En plus du moratoire fiscal accordé aux importateurs: Le Gouvernement suspend la TVA à l’importation de certains produits

par -
0 679
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En vue de permettre l’approvisionnement du pays en biens de première nécessité dans la perspective des festivités de fin d’année, le Gouvernement a accordé un moratoire fiscal au bénéfice des importateurs des produits de première nécessité. Dans le même objectif, il a aussi été prévu la suspension de la TVA à l’importation pour un certain nombre des produits. Il s’agit des poissons, du riz, de la viande, du poulet et les huiles végétales. Du côté de la Banque centrale du Congo (BCC), on apprend qu’elle a mis à la disposition des importateurs une enveloppe de 49 millions de dollars Us pour leur faciliter l’importation de ces produits et 25 millions de dollars Us aux pétroliers pour les aider à disposer des ressources nécessaires pour la reconstruction des stocks et la mise à disposition de ces produits sur le marché.

Comme chaque lundi, le Premier ministre Matata Ponyo a présidé à l’Hôtel du Gouvernement, la quarante-cinquième réunion de l’exercice 2016 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays. C’était en présence de tous les habitués. Faisant la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 28 octobre 2016, le communiqué de cette réunion mentionne qu’au niveau international, le Fonds monétaire international (FMI) a publié son rapport annuel (édition 2016) sur les perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne, intitulé « Une croissance à deux vitesses ». Ce rapport renseigne que le taux de croissance de l’Afrique subsaharienne devrait baisser en 2016 en deçà du taux de la croissance démographique, marquant ainsi une rupture avec des taux de croissance élevés enregistrés ces dernières années. Le FMI attribue ce ralentissement à deux facteurs principaux : la détérioration de l’environnement extérieur pour beaucoup de pays de la région, occasionné par la baisse des cours des produits de base et le durcissement des conditions financières, et les réponses tardives et inadéquates de certaines économies touchées par des chocs exogènes.

Le pétrole en baisse

Au 27 octobre 2016, après la baisse de la semaine écoulée, le prix de la tonne métrique du cuivre a rebondi de 1,62%. Ainsi, de 4.642,00 USD/tonne métrique au 20 octobre, le prix s’est établi à 4.717,00 USD. En revanche, le prix de l’once d’or a franchi cinq semaines de baisse continue. Au 27 octobre, l’once s’est vendue à 1.266,38 USD contre 1.271,80 USD une semaine avant. En ce qui concerne le prix du cobalt, il demeure à 28.145,7 USD.

Le marché du pétrole, après deux semaines de divergence des prix a connu, au 27 octobre, des baisses sur les deux places. Les prix du baril du brut étaient à 50,39 USD et 48,67 USD respectivement à Londres et à New-York, contre 51,30 USD et 50,98 USD une semaine avant, soit des baisses de 1,78% et 4,53%. S’agissant des céréales, leurs prix sont tous en baisse, exception faite pour le maïs. Au 27 octobre, la situation sur ce marché se présentait comme suit : a) 131,43 USD/tonne (+1,85%) pour le maïs ; b)  10,15 USD/tonne (-1,69%) pour le riz, et c) 414,50 USD/tonne (-0,60%) pour le blé.

 

Au plan national, il y a lieu d’indiquer que le solde brut d’opinions de chefs d’entreprise sur la conjoncture économique demeure négatif à 4,8% en septembre 2016, contre -1,9% réalisé au mois d’août. Ce pessimisme est observé sur toutes les branches de l’activité économique, surtout celles des industries extractives (-7,2%) et de construction (-33,3%), suite à la faiblesse de cours des produits miniers et à l’attentisme dans l’exécution des travaux des infrastructures. Durant la semaine sous examen, les principaux indicateurs macroéconomiques suivis indiquent que le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,462% (+0,013 point). En cumul, l’inflation a atteint 4,853%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent à 5,898% pour un objectif de 4,2%.

Le Franc congolais s’est déprécié de 0,87% sur le marché libre, et de 1,76% à l’interbancaire. Au 27 octobre 2016, le taux de change sur ces deux marchés était de 1.209,17 CDF/USD et 1.115,40 CDF/USD contre 1.198,70 CDF/USD et 1.095,73 CDF/USD une semaine avant. Les réserves internationales sont actuellement à 929,79 millions USD, et couvrent 4,11 semaines d’importations des biens et services. Le taux directeur de la Banque centrale du Congo est à 7%, induisant une marge de positivité de 1,919 point. Le solde mensuel du compte général du Trésor, au 28 octobre, est déficitaire de 83,600 milliards CDF, provenant des recettes de 210,640 milliards CDF et des dépenses de 294,240 milliards CDF. En cumul annuel, le compte général du Trésor affiche un déficit de 393,526 milliards CDF.

Quatre dossiers spécifiques abordés

Le premier dossier abordé par la Troïka stratégique d’hier, c’est celui de la paie du mois d’octobre 2016, lancée au 15, se poursuit normalement aussi bien à Kinshasa qu’en provinces. Pour celle du mois de novembre, les préparatifs sont en cours. Pour ce qui est de la bancarisation, des dispositions seront prises pour la prise en compte des inactifs militaires basés dans les provinces.

A ce dossier, il s’est également ajouté celui lié à l’approvisionnement du pays en produits de première nécessité. A ce sujet, sous la présidence du Chef de l’Etat, il avait été demandé à l’équipe Ecofin du Gouvernement de prendre contact avec le secteur privé pour examiner les voies et moyens qui permettent d’approvisionner le pays en biens de première nécessité dans la perspective des festivités de fin d’année. Et dans ce cadre, il avait été accepté que le Gouvernement accorde un moratoire fiscal au bénéfice des importateurs des produits de première nécessité et il a été donc prévu la suspension de la TVA à l’importation pour un certain nombre des produits. Il s’agit des poissons, du riz, de la viande, du poulet et les huiles végétales. Du côté de la Banque centrale du Congo (BCC), elle vient de mettre à la disposition des importateurs une enveloppe de 49 millions de dollars Us pour leur faciliter l’importation de ces produits et 25 millions de dollars Us aux pétroliers pour les aider aussi à disposer des ressources nécessaires pour la reconstitution des stocks et la mise à disposition de ces produits sur le marché.

A en croire Modeste Bahati, ministre de l’Economie nationale qui abordait le 3ème dossier, le Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et initiation à la nouvelle citoyenneté était invité à la réunion de la Troïka stratégique pour présenter l’état actuel d’avancement de construction des écoles sur l’ensemble de la République. Du rapport fait, il se dégage que 210 écoles dont les travaux de construction étaient déjà lancés sont en état d’arrêt faute de financements conséquents. Aussi, compte tenu de la place prépondérante du secteur éducatif dans l’arsenal de développement du pays, il a été décidé d’allouer un montant mensuel devant permettre d’achever ces chantiers en vue d’atteindre les objectifs assignés au programme d’amélioration de la scolarité.

Le 4ème dossier est celui qui concerne le secteur de la santé. Ici, il a été expliqué que le pays est en programme avec plusieurs partenaires pour un certain nombre de projets liés principalement à l’appui au secteur de la santé dans le domaine de la vaccination. « Autant les partenaires internationaux nous ont accordé des ressources nécessaires pour la réalisation de ce programme, autant nous aussi au niveau du Gouvernement en terme de contre-parité nous devons disponibiliser les ressources nécessaires pour que ce programme puisse se poursuivre », a indiqué le ministre de l’Economie, avant d’ajouter que deux secteurs sociaux ont été mis en exergue afin que nous puissions, en dépit d’une situation particulièrement difficile, continuer à réaliser les différents programmes au niveau de la santé et de l’éducation.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse