En dépit des hésitations observées: La rentrée scolaire 2015 effective

par -
0 723

La rentrée  scolaire 2015-2016 a été effective dans la plupart des écoles, hier lundi 7 septembre, comme cela a été fixé par le ministère de l’Enseignement primaire, secondaires et initiation la nouvelle citoyenneté (EPS-INC). En dépit des hésitations observées, des plaintes de parents n’ont pu empêcher ce grand rendez-vous annuel. Toutes les écoles du secteur tant privé que publiques ont ouvert leurs portes, signe que ces établissements sont disposés à démarrer l’année scolaire. Des chefs d’établissements justifiant leur présence dans leurs postes respectifs, ont affirmé leur disponibilité à recevoir les élèves dès le premier jour. Ils encouragent ainsi les parents à envoyer leurs enfants à l’école. Pendant ce temps dans certaines rues, les bleus-blancs affichaient une visibilité timide. La plupart des parents interprètent cette timidité par le fait qu’ils ne sont pas encore prêts avec les objets classiques (uniformes, cahiers, sacs …). A cela s’ajoute le versement d’acompte des frais scolaires, présageant le renvoi des enfants dès le premier jour. Cette pratique consistant à exclure les élèves non en règle des frais scolaires, contraste l’ordre d’interdiction émis, à cet effet, par le numéro un de la ville-province de Kinshasa. Toutefois du côté des enfants, leur joie était perceptible sur le chemin de l’école. « Je suis content de retourner à l’école et j’encourage mes amis à rejoindre l’école au plus tôt, l’uniforme ne doit pas constituer une raison pour trainer dans la rue », a témoigné un écolier.

En outre, les parents sollicitent qu’il y ait des mécanismes de suivi, ce qui permettrait notamment de faciliter la mise en application de cette mesure. Et ce, tout en associant la participation du service d’ordre mais à en croire le ministre de l’EPS, les parents ne doivent pas faire preuve de naïveté, si des responsables scolaires procèdent à la majoration des frais scolaires. Ils (les parents) doivent s’assumer comme premiers partenaires éducatifs de l’Etat.

(Marlène Ndjibu)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse