qu’organe technique, est chargée de l’application de la loi en vigueur sur l’identification et l’enrôlement des électeurs. Elle s’en tient donc au calendrier électoral déjà publié. Au regard de certaines contraintes, il reviendra au Parlement de la République de lever une option politique à cet égard. Pour sa part, l’Assemblée nationale pourra agir dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles.

Les députés informés du point de vue de la CENI pour l’enrôlement des Congolais de l’étranger

Avant de lever la séance, le président de l’Assemble nationale a fait part à ses collègues députés nationaux de ce qu’il a recueilli à l’issue de la séance de travail dans la matinée du samedi avec le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec à la tête son président Corneille Nangaa. Ce, à la suite d’une option levée dernièrement au niveau de la plénière de l’Assemblée nationale, concernant l’enrôlement et le vote des Congolais de l’étranger.

« J’ai invité le président de la CENI, quelques membres du bureau, afin que nous soyons éclairés sur la problématique de l’enrôlement et du vote des Congolais vivant à l’étranger. Aussi, pour être informés sur des considérations techniques. Ce qui nous permettrait d’agir dans le cadre de nos prérogatives. Ce qui permettrait aussi, en principe, au Gouvernement de son côté de s’assumer en tant qu’organe disposant du pouvoir de déterminer la politique de la nation en concertation avec le Président de la République. Sans oublier nos prérogatives en tant que députés nationaux ». C’est en ces termes que le premier des députés nationaux a introduit sa mise au point.

Et d’ajouter : « Cependant, il fallait nous éclairer sur la question de ce qu’on appelle la diaspora.  Sur le plan technique, ils nous ont rappelé quelques dispositions de la Constitution et de la loi dite électorale. Dispositions exigeant que pour qu’un Congolais (celui qui bénéficie de la nationalité congolaise) puisse être enrôlé, il doive présenter en l’occurrence deux documents : le passeport congolais, puisqu’il est Congolais, et la carte de résidence, puisqu’il vit dans un Etat tiers. Celui qui bénéficie de la double nationalité « n’est pas Congolais ».

Aubin Minaku a fait savoir à ses collègues élus du peuple que la CENI estime que l’enrôlement et le vote des Congolais de l’étranger est une donne technique importante, « parce qu’ils ont (membres de la CENI) procédé à un certain sondage et que ce n’est pas évident dans la plupart des Etats. Et pourtant, le principe de la non-discrimination est capital. On ne va pas enrôler seulement les Congolais vivant à Kigali ou au Congo-Brazzaville. Il faudra enrôler aussi ceux qui vivent  à Bruxelles, à Londres, et jusqu’au Cambodge. Donc, il faut la non-discrimination dans cet enrôlement des étrangers, mettre tous les moyens afin que, partout où il y a des Congolais, on puisse les enrôler. C’est aussi une contrainte technique majeure selon la CENI, au-delà d’autres considérations sur le plan notamment financier et de la gestion du temps ».

Et pour terminer, le speaker de la Chambre basse du Parlement a souligné qu’« en tout cas, la conclusion telle qu’elle apparaissait, n’est pas évidente quant au respect du calendrier électoral tel que présenté, si la République doit attendre l’enrôlement de nos compatriotes vivant à l’étranger, sans discrimination. Voilà le point de vue technique de la CENI ».

Il affirme en effet avoir pris bonne note de ce point de vue technique de la CENI. « Mais, en tant que bureau, nous vous exhortons effectivement à vous assumer de manière républicaine. Il y a des moments où nous avons des débats, chacun défendant son camp, peut-être avec beaucoup de passions, c’est normal dans une institution délibérante, mais il y a des moments où nous devons lever des options dans l’intérêt de la République. Surtout qu’à gauche comme à droite, nous voulons aller aux élections le 23 décembre », a-t-il confié à ses collègues.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse