En marge de la COP 2:1 La Banque mondiale lance « le mois de l’environnement » en Rdc

par -
0 800
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Plusieurs activités seront ainsi organisées autour de la thématique « environnement » au cours de ce mois de novembre 2015 en marge de la conférence des parties (COP 21) sur le changement climatique qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre prochain à Paris. Déjà au lancement de ce « mois de l’environnement », les différents projets financés totalement ou en partie par la Banque mondiale en Rd Congo dans le secteur de l’environnement ont été présentés aux journalistes.

Comme personne ne l’ignore à ce jour, la Conférence des parties (COP 21) des Nations Unies sur le changement climatique se tiendra cette année du 30 novembre au 11 décembre 2015 dans la capitale française. Et, la République démocratique du Congo est un pays très stratégique et très important pour cette conférence, étant au cœur des forêts du bassin du Congo (deuxième poumon mondial après l’Amazonie au Brésil).

C’est dans cet ordre d’idées que le bureau de la Banque mondiale en Rd Congo a lancé hier à Kinshasa, « le mois de l’environnement ». Lequel a pour but de permettre à la population congolaise de comprendre les enjeux de la COP 21 et aussi de contribuer efficacement à la protection de l’environnement et de la biodiversité. Plusieurs activités seront organisées dans le cadre de cette campagne à travers toute l’étendue de la Rdc.

A cette occasion du lancement du « mois de l’environnement », les différents projets financés par la Banque mondiale en Rdc dans le secteur de l’environnement ont été présentés aux journalistes. Mais avant cette présentation, le Directeur des Opérations de la Banque mondiale en Rdc, M. Ahmadou Moustapha Ndiaya, a expliqué aux professionnels des médias le contexte de la coopération, le choix de la thématique, les attentes de la COP 21, la problématique de changement climatique, etc.

« Nous attendons que la COP 21 va apporter des réponses à ces défis avec des messages clairs », a fait savoir M. Moustapha, tout en plaidant pour le renforcement de la coalition internationale surtout sur la mobilisation des ressources financières.

Pour sa part, Laurent Debroux, le Coordonnateur des programmes environnement et développement durable à la Banque mondiale en Rdc, a démontré les défis et les opportunités de l’engagement de la Banque mondiale dans le secteur de l’environnement en Rdc. Ainsi, a-t-il fait savoir que « Tout le travail mené par la Banque mondiale est focalisé sur la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des populations locales ».

Préparer la Rdc au processus REDD+ et amélioration de la gouvernance forestière

Le premier projet à être présenté, c’est le Projet d’appui au processus national REDD+ (FPCF), financé à plus 8,8 millions de dollars américains et dont les zones d’intervention sont les anciennes provinces du Bandundu, de l’Equateur, Orientale, du Kasaï-Orientale et Kasaï-Occidental et Kinshasa. Son Coordonnateur,Victor Kabengele a indiqué que l’objectif global de ce projet est de contribuer à la préparation de la Rdc au processus REDD+ (Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts).

Lequel vise à doter le pays des pré-requis techniques et institutionnels pour participer aux mécanismes de marché du carbone forestier. Signalons que la Rdc est depuis 2009 engagée à ce processus et elle y est très avancée.

Le Projet forêts et conservation de la nature (PFCN) a été présenté par son Coordonnateur, M. Dieudonné Sambi. Celui-ci a affirmé que son programme financé à hauteur de 70 millions de dollars américains intervient dans les anciennes provinces du Bandundu, de l’Equateur et Orientale. Le projet vise l’amélioration de la gouvernance forestière pour la gestion durable de la biodiversité et des ressources forestières en vue de contribuer à la consolidation de la stabilité macroéconomique du pays.

Le projet PREPAN pour renforcer l’ICCN

Le projet FIP également a été présenté aux journalistes, avant la présentation du Projet de réhabilitation du réseau des parcs nationaux (PREPAN) exécuté par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN). Financé à 21.640 millions de dollars américains, ce projet vise notamment à renforcer les capacités de l’ICCN en matière de gestion des aires protégées.

Ses zones d’intervention sont : le Parc national des Virunga (provinces du Nord-Kivu), le parc national de la de la Garamba et le futur parc de Lomami dans l’ancienne province Orientale ; le Jardin botanique de Kisantu (Kongo central) ; le Jardin botanique de Kinshasa ; le parc national de Kahuzi Biega et la réserve naturelle d’Itombwe au Sud-Kivu ; le futur parc de Lomami au Maniema ; le Jardin botanique d’Eala dans l’ancienne province de l’Equateur. Un échange s’en était suivi, au cours duquel, des réponses ont été données à des préoccupations exprimées par les représentants des médias.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse