En critiquant la SADC: Les dessous des cartes du Rassop/Limete

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’issue de son 37ème sommet tenu à Pretoria en Afrique du Sud, la Communauté de Développement d’Afrique australe (Sadc) a pris acte de la non-tenue des élections d’ici fin 2017, en République Démocratique du Congo. Ce, en raison d’un certain nombre de défis à relever.

Et pour le président sud-africain, Jacob Zuma qui a lu le communiqué final de ce sommet, il a été instamment demandé à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de faire connaître le calendrier électoral révisé.

Par ailleurs, les chefs d’État et de gouvernement ont réitéré leur volonté collective de promouvoir la paix et la stabilité en RDC. Car, il s’agit d’un précurseur de la croissance économique et du développement, a conclu le président Jacob Zuma.

De ce fait, la SADC a approuvé, dimanche 20 août à l’issue des travaux, la nomination d’un Envoyé spécial en République démocratique du Congo. Selon les résolutions prises, à l’issue de ce 37ème sommet de cette organisation sous régional, l’Envoyé spécial a notamment pour mission de suivre le processus électoral en RDC.

Les consultations visant à finaliser cette question sont en cours, a annoncé le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, dans son discours de clôture.

A Kinshasa, plusieurs réactions divergent quant à cette position de la Sadc. Certains saluent cette décision, et d’autres émettent des critiques  irréfléchies, jugeant ainsi la Sadc de favoriser le pouvoir de Joseph Kabila.

Pour le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales/aile Limete, la Sadc n’a pas tenu compte de l’avenir du peuple congolais, mais plutôt du pouvoir en place.

Dans un communiqué rendu public lundi 21 août à Kinshasa, cette plateforme de l’Opposition congolaise animée d’esprit du sang, dit avoir appris avec indignation, par voie des médias, les propos du Président en exercice de la SADC, Jacob Zuma affirmant l’impossibilité de la tenue des élections en République Démocratique du Congo au courant de l’année 2017.

Et pour le Rassop/Limete, cette position va à l’encontre des aspirations profondes du peuple congolais qui aspire à une alternance démocratique, à travers les élections crédibles et transparentes qui doivent impérativement se tenir d’ici le 31 décembre 2017. Sur ce, le Rassemblement par la voie du Président du Conseil de sages Monsieur Pierre Lumbi, désapprouve avec la dernière énergie ces propos et les rejette.

Quid des dessous des cartes

De ce qui précède, il sied de noter que Félix Tshilombo et son Rassemblement ont opté pour la voie insurrectionnelle, afin de semer le chaos en RDC d’ici en décembre de l’année en cours. Et qui ne sait pas que lorsqu’on est animé de pareilles intentions, les oreilles semblent être bouchées. Et c’est actuellement le cas avec Fatshi et ses complices, dont notamment le bailleur Moïse Katumbi Chapwe et un certain Sindika Dokolo qui vient du « Ciel » comme les anges déchus, après avoir sucé les biens d’un des pays voisins de la RDC. Il y a peu, ce trio a contribué à la création d’un autre groupe révolutionnaire à Paris, avec l’aide de leurs principaux bailleurs occidentaux, emmenant derrière eux même des journalistes transformés en politiciens. L’objectif étant de prendre le pouvoir de force, oubliant certaines dispositions constitutionnelles. Heureusement que l’Etat existe, et l’imposition de l’autorité de l’Etat s’invite déjà afin de barrer la route à tous les fauteurs des troubles.

Rejetant la position de la Sadc, le Rassemblement/Limete vient encore de montrer à la face du monde qu’aucune négociation n’est possible en ce temps-ci, et la position radicale est maintenue. Tout le monde du Rassop a désavoué Zuma et les siens, pour la décision prise. Ainsi, cette opposition se range derrière certaines plateformes dites citoyennes, afin de coincer le pouvoir en place qui n’attend que les élections pour rendre le tablier dans les normes démocratiques.

Toutefois, des analystes politiques avertis révèlent que cette manière de plus en plus récurrente qui consiste pour certains compatriotes congolais à exporter sans cesse le jeu politique interne et à rêver, hors des frontières nationales, des solutions prêt-à-porter supposées faire le bonheur du peuple congolais sans lui. Cette manie est donc une incongruité qui mérite interrogation, 57 ans après l’accession de la RDC à la souveraineté nationale et internationale. Et contrairement aux autres messes basses analogues comme celle de Paris, et même la tournée euro-américaine de Jean-Marc Kabund de l’Udps, et Félix Tshilombo, qui ont eu lieu ces derniers mois avec des messages sublimaux, l’objectif est clairement d’obtenir une fin inconditionnelle  de l’exercice de ses fonctions par le Chef de l’Etat en dépit du prescrit de la Constitution en vigueur, qui en son article 70, stipule clairement qu’en RDC, un Président ne cesse d’exercer ses fonctions qu’à l’installation d’un nouveau Président élu. Cette exigence qui viole la Constitution ne serait donc ni plus ni moins qu’un coup d’Etat, un putsch visant à renverser les Institutions du pays en commençant par la première d’entre-elles.

Le dialogue étant une vertu partagée par la grande majorité des Congolais, il est bon aloi que ceux qui s’agitent et veulent le pouvoir précocement, se reprennent et adhèrent avec réalisme à ce schéma qui est le mieux-disant. Les élections sont inéluctables, et le Rassemblement du tandem Félix et Lumbi doit faire confiance à la Céni pour que la paix règne au pays même en ce mois de décembre. Toute autre démarche serait suicidaire pour la nation et pour le peuple congolais dont tout le monde s’improvise porte-parole. Pourtant, le souverain primaire veut voir ses rêves prendre corps dans une organisation prestigieuse internationale comme la Sadc.

Le congolais veut que la paix règne et que les élections s’organisent dans un climat serein.

Le Rassemblement qui se donne le statut de la réincarnation des aspirations profondes du peuple, arrive dans un stade où tous les dos lui seront tournés à l’interne, et ses plans deviendront caducs. C’est cela la signification de toutes ses contestations vis-à-vis de la décision de la Sadc.

(Bernetel Makambo)

 

Ci-dessous le communiqué du Rassemblement contre la Sadc

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse