En Ituri depuis le 5 mars dernier: Henri Mova poursuit les consultations avec les couches sociopolitiques

par -
0 272
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Vice-Premier ministre  et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henri Mova en séjour à Bunia, en province d’Ituri depuis  le 5 mars 2018, poursuit avec la consultation des différentes couches sociales et politiques en vue d’une solution durable à l’insécurité qui sévit en territoire de Djugu. Pour ce faire, il a échangé notamment avec les députés nationaux et provinciaux de l’Ituri, les professeurs d’universités, les forces vives de l’Ituri. A l’issue de cet échange, les élus de l’Ituri condamnent  le cycle de violence en Ituri et espère à une solution durable avec la présence  à Bunia de cette délégation du gouvernement central.

L’honorable Raymond Tshedia le dit : « l’objectif  c’est la paix dans la région. Pour qu’on  ait la paix, il faut punir les malfracs, les gens qui se livrent à la violence, ceux là qui détruisent les champs d’autrui, qui décapitent les gens, et se donnent les luxe de bruler les cases ». Un autre groupe,  ce sont les communautés Hema et Lendu victimes de ces atrocités. Au sortir de cette audience, le président de la communauté Hema, Hibraim Mubaramaki appelle à l’implication des autorités  pour mettre fin aux massacres des civils.  De son côté, le vice-président des communautés Lendu, Jean-Marie Ndjaza reconnait avoir recommandé au Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité l’organisation urgence d’un dialogue inclusif entre les deux communautés du territoire de Djugu, et envisager une descente sur terrain.

Noter que c’est depuis le mois de février que certains villages du territoire de Djugu où des attaques attribuées à des groupes non autrement identifiés ont causé plus de 100 morts, des incendies des maisons, des biens et des milliers des populations déplacés parsemés en Ituri et en Ouganda.  Henry Mova est accompagné du  ministre de la Défense Crispin Atama Tabe, le Commissaire de la Police nationale congolaise, le Général Hamuli, et le Conseiller du chef de l’Etat en matière de sécurité, Me Mbuyu.

Des criminels remis à la Police

La Police qui les a remis à la justice déclare qu’il s’agit d’un premier groupe de criminels  dont les dossiers sont finalement examinés par la Police et d’autres suivront. Ces présumés criminels ont été  directement conduit à l’Auditorat militaire garnison de Bunia. Major Abeli Mwangu Gérard, porte-parole de la Police/Ituri : « Nous procédons ce lundi au début du processus du transfèrement du dossier  des principaux auteurs des crimes commis dans le territoire de Djugu à l’Auditorat militaire de Garnison de l’Ituri pour disposition et compétence. En effet, les enquêtes continuent et je demande votre autorisation à ce que je remette le dossier au président de la commission qui le remettra à l’Auditorat », dit-il. Le gouverneur de province  parle d’un travail difficile, étant donné que les  personnes arrêtées sont nées, grandies et s’expriment dans la langue de Djugu. Sur ce, la commission doit faire face au problème de tradition de langue parlée. Ils ne connaissent pas le Swahili, il faut des traditeurs et approfondir les dossiers pour que une fois devant la justice, que les dossiers ne soient pas rejetés. Soulignons que ces criminels ont été arrêtées aux des armes à feu, des armes blanches, etc.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse