En dépit des efforts fournis par le Gouvernement: Des entreprises transformées demeurent toujours moins performantes

par -
0 756
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ce monument est situé au siège de la Regideso à Kinshasa

 Au regard du niveau de plus en plus inquiétant de mobilisation des recettes publiques, il a été demandé au ministre des Finances de prendre des mesures idoines devant être mises en application par les régies financières pour renverser la tendance. De même en ce qui concerne les contributions attendues des entreprises publiques transformées en sociétés commerciales, elles peinent encore à jouer leur rôle économique et financier non seulement dans la mobilisation des recettes publiques, mais surtout dans leur dimension structurante de l’économie nationale. La question devra être approfondie pour lever des options adéquates.

En ce qui concerne la situation économique et financière sur le plan international, disons que le Fonds monétaire international a organisé une réunion à Abu Dhabi, dédiée à la fiscalité. Il y a été rappelé la nécessité de renforcer la mobilisation des recettes publiques et le système fiscal international dans le souci d’accélérer la croissance, l’équité et le développement. En outre, dans le cadre de son programme de réformes et des mesures destinées à soutenir la croissance mondiale, le FMI envisage de mettre en place un filet de sécurité pour aider financièrement les pays exportateurs de matières premières en difficultés suite à la chute des cours.

En effet, la timide embellie observée sur le marché des matières premières la semaine écoulée s’est poursuivie au 25 février 2016. En effet, le cours du cuivre est passé de 4.560,00 USD la tonne métrique à 4.585,00 USD, gagnant ainsi 0,5%. L’once d’or s’est vendue à 1.234,28 USD contre 1.207,00 USD une semaine avant, soit une hausse de 2,30%. Seul le cobalt a perdu 0,90% de sa valeur, s’étant vendu à 23.951,43 USD la tonne métrique, contre 24.172,19 USD une semaine avant.

Les prix du baril de pétrole poursuivent la hausse sur les deux marchés ; de l’ordre de 5,80% à Londres et 2,84% à New York. De 34,10 USD et 31,95 USD le baril au 18 février 2016, ils sont passés à 36,09 USD et 32,86 USD respectivement sur les deux marchés. S’agissant des produits céréaliers, les prix sont tous en baisse, s’affichant comme suit, au 25 février 2016 : a) 10,62 USD/tonne (-2,70%) pour le riz ; b) 130,70 USD/tonne (-3,13%) pour le maïs ; c) 443,63 USD/tonne (-4,52%) pour le blé.

Sur le plan national, le solde global brut des opinions pondérées en janvier 2016 est de -4,9% contre -2,7% en décembre 2015. Cette baisse est essentiellement influencée par le pessimisme des chefs d’entreprises évoluant dans la branche des industries extractives, soit -2,0%. Pour ce qui est du cadre macroéconomique, il demeure stable, comme l’attestent les principaux indicateurs ci-après : le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,027% (+0,002 point). En cumul, l’inflation a atteint 0,174%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent à 1,136% pour un objectif de 3,4% ; Le marché de change, au 26 février 2016, est demeuré stable, avec de légères dépréciations de 0,28% sur le marché indicatif, et de 0,03% au parallèle. Le taux de change sur les deux segments était à 933,75 CDF/USD et 938,75 CDF/USD, contre 928,94 CDF/USD et 938,00 CDF/USD précédemment ; Les réserves internationales, au 24 février 2016, étaient à 1.352,71 millions USD, couvrant 5,97 semaines d’importations des biens et services et le taux directeur de la Banque centrale du Congo resté maintenu à 2% au 23 février 2016, avec une marge positive de 1,08 point.

Appliquer les recommandations

Comme le Journal L’Avenir à eu à l’annoncer, une mission du Gouvernement était effectivement à Lufu, dans al province du Kongo Central. Ici, la délégation a constaté que la situation reste préoccupante et ce, nonobstant les efforts fournis pour déployer le plus rapidement possible les services publics sur place. Mais aussi les mesures doivent être prises en ce qui concerne la protection non seulement de l’économie congolaise (des industries locales) surtout en ce qui concerne le ciment et les produits alimentaires. Il y a aussi des mesures à caractère monétaire qui doivent être prises le plus rapidement possible, étant donné que ceux qui amènent les marchandises auront pour objet de reprendre les devises que le pays génère au niveau de son économie et sui sont exportés sans passer par les voies officielles (bancaires). Et cela a un impact sur le taux de change.

Ainsi, a-t-il été convenu que les recommandations issues de cette mission soient mise en application le plus rapidement et d’autres réunions se tiendront de manière à assainir complètement ce secteur non seulement pour Lufu, mais également pour Kasumbalesa et d’autres postes frontaliers qui ne sont pas sur le contrôle direct des services et qui font qu’il y a un coulage des recettes publiques.

(JMNK)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse