En mission en Rdc: Didier Reynders consolide la coopération bilatérale

par -
0 849
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est depuis lundi 25 avril 2016, que Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères et Coopération internationale est en visite en République Démocratique du Congo. C’est hier mardi 26 avril 2016 qu’il s’est entretenu avec son homologue congolais, Raymond Tshibanda sur les questions bilatérales entre le Royaume de Belgique et la Rdc.

Après leur entretien de près d’une heure, les deux hommes d’Etat ont tour à tour animé un point de presse au ministère des Affaires étrangères de la RDC, dans lequel ils ont abordé de questions électorales, climatiques et aussi des questions liées à la situation sécuritaire dans la région des Grands lacs. A en croire le ministre Raymond  Tshibanda, la visite du belge Didier Reynders traduit de son engagement de la consolidation des relations bilatérales entre les deux pays liés par l’histoire, en ce que leurs relations se portent très bien. « Il y a une évolution positive, et sur le plan du dialogue politique au plan diplomatique, mais aussi sur le plan de la coopération, nous avons fait le tour de la situation en RDC et dans la sous-région et nous avons trouvé une large convergence des vues sur la plupart des questions ». Les deux ministres des Affaires étrangères ont souligné la nécessité de voir le dialogue politique se tenir incessamment pour baliser le chemin de l’avenir, qu’il soit focalisé et débouché à de conclusions assez rapidement, tout en attendant les conclusions imminentes de la Ceni sur la révision du fichier électoral.

Pour sa part, le ministre belge Didier Reynders a affirmé trois éléments qui sous-tendent sa visite à Kinshasa, notamment la confirmation de la situation économique mondiale difficile de l’évolution de certains nombre de paramètres, en ce que la RDC et la Belgique ont souhaité renforcer leurs relations bilatérales qui se traduisent par un nouvel investissement dans une nouvelle ambassade de Belgique en RDC, ce qui témoigne de la volonté ferme du royaume de Belgique en RDC. « Nous avons pu aborder en essayant aussi d’encadrer le terrain économique de la reprise des activités depuis Bruxelles de SN Bruxelles de drames que nous avons connus le 22 mars à l’aéroport de Bruxelles, nous sommes heureux de voir que les autorités belges et les autorités congolaises peuvent de nouveau utiliser notre compagnie au départ de Bruxelles de la même façon nous allons continuer à travailler à la mise en œuvre des conventions qui protègent les investissements. Je pense qu’au niveau du parlement, le travail est fait, nous allons terminer le processus de ratification parmentière », souligne le ministre belge.

Dialogue politique inclusif, l’assassinat du Général Burundais au cœur de discussion

Cependant, la deuxième chose sur laquelle Didier Reynders s’est entretenue avec son homologue congolais, c’est sur les attentes dans le processus politique en RDC, la nécessité de maintenir l’espace public ouvert en évitant que les violences viennent dégrader l’action en invitant les acteurs politiques de la RDC à ne pas dégrader la situation. Raison de plus de commencer par les autorités de la RDC qui doivent faire montre d’une capacité de gérer la situation de manière disproportionnée et le deuxième élément sur lequel le ministre belge s’est étalé, c’est le lancement d’un processus, en ce que dans les jours qui viennent, comment la Ceni va pouvoir présenter un certain nombre de propositions sur la remise en ordre du fichier électoral, sur le calendrier technique permettant d’aboutir à des élections crédibles, apaisées et transparentes ; et aussi faire appelle au dialogue politique le plus inclusif possible dans un délai bref concret . « Je suis heureux de rendre visite comme celle-ci et de rencontrer les autorités congolaises et aussi avoir l’occasion de rencontrer un certain nombre de la classe politique présent dans le débat en RDC »,  a précisé le belge Reynders.

Cependant, le dernier élément abordé entre les deux autorités diplomatiques est la situation dans la région des Grands Lacs. Pour Didier Reynders,  les inquiétudes partagées quant à la situation au Burundi, c’est le fait que la violence se poursuit  avec l’assassinat du Général Karahuza et les membres de sa famille avec comme implication la nécessité du dialogue au Burundi en ce que, les pourparlers d’Arusha puissent avoir lieu au début du mois de mai. Le ministre belge espère avoir un certain nombre des forces de la police extérieure venir maintenir l’ordre au Burundi, du fait que la situation qui prévaut dans ce pays ne détériore le climat politique en RDC. « L’entretien de ce matin, je tiens à affirmer de nouveau  l’engagement de la Belgique qui est très physique à travers les bâtiments et les constructions qui sont en train de sortir de terre ; l’engagement de la Belgique d’être partenaire et travailler ensemble à l’avenir de la Rdc et à son avenir démocratique qui a pris l’engagement avec plusieurs élections », a indiqué le Belge Didier Reynders.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse