En bref séjour à Kinshasa: Sassou Nguesso encourage la mission de bons offices de la CENCO

par -
0 737
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Président de la République sœur du Congo, Denis Sassou Nguesso, en séjour à Kinshasa depuis hier dans la journée, a reçu tour à tour en audience, à Kempinski fleuve Congo hôtel de la Gombe, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, les Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) et le Premier ministre Samy Badibanga Ntita. Il était question pour le Président Sassou de donner un coup de pouce à la mission de bons offices des Evêques de la CENCO, et dont les arrangements particuliers sont en cours, pour permettre une bonne application de l’accord de la Saint Sylvestre.

A l’issue de l’échange avec l’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo, rien n’a filtré des discussions entre les deux personnalités. Seulement que les deux personnalités ont toujours entretenu de bonnes relations. Après le Cardinal Laurent Monsengwo, est venu le tour des membres de la CENCO, et c’est Monsieur l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général a.i de cette institution, qui s’est chargé d’en donner le contenu à la presse. Pour lui, les discussions entrent dans le cadre de l’accord du 31 décembre et le président Sassou est l’une de personnes qui, dès le début a encouragé la mission de bons offices des Evêques de la CENCO. Une mission qu’il qualifiait d’ailleurs de dernier rempart. « A des moments difficiles, le Président Sassou nous disait que la CENCO, c’est la digue qui ne doit pas céder », a-t-il affirmé. Et de poursuivre qu’il était tout à fait normal que le sage président Denis Sassou Nguesso en vienne aux nouvelles. « C’était l’occasion pour les Evêques de lui faire l’état de lieu de ce qui se fait actuellement et naturellement recevoir quelques conseils du sage », a ajouté le prêtre catholique.

Quel conseil vous a-t-il prodigué ?

A cette question, le Secrétaire général de la CENCO a affirmé que le Président Denis Sassous Nguesso a comparé le stade actuel de travail des Evêques à celui d’un barrel qui veut accoster et toutes les manœuvres qui doivent être faites pour que l’accostage se fasse dans de bonnes conditions.

« Rien n’est facile, mais le Président Sassou est confiant et optimiste du travail des Evêques », a soutenu Donatien Nshole, exprimant à cet titre la fierté de la CENCO, qui ne se voit pas seule dans cette lourde tâche lui confiée par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Et concernant la conclusion des arrangements politiques lancés il y a quelques jours, Donatien Nshole ne veut pas prendre la place de prophètes dans ce sens, mais espère que tout pourra finir dès ce samedi 21 janvier. Enfin, le Secrétaire général de la CENCO n’a pas hésité un seul instant de répondre à la question concernant les parties réfractaires à l’accord du 31 décembre. Pour lui, il y a des pourparlers avec ceux qui n’ont pas signé, mais rien n’est perdu.

Des entretiens avec Samy Badibanga

Après s’être entretenu avec les Evêques de la CENCO, le Président Denis Sassous Nguesso a reçu le Premier ministre Samy Badibanga.

De quoi était-il question, le Premier ministre s’exprime en ces termes : « C’est un grand honneur pour moi que je sois reçu par le Président Sassou. Nous avons parlé de l’actualité, de la question des accords du 18 octobre et du 31 décembre 2016, et pour savoir un peu jusqu’où pourra nous mener ces discussions de la CENCO ».

Et concernant l’atterrissage des négociations de la CENCO, Samy Badibanga reste quand-même optimiste : « On espère tous que l’atterrissage va se faire en douceur et qu’en définitif, il y aura un compromis pour permettre à toutes les forces politiques de se retrouver dans cet accord et avoir un équilibre qui sera respecté en fonction des composantes en place. Bref, d’aller dans l’apaisement vers les élections et d’avoir en tout cas pendant cette période intermédiaire de l’accalmie jusqu’aux élections ».

Conscient du fait qu’il constitue la dernière solution pour parler d’inclusivité totale de cet accord du 31 décembre qui viendra par sa signature, Samy Badibanga Ntita affirme que le problème ne se pose pas en ces termes. Pour lui : « c’est d’abord une question de différentes composantes et forces politiques. Deuxièmement, c’est une question d’intérêt politique par rapport aux forces en présence. Donc, il faut une solution équilibrée et d’équité où on respecte la présence et la position de chacun », a-t-il conclu.

De tout ce qui précède, tout porte à croire que le président de la République Joseph Kabila Kabange n’a pas eu tort de faire confiance à la CENCO pour que les politiciens parviennent à un accord, afin d’avoir des élections crédibles, paisibles et apaisées en RDC. Le soutien du Président Sassou Nguesso vient encore consolider cette mission de bons offices de la CENCO, en vue d’une inclusivité totale et d’une paix durable en République Démocratique du Congo.

(Bernetel Makambo et Pierrette Yowa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse