En séjour à Tshikapa: R. Shadary annonce l’arrivée de Joseph Kabila

par -
0 368
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il y a une semaine, le président de la République  visitait Kananga et Mbuji-Mayi, au Kasaï-Central et au Kasaï-Oriental. Il est pour l’instant attendu à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï pour réconforter la population et s’enquérir de la situation sécuritaire. C’est le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary  qui l’a annoncé. La situation sécuritaire ayant évolué positivement, le temps était venu pour le patron de la territoriale d’effectuer une mission sécuritaire d’itinérance de la territoriale. Ceci, pour vérifier que les tâches confiées par le Gouvernement sont parfaitement exécutées, mais aussi pour voir comment la situation peut être consolidée.

Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary est arrivé vendredi dans la soirée à Tshikapa,  chef-lieu de la Province du Kasaï.  Il conduit une délégation gouvernementale composée de ministres de la Défense nationale, Crispin Atama Tabe et celui de l’Energie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto.  C’est la deuxième fois dans l’espace de deux mois que Ramazani Shadary effectue une mission officielle dans cette partie du pays qui a été attaquée le 04 décembre 2017 par la milice Kamwina Nsapu dans presque la quasi-totalité des territoires aujourd’hui libérés. Ce, à cause de la porosité de sa frontière et de sa proximité avec la province voisine du Kasaï Central d’où était parti en août 2016, l’insurrection conduite par feu Kamwina Nsapu et qui s’est vite muée en mouvement terroriste.

Mouvement aujourd’hui au cœur de l’actualité internationale à cause des dégâts humains et matériels causés, mais également les déplacés internes et externes. Cette mission d’itinérance,  indiquent des sources proches de la délégation,  permettra d’évaluer la situation sécuritaire et jeter les jalons d’une paix durable dans une province où la haine tribale et les conflits intercommunautaires liés à la milice terroriste opérant sous le label Kamwina Nsapu commençaient à prendre racine.  Le Président de la République,  Joseph Kabila Kabange qui suit de près cette situation voudrait vite voir l’autorité de l’Etat rétablie dans la province du Kasaï où le mouvement terroriste Kamwina Nsapu a décapité en mars dernier 39 policiers dans le village de Malenga, alors qu’ils se rendaient en mission.

Soulignons que quelques députés nationaux de la nouvelle province du Kasaï font également partie de la délégation qui a été accueilli à l’aérodrome de Tshikapa par le Gouverneur Marc Manyanga et d’autres autorités politico-administratives, ainsi que coutumières de la place.

Un mot sur la province du Kasaï

Issue de l’éclatement de l’ex-Kasaï-Occidental en 2015, la nouvelle province du Kasaï qui ne dispose pas de beaucoup de données historiques en ligne, a la superficie de 95.631 Km2 et la population estimée à 3.199.391 habitants  (2006), selon les données mises à la disposition de la presse par le confrère Louis d’Or Balekelayi. Son chef-lieu est Tshikapa. La province du Kasaï est composée de 5 territoires à savoir: Mweka, Ilebo, Dekese, Luebo et Kamonya, ainsi que la ville de Tshikapa. La province du Kasaï partage ses frontières avec cinq autres provinces dont la province angolaise de Lunda Norte, le Kasaï Central,  le Sankuru, la Tshopo et le Kwilu. Le Français et le Tshiluba sont les langues principales qui sont concomitamment utilisées avec le Tshokwe, le Pende, le Tshibindi…

L’économie de la province est basée sur l’agriculture,  la pêche sur la rivière Kasaï et  l’exploitation industrielle et artisanale du diamant de joaillerie. D’où la présence remarquable des expatriés dans la  ville de Tshikapa qui se métamorphose depuis la mise en œuvre de la décentralisation. La province depuis sa naissance est dirigée par Marc Manyanga comme Gouverneur et Hubert Bingho comme vice-gouverneur. L’élan du développement de la province a connu un ralentissement avec l’entrée de la milice terroriste Kamwina Nsapu en décembre 2016 et qui s’est très vite propagée dans cinq de six territoires (sauf Dekese) à cause de la présence des ressortissants luluaphones dans tous ses territoires. Notamment les Bajilakasanga, clan de feu Kamwina Nsapu.  D’où l’émergence du sentiment de haine tribale par les autochtones et les conflits intercommunautaires comme effets collatéraux du phénomène Kamwina Nsapu, mais que les autorités centrales tentent avec succès de stopper grâce à plusieurs missions de pacification. Un forum sur la paix et la réconciliation est en cours de préparation.  A ce jour, la  quasi-totalité de la province a été récupérée par les forces régulières aux terroristes opérant sous le label Kamwina Nsapu  et l’autorité de l’Etat entrain d’être restaurée.  La vie reprend, les affaires aussi.

( JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse