Enrôlement de plus de 22 millions d’électeurs: L’OIF encourage la CENI

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) reste préoccupée par la situation actuelle en République démocratique du Congo. Une situation caractérisée par la mise en œuvre de l’accord de la Saint-Sylvestre, après la signature de l’Arrangement particulier entre parties prenantes aux pourparlers du Centre interdiocésain de Kinshasa. Raison pour laquelle une importante délégation a été dépêchée en Rd Congo, afin de s’enquérir du déroulement du processus électoral.

L’action de la Francophonie en Rd Congo n’est pas à dissocier du rôle considérable dans ce grand pays francophone et dont la stabilité conditionne en quelque sorte celle des neuf pays limitrophes. C’est la Francophonie, grâce à son audit qui avait conclu que le fichier électoral était corrompu, inadapté, désuet et qu’il fallait une refonte totale. Des trois options proposées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à la Cité de l’UA, l’une, notamment la 3ème qui consiste en une refonte totale du fichier électoral a rencontré l’adhésion de tous les participants. Et ce, au regard de ses avantages évidents, surtout qu’elle offre la possibilité de tenir des élections futures en utilisant des listes électorales impartiales, inclusives et transparentes. Sinon, qui oserait priver de leur droit de vote environ 17 millions de citoyens ayant atteint l’âge requis pour voter, ainsi que les Congolais de la diaspora ?

C’est l’œuvre à laquelle se livre actuellement  avec professionnalisme Corneille Nangaa et son équipe. C’est encore la même Francophonie qui a été conviée au dialogue de la Cité de l’Union africaine pour donner son expertise relative à la séquence des élections qui s’imposent, celle qui consiste à aligner les législatives provinciales et locales en premier, suivies des indirects y afférant, présidentielle et législatives nationales en second (séquence du dernier calendrier publié par la CENI le 12 février 2015). C’est l’occasion rêvée pour éponger les arriérés de 2006 et 2011 et impulser ainsi le développement à la base. Partageant un tel passé commun avec la Rd Congo, elle ne pouvait que revenir pour en savoir un peu plus, surtout au moment où un Gouvernement d’union nationale est attendu.

Des échanges fructueux

Soulignons que le président de la CENI, Corneille Nangaa  entouré du Vice-président  Norbert Basengezi, le Rapporteur Adjoint Onésime Falash, les Membres de l’Assemblée Plénière Jean-Baptiste Ndundu et Augustin Ngangwele, ainsi que le Secrétaire exécutif national (SEN) a échangé hier lundi dans son cabinet du  travail avec  une forte délégation de la Mission d’évaluation et d’assistance électorales de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) conduite par  M. Georges Nakseu Nguefang.

Durant plus de 2 heures d’échanges, le Président de la Centrale électorale a présenté à ses hôtes de marque  l’évolution du processus électoral avec plus de 22 millions d’électeurs déjà enrôlés durant l’opération de la révision du fichier électoral. Une opération qui poursuit son cours normal avec le lancement,  il y a  quelques jours, des aires opérationnelles 3 et 4 comprenant les provinces du Bas-Uélé, Haut-Uélé, Kasaï-Oriental, Kongo central, Kwango, Kwilu, Lomami, Maïndombe, Sankuru et la Tshopo.

Corneille Nangaa a saisi cette occasion pour expliquer à ses hôtes les raisons objectives inextricablement liées à l’insécurité qui sévit dans cette partie de la République qui ont amené la CENI à suspendre le lancement des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs dans les provinces du Kasaï et du Kasaï central ; insécurité aggravée suite à la terreur causée par les miliciens du chef Kamwina Nsapu qui prennent pour cibles, notamment, le personnel, le matériel et les infrastructures de la CENI.

L’Organe de gestion des élections en RDC attend le rétablissement de la paix dans ce coin du pays pour débuter les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs.  La sécurisation de son personnel et des kits étant une priorité pour une bonne tenue des opérations sur terrain dans un environnement apaisé.

Les experts de la CENI et ceux de l’OIF intensifient les travaux en groupes intégrés, au dire de la délégation de l’OIF, en vue d’une bonne évaluation des besoins pouvant déboucher sur une assistance électorale.  Au sortir de ces échanges, le chef de la délégation de l’OIF, M. Georges Nakseu nguefang  entouré  du Général Siaka Sangare,  a félicité la CENI pour le travail abattu en peu de temps et se montre toujours disposé à travailler avec cette institution congolaise d’appui à la démocratie, dans l’objectif de surmonter les difficultés, en apportant des réponses idoines, baliser le chemin pour des élections apaisées, crédibles, démocratiques et surtout transparentes en République Démocratique  du Congo.

Outre le Chef de la délégation, la Mission de l’OIF comprend le Général Siaka Sangare, Chef de mission adjoint, M. Cyril Kulenovic, expert juridique et politique, M. Inoussa Ouedraogo, informaticien et expert fichier électoral, Mme Danièle Darlan experte en contentieux électoral, M. Isidore Kwandja, expert en droits de l’homme et analyste politique et de Mme Zahra Kamil, coordinatrice de la mission.

Arrivée à Kinshasa vers la fin du mois d’avril dernier, la délégation de l’OIF a eu des entretiens enrichissants avec les partenaires nationaux et internationaux du processus électoral congolais, avec le Secrétariat exécutif national de la CENI et aussi avec les démembrements de cette Commission électorale à Goma et à Lubumbashi.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse