En prélude au dialogue politique

par -
0 599
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Steve Mbikayi sollicite du chef de l’Etat la formation d’une commission préparatoire

Dans une déclaration lue hier jeudi 01 octobre 2015 au siège du parti, les partis et associations membres de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), sous la président de l’honorable Steve Mbikayi, ont analysé les questions brulantes du moment à savoir les reniements, la décomposition et recomposition des groupes d’intérêts politiques, la proposition d’une loi référendaire, les marches de soutien organisées à travers la République et enfin le processus électoral.

S’agissant des reniements, la décomposition et la recomposition des groupes d’intérêts politiques, la NCPS constate que les acteurs politiques congolais, fidèles à leur style de jeu, se livrent une fois de plus à leur stratégie habituelle. «  A la veille d’un bouleversement politique avec comme toile de fond un changement de régime en perspective, les tenants du système fuient leur famille politique tels des rats qui s’échappent d’une case qui prend feu », dénonce-t-il, tout en ajoutant qu’en pareille circonstance et comme lors de la démocratisation du pays dans les années 90, les tenants du système se trouvent des blanchisseries qui leur permettent de jouer encore les premiers rôles dans un nouveau système. « Dans cet ordre d’idées, la NCPS constate que dans ce genre des choses, les acteurs politiques capitalistes sont les plus actifs et les plus habiles. Ils s’organisent et se métamorphosent pour reprendre les rênes du pouvoir à la première occasion, afin de continuer à maîtriser le système économico-financier national au mieux de leurs intérêts et de ceux des milieux néolibéraux internationaux pour qui ils ont roulé hier, roulent aujourd’hui et rouleront demain. La NVCPS refuse de se faire prendre dans le piège de ceux qui restent dans la case et de ceux qui la fuient, car tous sont co-responsables de tout ce qui peut arriver ».

Pour Steve Mbikayi qui s’en prend ouvertement à Gabriel Kyungu wa Kumwanza en disant que ceux qui ont les mains rouges, tâchées du sang des Bilulu tués par milliers dans un passé récent, ne vont pas du coup être blanchis par la magie de la transhumance ! Leur passé macabre leur collera à la peau jusque le jour où ils seront jugés et condamnés. Certains même à titre posthume. « D’autres qui étaient à la table d’honneur du grand festin du pouvoir, à la fin de la fête se découvrent subitement une mission prophétique de défenseur de notre jeune démocratie ! », a-t-il renchéri.

Pour lui, ceux qui s’étaient battus, becs et ongles pour assassiner cette même jeune démocratie en passant de deux tours de l’élection présidentielle à un seul tour, ne favorisant pas l’éclosion des jeunes leaders politiques qui ont des ambitions de se forger lentement le chemin qui conduit au pouvoir suprême. « Si la grande majorité applaudit de deux mains pareille initiative, l’opposition nationaliste préfère aller en profondeur pour découvrir les pots aux roses…Ne pas tomber dans le piège de ceux qui malheureusement paraissent plus forts, forts du circuit financier qu’ils contrôlent. Rabattons-nous sur ce que nous avons d’essentiel : le capital humain. Sensibilisons ce peuple, sinon il y aura risque de voir les mêmes qui jettent la poudre aux yeux du peuple, pérenniser un système décrié par tous ! », Déplore Steve Mbikayi.

De la proposition de loi référendaire

La NCPS constate que la proposition de loi initiée par deux élus du peuple de la Majorité présidentielle a soulevé un tôlé général. Respectant la production législative de ses collègues, la Nouvelle Classe Politique et Sociale constate que le moment est mal choisi dans un environnement où le processus électoral est bloqué faute de moyens. « Penser ajouter au débat une matière se rapportant au référendum est de nature à surchauffer les esprits. Tenant compte de l’hostilité de l’opinion politique à ce sujet, la NCPS demande à l’Assemblée nationale de ne pas programmer cette matière au cours de la législature en cours. Dans une période où nous avons besoin d’un large consensus national, évitons tout ce qui contribue à la division de l’opinion nationale. Dans ce même ordre d’idées, si la nomination de nouveaux dirigeants des provinces qui n’est pas constitutionnelle est faite en dehors d’un consensus de toutes les forces politiques, cela ne fera qu’exacerber les frustrations », rappelle-t-il.

Du processus électoral

L’opposition nationaliste que conduit Steve Mbikayi constate que le calendrier électoral de la CENI est tombé caduque et le processus électoral est complètement bloqué. Pour relancer ce processus, un nouveau calendrier consensuel doit être élaboré sans délai. « Ce calendrier ne peut voir le jour si la classe politique ne se met pas d’accord autour de l’agencement des différents scrutins. Pour cette raison, l’opposition nationaliste réitère son vœu de voir le chef de l’Etat mettre sur pied une commission préparatoire du dialogue en vue de permettre aux différentes composantes de se mettre d’accord sur les termes de référence. A ce sujet, la NCPS condamne le fait que deux partis politiques se soient engagés seuls dans un pré-dialogue, d’un dialogue voulu inclusif », a-t-il fustigé.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse