En avant-première à Kinshasa

par -
0 658
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le film « Kindoki » planche sur la maltraitance des enfants dits « sorciers

Sous les pieds des immeubles de la ville, certains enfants dits « sorciers » vivent la violence de l’exorcisme…

Le film « Kindoki » écrit et réalisé par Maria Tambwe, a été présenté en avant-première vendredi dernier dans l’enceinte des installations de la chaîne de télévision privée « B-One ». Ce court-métrage est tirée d’une histoire vraie d’un jeune garçon appelé Placide avec sa petite sœur Rosie. Ils vivaient avec leur mère à Paris avant d’être envoyés à Londres chez leur tante, Bibiche mariée à Patrick. L’arrivée de ces deux enfants a révélé la façade sinistre de Patrick, ignorée jusqu’alors par Bibiche sa femme. C’est à travers des scènes de ménage horrible que Patrick suspecte le jeune Placide de sorcellerie. C’est sous un régime d’exorcisme violent pratiqué par Patrick que Placide trouvera la mort, noyé dans une baignoire.

En effet, ce film constitue un débat autour de ce phénomène qui prend corps dans la société congolaise et africaine en général. Le réalisateur se contente de présenter le fait. Une histoire vécue à Londres qui a choqué l’opinion face à la maltraitance qu’a subie ce jeune homme jusqu’à sa mort.

Pour Maria Tambwe dans son intervention sur la chaine B-One, « l’idéal à travers cette production cinématographique est de démontrer, bien qu’atteint de sorcellerie, que l’enfant ne mérite pas la mort. S’il faut le délivrer, cela doit se faire dans le strict respect de ses droits ». Elle a déploré qu’on se soit attaqué au meurtre perpétré et non à la pratique. Le phénomène enfants sorciers a toujours de l’ampleur à Kinshasa malgré la promulgation de la loi portant protection de L’enfant. Alors que nous couchons ce papier des milliers d’enfants présumés sorciers sont victimes d’actes de violences dans les loges de certaines églises de réveil et autres foyers. Ces enfants le plus souvent sont livrés à des actes d’exorcisme allant de l’administration des produits nocifs jusqu’au mauvais traitement.

Plusieurs églises de réveil et autres foyers se sentant dans l’incapacité de gérer les enfants dits sorciers, ils les déversent dans la rue. Et, d’autres enfants martyrisés trouvent refuge dans la rue cherchant à quel saint se vouer.

Ce court-métrage a été présenté en partenariat avec le service cinématographique de B-one télévision et produit par    Hillary Makila et sa maison Central films.

 

(Saint Hervé M’Buy)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse