En prélude du dialogue politique inclusif

par -
0 579
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Echange entre Société civile, confessions religieuses et Ban Ki M oon

Le dialogue politique inclusif encouragé par Ban ki Moon, secrétaire général (SG) des Nations Unies lors des échanges qu’il a eu avec 12 leaders de la société civile et les confessions religieuses sur les enjeux politiques du moment au Fleuve Congo Hôtel, hier mercredi 25 février 2016. Nous renseigne M. Jérôme Bonso président de la Linelit et coordonnateur de l’AETA.

En effet, la paix et la sécurité sont des éléments moteurs de tout développement sans lesquels tous investissements est voué à l’échec. A cette occasion, les leaders de la société civile et confessions religieuses ont saisi l’opportunité de rappeler au SG de l’ONU l’importance de la consolidation de la paix et de la sécurité des personnes et de leur biens… ces leaders de la société civile déplorent le manque de réalisme de la CENI, c’est ainsi qu’il y a une impérieuse nécessité de s’investir dans la reconstruction du consensus politique dans le cadre d’un dialogue inclusif.

Parlant de la fiabilité du fichier électoral ; ils ont sollicité l’expertise et l’aide de la communauté internationale pour la mise en place des logiciels capables de réduire le temps des opérations d manière à tenir compte du délai constitutionnel et ainsi intégrer les nouveaux majeurs et les congolais de la diaspora.

S’agissant du dialogue politique , ils souscrivent à la tenue imminente de celui-ci étant donné que ce dernier est une vertu, ils sollicitent l’implication du SG des Nations Unies en visite à Kinshasa e lancer un appel pressant à la classe politique congolaise, à la majorité et à l’opposition, qui traine encore les pieds à souscrire à la tenue du dialogue pour leur participation effective.

Car, c’est du dialogue que naitra le consensus et du consensus naitra la confiance et de la confiance contribuera aux élections apaisées.

Droits de l’homme, paix et sécurité

Plus des cas de violation des droits de l’homme sont constatés en RDC notamment, l’insécurisation des acteurs politiques et de la société civile, la restriction de la liberté d’expression et d’opinions, les arrestations arbitraires des acteurs politiques et de la société civile, l’instrumentalisations de la justice, les enlèvements, la fermeture des autres médias et la confiscation des médias publics.

Le problème de l’insécurité à l’est du pays est un grand défis pour la RDC car les pays signataires de l’Accord Cadre d’Addis Abebas ne respectent pas leurs engagements notamment en ce qui concerne l’utilisation de la RDC comme base arrière, cette situation cause la désolation, la violation massive des droits de l’homme, massacres et viol des femmes.

Eu égard à ce qui précède, les organisations de la société civile et les confessions religieuses ont recommandé ce qui suit : l’implication personnelle du SG des Nations Unies pour la tenue des élections libres, transparentes, crédibles et apaisées dans un esprit de l’alternance démocratique dans le respect de la constitution. L’urgence de la tenue du dialogue inclusif en mettant en place le comité préparatoire ; la mise en place du comité de suivi et l’implication de la communauté internationale et de la société civile dans le comité de suivi les résolutions du dialogue, la libération du commandement de la troupe d’intervention rapide de l’union Africaine pour la sécurisation de l’Est du pays avec l’appui de la Monusco ; la libération des prisonniers d’opinions et militants des droits de l’homme, jeunes activistes pro démocratie cela en vue de décrisper l’environnement politique et enfin l’implication de la communauté internationale dans la mobilisation des ressources pour l’organisation des élections en RDC.

(Rébecca Tuzizila Muzama)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse