En prélude du 60ème anniversaire

par -
0 671
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

T.P.  OK Jazz,  bientôt le 1er tube remix   « After  Franco »    

En prélude de la commémoration du 60ème anniversaire de l’orchestre T.P. OK Jazz  prévu le 6 juin 2016 à Kinshasa, Brazzaville et Luanda, le staff dirigeant  sous la coordination du boss Yves Emongo Luambo s’attèle à marquer une empreinte. En effet, le 1er tube  remix  After Franco se trouve être en préparation au studio, a-t-on appris de la bouche  du guitariste solo Dawa Lusamba, l’actuel directeur artistique du T.P O.K Jazz. Parmi les anciens succès qui sont repris figurent en priorité :  « Nostalgie » du chanteur Josky Kiambukuta  Nlemvo  « Commandant de bord »,  « Zonga  Coco »  et  « Lineti » de Franco Luambo  Makiadi.  Aux dires de  Dawa  Lusamba, les travaux de studio, première étape des travaux supervisés par le manager impresario Manzenza Sala Munsala, pourront prendre fin bientôt. Entretemps, le groupe  « T.P O.K JAZZ » continue de se produire chaque dimanche de 18 à 24 heures, à son siège mythique, le bar dancing « Un deux trois » chez mama  Kulutu »  dans la commune de Kasa-Vubu.

1956 – 2O16, cela fera  soixante ans  jour pour jour depuis qu’a été créé l’orchestre T.P O.K Jazz du regretté  François Luambo Makiadi dit Franco le Grand Maître  de Mi amor disparu en 1989  à Namur en Belgique à la suite d’une longue maladie. Sa guitare, sa voix, sa musique  marquent  son immortalité en défiant le temps, les époques et les modes. Elles continuent, deux décennies après sa disparition, à nous captiver et à susciter  moult débats en sens divers, lit-on dans  l’ouvrage  « Franco  le Grand Maître » de Raoul Yema Die Yala préfacé par le Premier ministre Augustin Matata  Ponyo.

L’épopée de l’O.K Jazz du début à l’apogée, l’époque du Tout-Puissant O.K Jazz  qui sévissait dans le très célèbre dancing « Un  deux trois »  et dont la musique  endiablée avait envahi  toute l’Afrique, était considérée par beaucoup de personnes  comme une institution. Le nom, à sa seule  évocation, avait dans les milieux  musicaux  congolais  et ailleurs, quelque chose de mythique. C’était une référence quasi biblique. L’orchestre était aussi un foisonnement de talents, structuré et géré  comme une vraie  entreprise…  Tout était organisé autour d’un élément catalyseur : Franco. A la fois guitariste  et chanteur, habile en composition et dans  l’arrangement.

*Histoire rocambolesque de l’appellation O.K Jazz

La légende renseigne que l’orchestre a été baptisé  des initiales  des nom et prénom d’Oscar Kashama (OK), propriétaire du bar où l’ensemble musical avait coutume  d’animer des soirées. Après recoupements, l’on peut dire d’abord que la personne ainsi désignée  se prénommait  Gaston et non Oscar.

Ensuite, en 1956,  au moment où l’O.K Jazz a été créé, son nom qu’il tenait de son père européen était  Cassien et non Kashama. Par contre, son bar qui jouxtait la parcelle familiale des N’Djoli, une famille bourgeoise à la notoriété bien  assise à Kinshasa, sise  avenue  Itaga à la place Ruwet, s’appelait  bien « Chez Cassien O.K Bar ».

Brazzos qui jouait la guitare  rythmique à la création de l’O.K Jazz  raconte ainsi comment  leur orchestre  avait pris cette appellation.

« Notre groupe  jouait, presque  anonymement, depuis un certain  temps dans ce haut lieu de la vie nocturne  de Léopoldville. Nous étions là, De la Lune , Célestin , Edo, Desoin, Vicky, Essous, Franco  et moi-même à discuter comme des chiffonniers. Un samedi matin  au cours d’une séance de répétition chez Cassine, la discussion échaudait  sur le nom à donner à notre orchestre. Chacun venait  avec sa proposition que tout le monde rejetait. Finalement, attiré par le bruit que nous  faisions, le maître  des céans  vint s’enquérir  de quoi cela retournait.  Une fois mis au courant, il coupa  court à la discussion  et s’imposa. Bien que je ne sois pas certain  aujourd’hui  des paroles exactes qu’il prononça à cette occasion , c’était  quelque chose  de net qui se résumait à peu près à ceci : Puisque vous  jouez  dans  O.K BAR , votre orchestre  s’appellera désormais  O.K Jazz  … »

  • C’était le 6 juin 1956.

Autour de ce label  devenu dès lors célèbre, une dizaine  de jeunes  gens  dont la moyenne  d’âge  oscillait  autour  de 22 ans dont Franco  à la guitare  solo, Brazzos  à la guitare  rythmique, De  la  lune à la basse , Essous à la clarinette, Nino  Malapet  au saxophone, Pandi à la batterie, Rossignol , Vicky  et Edo  au micro.

(Franck  Ambangito)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse