En vue de redynamiser le secteur de l’Environnement: Atis Kabongo et Aggée Matembo consultent les Coordonnateurs des projets

par -
0 317
Photo de famille des ministres Atis Kabongo et Aggée Matembo, entouré des coordonnateurs et responsables des projets au sein du ministère de l’Environnement et Développement/Pius Romain Rolland

Officiellement après leur prise de fonctions, le ministre et son vice- ministre, Atis Kabongo et Aggée Matembo ont conféré lundi 26 et mardi 27 décembre avec les personnels du ministère de l’Environnement et Développement Durable, notamment ceux du Secrétariat général et les membres du cabinet sortant. Cependant, hier mercredi 28 décembre, les ministres ont échangé dans une réunion technique avec les Coordonnateurs des différents projets au sein du Ministère. Ce, en présence du Secrétaire général dudit ministère, Léonard Muamba.

Au menu de leur échange, la redynamisation de tous les projets susceptibles de générer des bénéfices à la Rdc, parce qu’il s’agit d’un méga-ministère, mais qui ne contribue pas significativement au budget de l’Etat.

Au nombre de Coordonnateurs des projets, Victor Kabengele wa Kadilu (Coordonnateur national), Tosi Mpanu Mpanu (Coordonnateur PMA), François Kapa (Chef de Projet AGEDUFOR), Daudet Kayeya (PIF), Samba Mukendi Solange (Chargé d’Etude Cab/Ministre), Jean-Romain Useni B. (Point Focal opérationnel), François Kayembe ( Coordonnateur de SSTS), Kondjo Shoko André (Coordonnateur IFN/OIBT) Jean Ndembo Longo (Coordonnateur Pana-AFE), Elie Umba Kabunda (Coordonnateur Ozone) et Luc Atundu (Coordonnateur  national).

Dans  cet échange, le ministre Atis Kabongo s’est dit indigné du fait que la Rdc ait manqué beaucoup de fonds par rapport à la protection de l’environnement. Ce, en raison de guéguerres et tractations dans la désignation d’un responsable devant piloter un projet, mentionne-t-il.

Pour ce faire, pour appliquer la politique édictée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila, exécuté par le Premier ministre Samy Badibanga, ils s’inscrivent dans la dynamique  de remédier aux insuffisances décelées dans le dysfonctionnement de la coordination de différents projets, en comptant sur leur coopération et leur transparence au profit de la Rdc. « Il ne faudra pas que dans la nouvelle marche qu’il y ait encore des zones d’ombre, car ces réunions vont se multiplier. Plus qu’on échange, plus on est informé, plus on aura à avoir des solutions à nos problèmes », a-t-il fait savoir par rapport aux défis qui les attendent. Il s’agit là de respecter la feuille de route édictée par le Gouvernement central, bien que le ministère de l’Environnement qui est potentiellement grand, ne reflète pas cette grandeur. A travers leurs appels au travail, les ministres ont invité tous les coordonnateurs de se mettre au travail, relever le défi, en ce qu’ils sont disposé à le faire, mais en ayant beaucoup plus d’informations possible sur l’Environnement et le Développement Durable. Pour eux, il ne se posera pas de problème pour désigner un Coordonnateur d’un projet, ni élaborer un plan à défendre ; Des plans et projets susceptibles de générer des fonds dans la caisse de l’Etat. Ceci ne peut jamais constituer un obstacle, pendant leur mandat, car l’essentiel est de protéger l’environnement, mais aussi de lutter contre la pauvreté. Du moins, ils ont salué les efforts de certains coordonnateurs dont les projets ont eu d’impacts visibles, et qu’ils sont prêts à les accompagner. « Ce qui compte c’est l’organisation ; toutes les structures liées à notre ministère doivent être redynamisées, doivent reprendre le travail tel qu’il faut. Chercher à partir d’aujourd’hui toutes les idées, toutes les propositions pour que ce ministère puisse redémarrer, jouer son rôle plus important au sein du Gouvernement », ont-ils fait voir, avec la conviction de réussir.

Une réunion capitale

En outre, ils ont insisté sur le respect de la hiérarchie, en exhortant tous les Coordonnateurs de passer par leurs chefs hiérarchiques, à savoir le Secrétaire général, quand bien même ils restent disposés à la collaboration et qu’ensemble qu’ils luttent contre les antivaleurs. « Notre gouvernement est mis en place pour atteindre un objectif principal : l’amélioration de conditions de vie des Congolais ; de l’organisation des élections conformément à l’Accord politique signé le 18 octobre 2016 que les élections puissent se tenir en avril 2018, nous devons appuyer le secteur social pour permettre aux Congolais d’être en bonne santé aux élections », a indiqué le ministre Atis Kabongo. Il leur a aussi exhorté de conduire les projets avec toutes responsabilités, mais dans une attitude de collaboration.

Au sortir de l’échange avec les Coordonnateurs, le ministre a mentionné ce qui suit : « Nous venons d’avoir la première réunion avec tous les Coordonnateurs et responsables des projets liés au ministère de l’Environnement et Développement durable, mais c’est une suite de contacts et consultations que nous avons commencé, moi et mon vice-ministre. Nous voulons d’abord nous imprégner de toute la situation générale du ministère ». Ce, après avoir consulté le cabinet du ministre sortant, le Secrétariat général et toutes les directions. « Aujourd’hui, nous venons d’avoir une séance de travail avec tous les Coordonnateurs et l’ambiance était au bon fixe. Nous nous sommes mis à échanger, à les écouter surtout pour essayer d’être informé plus par rapport aux difficultés qu’ils rencontrent ; pour être informé du niveau d’exécution de tous les projets, mais surtout à apprendre sur les projections, en tant que décideurs au niveau du ministère, nous puissions donner des orientations claires et quelques directives pour que tous les projets en cours ne puissent pas connaître de problème de non-exécution », avait-il indiqué.

(Pius Romain Rolland)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse